Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    La progression et le gardien numéro un font partie des cinq interrogations chez les Flames

    lundi 2014-08-25 / 3:00 / 30 en 30 - Aperçus de la saison 2014-15

    Par Aaron Vickers - Correspondant, LNH.com

    Partagez avec vos amis


    La progression et le gardien numéro un font partie des cinq interrogations chez les Flames
    La progression et le gardien numéro un font partie des cinq interrogations chez les Flames

    Bien que les attentes ne soient pas très élevées, les Flames de Calgary tenteront de poursuivre leur reconstruction qui s’est amorcée la saison dernière.

    De quelle manière les Flames y parviendront et comment Calgary définira sa propre notion de succès en 2014-15 font partie des cinq interrogations auxquelles l’équipe devra trouver des réponses.

    1. Les Flames peuvent-ils faire quelques pas en avant ? – Bien que la saison dernière a vu les Flames terminer au 27e échelon du classement général de la LNH avec une maigre récolte de 77 points, il y a plusieurs raisons d'être optimiste à Calgary. Au cours de la première année de leur reconstruction, les Flames ont présenté une équipe compétitive qui a égalé un record de la LNH pour les matchs décidés par un but avec 49.

    Si le nouveau directeur général Brad Treliving ne mesure pas nécessairement le succès avec les victoires et les points, les progrès demeurent une nécessité pour la franchise.

    « Chaque jour on s’attend à ce qu’on se présente, qu’on donne le meilleur de nous-mêmes et qu’on travaille, a-t-il affirmé. Je pense que l’exigence que notre personnel d'entraîneurs met sur les joueurs c’est l’amélioration. Ce n'est pas un accomplissement sur lequel nous pouvons nous asseoir et nous dire, ‘Eh bien, c'était une belle histoire l'an dernier, nous avons fait beaucoup de bonnes choses et nous nous sentons tous à l’aise avec cela.’

    « Le fait est que nous devons faire mieux. Nous n’avons pas fait suffisamment bien l'année dernière.

    « Les attentes que nous avons placées envers nous-mêmes à l’interne et ce que nous allons exiger de tous à l’interne, cela ne nous permettra pas de faire du surplace, parce que dans cette business, si vous faites du surplace, si vous pensez que vous êtes stables, c’est que vous reculez. Si vous n’avancez pas, vous glissez. »

    2. Comment s’organisera le nouveau groupe de direction à Calgary au cours de la saison ? – Le personnel de direction qui amorcera la saison à Calgary diffère radicalement de celui qui était en place il y a un an.

    Parmi ceux qui sont partis, on note l’ancien directeur général Jay Feaster et son assistant John Weisbrod, qui ont été relevés de leurs fonctions à la mi-décembre. Le président des opérations hockey Brian Burke a embauché Treliving à titre de directeur général à la fin avril. Treliving, à son tour, a nommé Craig Conroy et ajouté Brad Pascall, un ancien dirigeant de Hockey Canada, à titre d’adjoints tout juste avant le repêchage 2014 de la LNH.

    Jusqu’à maintenant, Treliving a apprécié ce qu’il a vu.

    « Ça s’est très bien passé, a dit Treliving. C’est un groupe qui travaille. La partie qui se déroule sur la glace, quand vous tentez d’ajouter des joueurs et de former une équipe, vous devez la préparer hors glace. Il faut évaluer votre personnel. La chimie s’est avérée excellente. Il y a beaucoup d’enthousiasme. Nous savons le travail qui nous attend. Le groupe est travaillant et n’a pas peur des défis. »

    3. Est-ce que Mark Giordano peut répéter sa performance de la dernière saison ? – À 30 ans, à sa septième saison complète dans la LNH, Giordano a établi des sommets en carrière dans pratiquement toutes les catégories de statistiques individuelles, incluant les buts (14), les mentions d’aide (33), les points (47), les buts en supériorité numérique (7) et les buts victorieux (2). Il l’a fait même s’il a raté 18 parties en raison d’une cheville fracturée, blessure survenue durant le premier mois de la saison régulière.

    Mieux encore, Erik Karlsson des Sénateurs d’Ottawa et Duncan Keith des Blackhawks de Chicago sont les deux seuls arrières à avoir maintenu une meilleure moyenne de point par partie que Giordano. Seulement neuf joueurs ont vu davantage de temps de glace que Giordano, et parmi ceux-ci, il n’y en a que trois qui ont présenté un meilleur différentiel plus/moins que l’arrière des Flames.

    Ce qu’a apporté le capitaine des Flames à son équipe au cours de la dernière saison dépasse les simples statistiques, explique Treliving.

    « Ce qui m'a vraiment impressionné l'année dernière, ce n’est pas uniquement sa progression individuelle en tant que joueur, mais aussi en tant que leader, dit Treliving. Vous pouvez dire que cette équipe avait son ADN. Il a mené cette équipe. Vous pouviez le constater depuis l'extérieur de l’organisation. Vous pouviez constater qu’il était le cœur de ce groupe. Suite aux conversations que j'ai eues avec lui depuis mon arrivée ici, il a pris ce rôle à cœur.

    « Je ne pourrais dire suffisamment de bonnes choses à propos de Mark Giordano et je n'ai même pas joué un seul match avec lui encore. J’ai vraiment, vraiment hâte de travailler avec lui. Il incarne tout ce que voulons être. »

    4. S’il y en a, quels espoirs seront en mesure de contribuer tout de suite ? – La saison dernière, la recrue de 18 ans Sean Monahan s’est mérité un poste au sein de l’alignement des Flames, au terme du camp d’entraînement, s’emparant d’un des quatre postes de joueur de centre au sein d’une formation moins bien nantie à cette position. L’actuel récipiendaire du trophée Hobey Baker Johnny Gaudrau ainsi que Sam Bennett, le premier choix des Flames (4e au total) au repêchage 2014 de la LNH, tenteront d’imiter Monahan ce printemps.

    Mais on ne fera pas de cadeau à la jeunesse de Calgary.

    « De la part de ce groupe de joueurs plus jeunes, tout ce qu’on peut demander, selon moi, c’est une opportunité, a déclaré Treliving. Il y a une possibilité ici, mais ça doit être mérité. Vous êtes curieux de voir qui saura la saisir. Vous êtes impatient de voir qui se présentera et sautera sur l'occasion. Nous verrons. La bonne nouvelle, c’est que nous avons quelques candidats ici.

    « Maintenant, cela dépend de ce qu’ils auront fait durant l’été et à quel point ils seront prêts à sauter dans le bain tout de suite. »

    5. Qui méritera le poste de numéro un devant le filet ? – Après que les Flames eurent décidé d’échanger le gardien Reto Berra à l'Avalanche du Colorado à la date limite des transactions dans la LNH en avril dernier, tout semblait indiquer que c’est Karri Ramo qui hériterait du poste de gardien partant à partir de 2014-15. Cependant, Treliving a embauché le vétéran gardien et joueur autonome Jonas Hiller des Ducks d'Anaheim, dans l'espoir de susciter un peu de compétition pour l’obtention du poste de gardien numéro un.

    « Lorsque vous ajoutez Hiller, un vétéran qui a connu du succès dans la ligue, vous ne confiez pas le filet à n’importe qui, a déclaré Treliving. Nous nous sommes renforcés à cette position. Vous regardez Karri en ce moment, il y a un gars qui a connu du succès qui arrive et qui peut le pousser. Mais, même dans la situation de Jonas, il vient de connaître ce qui pourrait être considéré comme une année de régression. Je ne pense pas que Karri arrive ici avec l’idée de concéder quelque chose.

    « Je pense que nous avons créé de la compétition devant le filet. Je pense que cela nous améliore à cette position. »