Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    L’attaque et la bataille devant le filet au cœur des cinq questions des Sabres de Buffalo

    samedi 2014-08-16 / 3:00 / 30 en 30 - Aperçus de la saison 2014-15

    Par Jon Lane - Correspondant LNH.com

    Partagez avec vos amis


    L’attaque et la bataille devant le filet au cœur des cinq questions des Sabres de Buffalo
    L’attaque et la bataille devant le filet au cœur des cinq questions des Sabres de Buffalo

    Les Sabres de Buffalo n’allaient pas s’asseoir et attendre que leurs jeunes joueurs de talent arrivent à maturité avec le temps. Le directeur général Tim Murray a remodelé son alignement avec l’intention de sortir l’organisation de la cave du classement de l’Association de l’Est, et peut-être même brouiller les cartes dans la course aux séries éliminatoires.

    La route qui mènera l’équipe vers le titre d’aspirant à la Coupe Stanley est longue et sinueuse, mais l’avenir s’annonce prometteur à Buffalo si les Sabres peuvent répondre aux cinq questions suivantes en vue de la saison 2014-15 :

    1. À quel point l’attaque va-t-elle s’améliorer? – Le leadership et la robustesse sont deux beaux attributs, mais les Sabres ont désespérément besoin de joueurs capables de mettre la rondelle au fond du filet. La saison dernière, Buffalo a terminé au 30e et dernier rang de la ligue au chapitre des buts marqués (157) et au 29e rang pour l’efficacité en avantage numérique (14,1 pour cent).

    L’une des choses qui auront la plus grande incidence sur l’amélioration de ces statistiques sera le succès rencontré au cours de la saison morte, où l’accent était mis sur le conditionnement physique et la préparation.

    « Si nous voulons nous mesurer avec certaines des meilleures équipes de la ligue, nous devons être beaucoup plus forts, a confié l’entraîneur Ted Nolan. Nous devons faire preuve d’un engagement bien plus grand, et nous devons jouer avec plus d’énergie que celle que nous avons affichée l’an dernier. Nous nous sommes concentrés là-dessus cet été, et nous verrons ce qui se passera au début de la campagne, mais nous devons nous préparer bien mieux que nous l’avons fait par le passé. »

    2. Quelle version de Tyler Myers verrons-nous? – Myers a remporté le trophée Calder à titre de meilleure recrue de la LNH en 2009-10 avec une récolte de 11 buts, 37 passes et un différentiel de plus-13. Son rendement a décliné depuis, et il a atteint le fond du baril avec 22 points et un différentiel de moins-26 en 62 parties l’an dernier.

    Ce n’est pas exactement ce que les Sabres avaient en tête lorsqu’ils ont accordé à Myers un contrat de sept ans d’une valeur de 38,5 millions $ en 2011. À la suite d’une rencontre privée avec Nolan au terme de la saison, tous les yeux seront tournés vers Myers afin de voir s’il pourra afficher les mêmes statistiques qu’à sa saison recrue, ou même surpasser celles-ci.

    « Il est un joueur spécial, a reconnu Nolan. Il peut prouver à quel point il est spécial avec le travail qu’il déploie au cours de la saison morte, son approche mentale, ainsi que le facteur confiance. Si le personnel d’entraîneurs croit en son potentiel et que le joueur y croit aussi, on se retrouve avec une combinaison explosive. »

    3. Est-ce que l’ajout de vétérans va solidifier la ligne bleue? – La compétition à la ligne bleue sera féroce, avec les jeunes joueurs Mark Pysyk, Rasmus Ristolainen, Nikita Zadorov et Jake McCabe qui sont tous dans la course. Il reviendra néanmoins aux vétérans nouvellement acquis comme Josh Gorges, Andrej Meszaros et Andre Benoit de stabiliser une équipe qui a terminé au 25e rang de la LNH pour les buts accordés (243), au 28e rang pour les tirs accordés par rencontre (34,3) et au 20e rang pour l’efficacité en infériorité numérique (81,4 pour cent).

    4. Qui s’emparera du rôle de gardien no 1? – Le règne de Jhonas Enroth à titre de gardien no 1 de l’organisation des Sabres après l’ère Ryan Miller a pris fin après sept matchs, alors qu’une entorse au genou a mis fin à sa saison. Au terme de la dernière campagne, les Sabres ont finalement utilisé six gardiens, et un total de neuf hommes masqués ont été en uniforme pour au moins une rencontre, un record de la LNH selon le Elias Sports Bureau.

    Enroth a conservé une fiche de 4-17-5 avec une moyenne de buts alloués de 2,82 et un pourcentage d’arrêts de ,911 en 28 parties (26 départs) et il devra maintenant rivaliser avec Michal Neuvirth, qui a été acquis des Capitals de Washington à la date limite des transactions de la LNH. Ces deux gardiens écouleront cette année la dernière saison de leur contrat, et auront une chance en or de s’approprier le titre de gardien no 1.

    « La meilleure chose dans le monde du sport est que nous avons la chance d'obtenir un poste, et de batailler pour le conserver, a philosophé Nolan. Il existe une compétition à l’interne à savoir qui veut du poste de gardien no 1, et qui va le décrocher. Ce sera intéressant de voir au cours du camp d’entraînement qui va ressortir du lot. De plus, ils sont tous les deux jeunes, ce qui est très bien. L’un d’entre eux peut hériter du poste pendant un mois ou un mois et demi avant que l’autre ne le détrône. Qui sait? »

    5. Est-ce que Sam Reinhart sera prêt? – Le deuxième choix au total au repêchage 2014 de la LNH a de bonnes chances de percer l’alignement dès le camp d’entraînement. Cependant, c’est la capacité du choix le plus élevé de l’organisation depuis qu’elle a sélectionné Pierre Turgeon au premier rang au total en 1987 de prouver qu’il est prêt à affronter les rigueurs de la LNH qui va déterminer à quel point l’équipe s’en trouvera améliorée.

    En prenant en considération ce que le lauréat du trophée Calder, Nathan MacKinnon, a accompli l’an dernier (24 buts, 63 points, différentiel de plus-20) pour l’Avalanche du Colorado à 18 ans, les Sabres espèrent que Reinhart pourra devenir le pilier de l’organisation.

    « Tout dépend de facteurs tels que l’équipe, la position où il joue et la progression du joueur, a expliqué Nolan. Je crois que ce serait mettre trop de pression sur le jeune homme que d’affirmer dès maintenant [qu’il est prêt]. Nous souhaitons seulement qu’il soit le meilleur joueur possible, et s’il est prêt en septembre, tant mieux. Sinon, nous nous en accommoderons. »

    Suivez Follow Jon Lane sur Twitter : @JonLaneNHL

     

    La LNH sur Facebook