Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Rosen : Les Red Wings ajoutent un gourou de la vidéo

mercredi 2014-09-03 / 6:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Partagez avec vos amis


Rosen : Les Red Wings ajoutent un gourou de la vidéo
Rosen : Les Red Wings ajoutent un gourou de la vidéo

Un des nouveaux adjoints à l’entraîneur des Red Wings de Detroit a trouvé sa niche un peu par hasard il y a sept ans, alors qu’il étudiait en commerce à l’Université du Nouveau-Brunswick. C’est lui qui avait fait une vidéo de motivation pour célébrer le championnat interuniversitaire remporté par son école en 2007.

Andrew Brewer a été embauché par Mike Babcock à la fin du mois de juillet. Il est âgé de 28 ans.

« J’ai abandonné l’idée de tenter de deviner ce que je vais faire dans cinq ou dix ans », a récemment révélé Brewer au cours d’un entretien téléphonique.

Brewer n’a jamais joué au hockey à un niveau élevé. Il était, comme il le dit, souvent le dernier joueur retranché par son équipe. Son père, Perley, était entraîneur de gardiens de but dans la Ligue américaine de hockey, mais Brewer a affirmé qu’il aurait fallu qu'il devienne un bagarreur s’il avait voulu continuer à jouer après l’âge de 16 ans.

DANS LE COURRIER DE ROSEN

Qu’adviendra-t-il de Martin Brodeur cette saison-- A) État-major des Devils; B) Auxiliaire des Devils; C) Une autre organisation? -- @ConiglioHockey

Je vais y aller avec C pour le moment, mais la réponse sera éventuellement A. Je m’attends à ce que Brodeur se trouve du travail à un moment ou à un autre au cours du camp d’entraînement ou tôt en saison régulière en raison d’une blessure.

Il est malheureux que Brodeur en soit réduit à attendre une blessure, et je sais que plusieurs partisans et membres des médias croient qu’il devrait simplement se retirer et accepter l’emploi qui l’attend assurément dans l’état-major des Devils, mais si Brodeur peut éventuellement trouver une équipe qui est prête à l’embaucher et à le faire jouer, alors qui sommes-nous pour discuter son choix de poursuivre sa carrière? Une carrière ne compte qu’un nombre limité de saisons, et il en a déjà utilisé la grande majorité, si ce n’est pas la totalité. Tant qu’une équipe est prête à lui donner de l’argent afin qu’il poursuive sa carrière, il devrait alors jouer le plus longtemps possible.

Brodeur ne sera pas l’auxiliaire au New Jersey, mais il se retrouvera bientôt dans l’équipe de direction des Devils dans un rôle ou dans un autre. Il pourrait simplement effectuer un dernier arrêt ailleurs, mais qui pourrait l’en blâmer s’il ressent encore le désir de jouer?

Qui sera le gardien numéro un des Ducks d’Anaheim au début de la saison, John Gibson ou Fredrik Andersen? -- @BrentFoote

C’est une question difficile, car il n’y a pas de favori clair à l’heure actuelle. Je voudrais répondre Gibson simplement parce qu’il est le meilleur espoir, mais Andersen a joué davantage la saison dernière et a conservé d’excellentes statistiques (28 présences, 20 victoires, pourcentage d’arrêts de ,923, moyenne de buts alloués de 2,29).

Tout reposera sur le rendement des deux gardiens au cours du camp d’entraînement et des matchs préparatoires, mais je crois aussi que les Ducks vont y aller avec le gardien qui connaît le plus de succès en cours de route. Ils n’ont pas l’obligation de donner à l’un de leurs gardiens le titre de numéro un. Ils pourraient laisser les choses évoluer d’elles-mêmes.

Le gardien partant lors du match du 9 octobre contre les Penguins de Pittsburgh pourrait ne pas être celui qui amorcera la rencontre du 11 octobre contre les Red Wings de Detroit. En fait, je parie que ce ne sera pas le cas.

Est-ce que tu crois que Mike Babcock va signer une prolongation de contrat avec les Red Wings maintenant que Ken Holland possède une nouvelle entente? -- @3rdShiftHockey

Je crois que Babcock va éventuellement signer une prolongation de contrat, car il est heureux à Detroit, il possède une excellente relation de travail avec Holland, il entrevoit un bel avenir pour les jeunes joueurs de l’équipe (Gustav Nyquist, Tomas Tatar, Tomas Jurco, etc.), et il est enthousiasmé par ce nouvel aréna qui pourrait être prêt en 2017. Il mérite d’être l’un des entraîneurs les mieux payés de la ligue, si ce n’est pas le mieux payé. Les Red Wings peuvent lui octroyer ce genre de contrat.

Cependant, je vais laisser une petite porte entrouverte pour son départ puisque ses enfants vont quitter l’école secondaire à la fin de la saison, alors il n’y a plus rien qui le retiendra d’aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs. S’il n’accepte pas de prolongation de contrat, il pourrait être la personne la plus sollicitée, incluant les joueurs, sur le marché des joueurs autonomes l’été prochain. Je crois cependant qu’il sera de retour à Detroit avec un contrat à long terme en poche.

Si vous avez une question à laquelle vous souhaitez que Dan Rosen réponde, envoyez un tweet à @drosennhl. Le courrier sera une section hebdomadaire de cette rubrique.

« Je n’avais pas le goût de faire cela, j’ai donc abandonné », a expliqué Brewer.

Mais Brewer, qui a affirmé avoir toujours davantage admiré les entraîneurs que les joueurs à cause de son père, a réalisé un projet vidéo à l’école, un projet qui l’a conduit vers un cheminement de carrière qui n’était autrefois qu’un rêve et vers une relation avec Babcock qui est sans doute l’une des plus uniques à travers toute la LNH.

Brewer a été embauché comme assistant à l’entraîneur, même si ses responsabilités professionnelles relèvent davantage du responsable de la vidéo au sein du personnel d’entraîneurs. Il se considère comme un « concierge d'entraîneur », et explique que son travail est de s'assurer que Babcock et ses autres assistants Tony Granato, Jim Hiller, ainsi que l’entraîneur des gardiens Jim Bedard aient tout ce dont ils ont besoin pour être de meilleurs entraîneurs.

Babcock fait référence à Brewer en tant que « directeur des entraîneurs » des Red Wings.

« Il a orienté notre personnel lors des Jeux olympiques, a déclaré Babcock. Il possède une excellente mentalité. Je pense qu'il sera excellent pour nous. Il me relance déjà au sujet de certaines choses et c'est très bien. Vous voulez que les gens s’impliquent et vous rendent meilleur. »

Brewer et Babcock ont fait connaissance par l’entremise de Hockey Canada en vue des Jeux olympiques de 2014 à Sotchi. Babcock était l'entraîneur en chef du Canada, tandis que Brewer occupait le poste d’entraîneur vidéo pour le Canada, poste qu'il a commencé à occuper en 2011 après trois ans de travail comme entraîneur adjoint à l'Université du Nouveau-Brunswick.

La préparation de Brewer avant les Jeux olympiques a aidé Babcock et ses assistants Claude Julien, Ken Hitchcock, Lindy Ruff et Ralph Krueger à guider le Canada vers une deuxième conquête de la médaille d'or consécutive.

« Nous avons effectué du dépistage au sein de tous les autres pays. Nous avons fait du dépistage en observant tous les alignements. Nous savions quel joueur évoluait à l’aile droite au sein de la quatrième ligne de chacune des formations, a déclaré Brewer. Pendant que tous les entraîneurs travaillaient avec leurs équipes de la LNH sur une base régulière, c'était mon travail à temps plein de préparer la table en vue des Jeux olympiques. Quelqu’un travaillait avec moi et nous avons œuvré sur la préparation en récoltant autant d'informations que possible, de sorte qu’au moment où nos entraîneurs se sont présentés à Sotchi, ils avaient déjà toutes les informations en main, tout ce dont ils avaient besoin pour faire le meilleur boulot possible en tant qu’entraîneurs. Nous avons peut-être utilisé seulement cinq pour cent de ces informations, mais je ne voulais pas me retrouver à Sotchi et qu’un entraîneur me demande des informations que je n’avais pas en main. Alors nous en avons fait beaucoup plus. C'est préférable d'avoir trop d’informations et ne pas les utiliser, que de tenter de dénicher une information à la dernière minute. »

Comme l’a mentionné Babcock, Brewer a déjà commencé à en faire plus pour les Red Wings, incluant l’étude des statistiques avancées.

Babcock a déjà dit plus tôt cet été que les Red Wings devraient éventuellement faire en sorte d'embaucher quelqu'un pour être responsable de l'analyse des statistiques avancées. Bien que Brewer ne soit pas un gourou de l'analyse des statistiques avancées, il a affirmé s’être initié aux statistiques modernes et qu’il sera en mesure de fournir ce type d'informations aux membres du personnel d'entraîneurs.

« À la fin de la journée, la vidéo c’est un peu la même chose que l'analyse des statistiques avancées; c'est de l'information que vous fournissez aux entraîneurs dans le but de les aider à prendre de meilleures décisions avec les joueurs, pour les aider à s’améliorer, a déclaré Brewer. Je pense que cela fait partie de mon travail. Mon travail n'est pas strictement de faire de la vidéo, c'est d’amasser toutes les informations que je peux pour aider le personnel d'entraîneurs à s’améliorer, ce qui rend ainsi l'équipe meilleure. Que ce soit l'information qui concerne nos joueurs, l'évaluation de notre équipe sur le plan des statistiques avancées, ou pour l'évaluation des autres équipes, des situations de fusillades, des choses comme ça. C’est de faire tout ce que je peux pour aider à améliorer notre personnel d'entraîneurs. »

Brewer a commencé à aider le personnel de l'Université du Nouveau-Brunswick en 2009 par pur hasard. Celle qui est aujourd’hui devenue l’épouse de Brewer, Patricia, était une étudiante qui travaillait au sein des opérations quotidiennes de l’équipe de l'école en 2007, et cette dernière a fait en sorte de montrer à son patron la vidéo réalisée par Brewer pour célébrer le triomphe interuniversitaire de l'Université du Nouveau-Brunswick.

Le patron de Patricia a bien aimé la création de Brewer, à un tel point qu'il a décidé de la faire jouer lors de la cérémonie de remise des bagues, où l'entraîneur de l'équipe Gardiner MacDougall l’a visionnée et a tout de suite reconnu le talent de Brewer.

« Après cela, il m'a appelé et m'a demandé de faire une vidéo pour lui, a affirmé Brewer. Alors, j'ai fait cette vidéo. Puis il a voulu aborder l'analyse des vidéos et m’a demandé si je voulais la faire. Alors je suis devenu un entraîneur attitré à l’analyse des vidéos. À mi-chemin dans la saison, mon rôle s’est accentué et j'ai commencé à aller sur la glace lors des entraînements, alors je suis devenu un entraîneur adjoint. J'ai juste continué à répondre dans l’affirmative à tout ce qu'il m'a demandé de faire. »

Brewer a travaillé avec MacDougall durant trois saisons, aidant l'Université du Nouveau-Brunswick à remporter deux championnats nationaux de plus (2009 et 2011). Il a ensuite vu une offre d'emploi pour un poste d’entraîneur vidéo pour le compte de Hockey Canada en 2011. Il a postulé pour le poste et a été sélectionné pour faire le travail parmi quelque 250 candidats.

Brewer a aidé le personnel d'entraîneurs lors de trois Championnats mondiaux au niveau junior, trois Championnats du monde et lors d’autres événements internationaux, mais sa principale priorité était d'aider Babcock et compagnie à ramener une autre médaille d'or olympique à la maison.

Maintenant, il se retrouve dans la LNH, sept ans après avoir réalisé la vidéo qui a changé le cours de sa vie.

« Aux Jeux olympiques, j'étais le sixième homme au sein du personnel d'entraîneurs, mais je faisais tout de même partie de l'équipe d'entraîneurs, a affirmé Brewer. Mike, en particulier, m'a traité comme si je faisais partie du personnel. Il reconnaissait que ce n’était pas seulement de la vidéo. Je pense que c'est l’idée qui se cache derrière le titre qu’on m’a donné avec Detroit, mais je connais ma place. Je suis à la base du totem et j’en suis plus qu’heureux. Si cela signifie de faire la lessive tous les jours, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour demeurer dans la ligue. »

Les Hurricanes voient Murphy et Lindholm au sein de la première unité de leur jeu de puissance

L’entraîneur des Hurricanes de la Caroline Bill Peters espère que la progression du joueur de centre Elias Lindholm et du défenseur Ryan Murphy aidera l'équipe à améliorer ce qui a constitué un jeu de puissance lamentable. La saison dernière, les Hurricanes étaient au 28e rang avec l'avantage d’un homme, avec un taux de réussite de 14,6 pour cent.

CE QU'ILS ONT DIT



Le capitaine des Blackhawks de Chicago Jonathan Toews à propos de surmonter les obstacles et d’être passé si près de remporter la Coupe Stanley l’an dernier :
« Je ne sais pas si au début de la dernière saison, alors que nous venions de remporter la Coupe Stanley, plusieurs personnes nous avaient choisis pour l’emporter à nouveau, surtout avec la longue saison régulière, le voyagement, le calendrier condensé en raison des Jeux olympiques et le nombre de nos joueurs qui ont participé aux Jeux. Toutes ces choses faisaient en sorte que nous ne devions pas gagner à nouveau, mais une fois que nous nous sommes qualifiés [pour les séries éliminatoires] nous ne nous attendions à rien de moins. Nous avons surmonté toutes ces choses et nous sommes passés très, très près encore une fois. Nous aimons croire que si nous avions éliminé Los Angeles, nous aurions peut-être connu autant de succès contre New York. Je pense que c’est rassurant de voir que l’on peut subir toutes ces épreuves, mais quand même croire en nous-mêmes et en nos chances de remporter un deuxième championnat de suite. Nous espérons être encore mieux préparés pour les séries éliminatoires l’an prochain. »

L’entraîneur des Capitals de Washington Barry Trotz explique que son opinion sur la composition de ses trios et de ses paires de défenseurs peut changer rapidement :
« Je fais ce métier depuis longtemps, et je dis toujours que c’est comme si l’on participait à un pool de hockey au cours de l’été. Nous confectionnons nos trios en juillet, et lorsqu’on regarde le résultat [au cours de la saison], on se dit : "Mais à quoi ai-je pensé?" Sur papier, tout semblait fonctionner, mais il faut ensuite vérifier si tout va bien sur la glace. J’ai composé quelques trios bizarres à Nashville. Un joueur comme Joel Ward, que je considérais probablement comme un joueur de troisième ou quatrième trio, a évolué sur mon premier trio il y a quelques années en compagnie de Jason Arnott et J-P Dumont. Ils formaient un bon trio, mais jamais je n’aurais cru cela possible en juillet. »

« C'est un problème, a déclaré Peters. Nous devons améliorer cet aspect du jeu. »

Lindholm et Murphy ont joué régulièrement au sein du jeu de puissance au cours de la dernière saison, mais les deux joueurs étaient des recrues et n'ont pas disputé une saison complète. Lindholm a disputé 58 matchs et Murphy 48. Ils ont amassé un total combiné de 10 points sur le jeu de puissance, Lindholm amassant de son côté quatre buts et trois passes.

Peters a déclaré que si les Hurricanes n'ont pas fait d'acquisitions majeures cet été c’est avec l'idée que Lindholm et Murphy seraient en mesure de faire un pas en avant dans leur carrière.

« Alors que je me préparais pour mes entrevues avec les Hurricanes, toutes les personnes du monde du hockey me faisaient l'éloge d’Elias Lindholm, a déclaré Peters. Je ne le connais pas aussi bien que les autres, mais ses comparables étaient très bons. J'ai vu Ryan Murphy évoluer pendant trois ans lorsqu’il était à Kitchener au niveau junior. Je sais de quoi il est capable. Je sais qu'il excelle pour bouger la rondelle. Je sais qu'il a une très bonne vision du jeu en avantage numérique. C'est un gars qui, selon moi, sera en mesure d'aider notre jeu de puissance. Si ce n'est pas au sein de la première unité, ce sera au sein de la deuxième unité. »

Peters a déclaré que la première unité pourrait être constituée de Lindholm, Eric Staal, Jeff Skinner, Alexander Semin et soit Murphy ou Justin Faulk. Jordan Staal, Jiri Tlusty, Nathan Gerbe, Chris Terry et soit Murphy ou Faulk devraient constituer la deuxième unité.

Barry Trotz parle de ses duos défensifs

En discutant de ses duos possibles en défensive, l'entraîneur des Capitals de Washington Barry Trotz y est allé d’une révélation plus qu’évidente en affirmant que Brooks Orpik, Karl Alzner, John Carlson, Matt Niskanen et Mike Green feront tous partie de ses six premiers défenseurs. Curieusement, Trotz n'a pas inclus le nom de Dmitry Orlov, qui a été jumelé à Green la saison dernière, pour former ce qui était sans doute le duo défensif le plus constant des Capitals, du moins selon les statistiques mesurant la possession de rondelles comme les indices Corsi et Fenwick.

Orlov, qui entreprendra la première année d’un contrat de 4 millions $ échelonné sur deux ans cette saison, a récolté 11 points en 54 matchs en 2013-14. Lui et Green ont présenté un indice Corsi, qui mesure les tentatives de tirs pour et contre, de 56 pour cent quand ils étaient sur la glace ensemble dans des situations de 5-contre-5, selon stats.hockeyanalysis.com.

Trotz, cependant, inclut le nom d’Orlov avec ceux de John Erskine, Jack Hillen, Steve Oleksy, Nate Schmidt et Cameron Schilling.

« Je pense à une paire Niskanen-Alzner et Carlson ou Green sera jumelé à Orpik, on pourrait aussi voir une combinaison de ces cinq arrières qui effectuent une certaine rotation, a déclaré Trotz. Pour les postes de sixième et septième, nous avons des gars comme Erskine et Hillen, qui sont plus âgés, et quelques jeunes joueurs qui arrivent comme Orlov, Oleksy, Schilling et Schmidt. Ils sont tous en lice pour obtenir un poste. Je pense vraiment qu'il va y avoir beaucoup de compétition pour les postes six, sept et huit. »

Même si Niskanen et Orpik ont été coéquipiers avec les Penguins de Pittsburgh au cours des trois dernières saisons, rarement ils ont été jumelés. Todd Reirden, qui a dirigé la défensive des Penguins sous les ordres de l’ancien entraîneur Dan Bylsma, est maintenant l’adjoint de Trotz à Washington.

« J'ai beaucoup de respect pour Todd, et ils n'ont jamais joué ensemble, donc ils n’aimaient pas la combinaison, ou cela ne constituait pas un bon mélange », a déclaré Trotz.

Suivez Dan Rosen sur Twitter: @drosennhl

 

La LNH sur Facebook