Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    La touche des Sedin et les performances de Miller figurent parmi les cinq points d’interrogation des Canucks

    mardi 2014-08-26 / 3:00 / 30 en 30 - Aperçus de la saison 2014-15

    Par Kevin Woodley - Correspondant LNH.com

    Partagez avec vos amis


    La touche des Sedin et les performances de Miller figurent parmi les cinq points d’interrogation des Canucks
    La touche des Sedin et les performances de Miller figurent parmi les cinq points d’interrogation des Canucks

    Les Canucks de Vancouver sont déterminés à démontrer que la décevante 25e place au classement de la LNH, la saison dernière, était une simple erreur de parcours et qu’elle ne représentait pas une tendance amorcée dans les séries éliminatoires 2012 de la Coupe Stanley.

    Avec une nouvelle direction, un nouvel entraîneur en chef et plusieurs changements à leur formation, les Canucks refusent de parler de pleine reconstruction et insistent plutôt sur le fait que leur noyau âgé peut encore les mener dans les séries éliminatoires de la compétitive section Pacifique de l’Association de l’Ouest.

    Les réponses à ces cinq questions détermineront leurs chances de réussir:

    1. Est-ce que Henrik et Daniel Sedin sont encore des marqueurs d’élite?

    La saison dernière, les Sedin étaient tellement déterminés à démontrer qu’ils étaient bons défensivement et si irrités par la croyance qui prétendait qu’ils avaient connu de bonnes saisons offensives par le fait qu’ils commençaient leur présence sur la glace dans le territoire adverse qu’ils ont sacrifié beaucoup d’attaque, offensive sur laquelle les Canucks comptaient depuis plusieurs saisons.

    « C’est intéressant, mais ça démontre comment ils sont fiers de leur jeu défensif », a déclaré l’entraîneur en chef Willie Desjardins après les avoir rencontrés au cours de l’été. « Ils n’ont pas d’objection à bloquer des tirs et à jouer contre les meilleurs trios adverses. Ce n’est pas, ‘Oh non, je ne veux pas’. Ils veulent prouver qu’ils peuvent être utilisés en défensive dans des moments importants. Ils affectionnent ces rôles. »

    Les jumeaux ont accepté avec beaucoup d’enthousiasme la demande de l’entraîneur en chef John Tortorella d’écouler le temps en désavantage numérique et jouer plus de minutes en zone défensive, et pendant une certaine période, ils ont réussi à conserver une moyenne de près d’un point par match. Mais les blessures et la fatigue ont semblé les rejoindre et leur production a baissé.

    Henrik a récolté 10 points dans ses 24 derniers matchs, tandis que Daniel en a amassé huit à ses 27 derniers et ils ont terminé avec leur plus bas total de points: 50 pour Henrik et 47 pour Daniel. C’est moins que la moitié de leurs totaux quand ils avaient remporté le trophée Art Ross en 2009-10 (Henrik, 112 points) et 2010-11 (Daniel, 109).

    Retourner parmi les meneurs de la ligue au chapitre des points est peu probable pour des joueurs qui auront 34 ans le 26 septembre, mais un retour à une bonne production commence avec une bonne utilisation.

    Les Sedin ont joué plus de 20 minutes par match pour la première fois de leur carrière dans la LNH, et plusieurs de ces minutes étaient difficiles. Ils ont commencé moins de présences en zone adverse. Ils ont entrepris 60 pour cent de leurs présences en zone offensive, comparativement à 70-80 pour cent en 2010-11 et 2011-12, quand les Canucks ont remporté à deux reprises le trophée des Présidents à titre de meilleure équipe de la saison régulière.

    « Ce n’est pas de leur faute, a confessé Desjardins. Ils ne sont pas assis sur le banc en disant : ‘On veut seulement entreprendre nos présences en zone offensive.’ »

    2. Est-ce que les Canucks peuvent améliorer leur avantage numérique?

    Quand on a demandé au directeur général Jim Benning et à Desjardins comment améliorer un avantage numérique qui a chuté au 26e rang de la ligue avec un pourcentage de 15,2 pour cent la saison dernière, les deux ont souligné l’ajout du joueur autonome Radim Vrbata. Il remplacera Ryan Kesler, qui a mené les Canucks avec neuf buts en supériorité numérique, à titre d’attaquant droitier en opposition aux gauchers que sont Daniel et Henrik.

    Vancouver comptera aussi sur le centre Nick Bonino qui a été acquis dans l’échange de Kesler. Bonino a amassé 20 de ses 59 points sur la puissante première unité de l’avantage numérique des Ducks d’Anaheim. Bonino, qui était souvent utilisé comme le quatrième attaquant de l’unité à Anaheim, n’accompagnera pas nécessairement les Sedins sur la première vague, lui qui tire également de la gauche, mais il devrait pivoter la deuxième unité de l’avantage numérique.

    « Willie désire deux unités en avantage numérique qui peuvent faire circuler la rondelle, obtenir des chances et marquer », a indiqué Benning.

    3. Quel Ryan Miller les Canucks ont-ils obtenu?

    Vancouver espère que Miller jouera comme il l’a fait avec les Sabres de Buffalo au début de la dernière saison, quand il a maintenu un pourcentage d’efficacité de ,923, décroché un poste au sein de la formation américaine aux Jeux olympiques de Sotchi, avant de devenir le gardien le plus en demande à la date limite des échanges.

    Après lui avoir fait signer un contrat de trois ans d’une valeur de 18 millions $, les Canucks ne peuvent se permettre de voir Miller offrir des performances comme il a fait après avoir été échangé aux Blues de St. Louis, où il a conservé un pourcentage d’efficacité de ,903 en 19 matchs de la saison régulière et un de ,897 dans l’élimination en six matchs contre les Blackhawks de Chicago en séries éliminatoires.

    Il y a des doutes à savoir comment le style combatif de Miller s’adaptera à celui beaucoup plus passif de l’entraîneur des gardiens, Roland Melanson. Mais l’arrivée de Miller, qui disputera la majorité des matchs, fera en sorte que les Canucks obtiendront de meilleures performances d’Eddie Lack, qui avait un pourcentage d’efficacité de ,925 à titre de substitut, avant de connaître des ennuis en obtenant 20 départs consécutifs après que Roberto Luongo eut été échangé aux Panthers de la Floride.

    « Je suis vraiment enthousiaste à propos de nos gardiens, a lancé Desjardins. Je considère que nous avons un bon duo et les deux ont des choses qu’ils aimeraient prouver. »

    4. Est-ce qu’il y a un jeune joueur qui est prêt à aider l’équipe?

    Les Canucks avaient deux choix de première ronde au dernier repêchage pour une deuxième année consécutive et même si trois des quatre joueurs sont trop jeunes pour jouer dans la Ligue américaine de hockey cette saison et qui retourneront probablement à leur équipe junior, il existe un certain optimisme concernant l’avenir.

    Outre Nicklas Jensen, qui a été repêché au 29e rang en 2011, et qui a connu une séquence de trois matchs avec un but après avoir été rappelé en fin de saison, les Canucks n’avaient pas d’attaquants talentueux dans la LAH qui poussaient pour obtenir un poste. Ça pourrait changer cette année.

    Le joueur de centre Brendan Gaunce, choisi en 26e position au repêchage de 2012, et le rapide ailier Hunter Shinkaruk, qui a impressionné dans les matchs préparatoires l’année dernière après avoir été sélectionné au 24e rang en 2013, sont admissibles à jouer dans la LAH. Mais les yeux seront probablement tournés vers le centre Bo Horvat, qui a été le neuvième choix en 2013, mais qui a eu 19 ans en avril et qui n’est pas assez âgé pour jouer dans la LAH.

    Horvat, dont plusieurs estiment qu’il deviendra un bon joueur défensif, même s’il est un bon marqueur dans le junior, aura toutes les chances de gagner un poste avant d’être cédé aux Knights de London pour disputer une quatrième saison dans la Ligue de l’Ontario.

    5. Est-ce que Alexander Edler rebondira?

    Les attentes de voir Edler devenir un vrai défenseur no 1, du moins offensivement, se sont évaporées quand il a présenté le pire différentiel de la ligue avec un moins-39. Le moins-1,0 de Edler sur l’échelle de Corsi, qui mesure la possession comparée au reste de ses coéquipiers, était également très mauvais pour un défenseur qui n’est pas utilisé dans les moments critiques, mais il est difficile d’imaginer qu’il ne rebondira pas.

    En plus de voir l’équipe tirer si peu et d’avoir un si bas pourcentage d’efficacité quand il est sur la glace, Edler devrait bénéficier de l’échange de Jason Garrison avec qui il a surtout évolué. Les deux ont connu une saison de misère ensemble la saison dernière, et Edler a présenté des chiffres positifs en terme de possession, incluant un 53,9 pour cent sur l’échelle de Corsi, sans Garrison.

    « C’est à nous de créer les bonnes situations pour qu’il réussisse », a admis Desjardins.