Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    Les Blackhawks comptent des joueurs d’élite partout dans leur alignement

    mercredi 2014-08-13 / 3:00 / 30 en 30 - Aperçus de la saison 2014-15

    Par Corey Masisak - Journaliste LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Les Blackhawks comptent des joueurs d’élite partout dans leur alignement
    Les Blackhawks comptent des joueurs d’élite partout dans leur alignement

    Les Blackhawks de Chicago pourraient devenir la première franchise à remporter la Coupe Stanley trois fois en six ans depuis les Red Wings de Detroit, qui ont réalisé cet exploit en 1997, 1998 et 2002.

    Les Blackhawks ont failli devenir la première équipe à gagner la coupe trois fois en cinq ans depuis 1990, mais les Kings de Los Angeles se sont imposés en prolongation au United Center lors du septième match de la finale de l’Association de l’Ouest. Les Kings et les Blackhawks ont mis la main sur quatre des six derniers titres de la LNH et une rivalité semblable à celle des années 1990 entre les Red Wings et l’Avalanche du Colorado s’est développée, les mêlées générales en moins.

    L’Association de l’Ouest demeure extrêmement compétitive, alors ça ne se jouera pas uniquement entre Los Angeles et Chicago en 2014-15. Cependant, ces deux formations demeurent les favorites et elles pourraient se rencontrer en finale d’association pour une troisième année de suite. L’embauche la plus significative des Blackhawks, Brad Richards, visait à colmater la brèche au centre qui a désavantagé Chicago face aux Kings en mai dernier.

    Les Blackhawks comptent sur une formation très talentueuse et les attentes demeurent les mêmes. Si Chicago ne termine pas la saison 2014-15 en faisant la fête à Grant Park, la Ville des vents vivra une autre grande déception.

    ATTAQUANTS

    Patrick Sharp - Jonathan Toews - Marian Hossa

    Brandon Saad - Brad Richards - Patrick Kane

    Bryan Bickell - Andrew Shaw - Jeremy Morin

    Peter Regin - Marcus Kruger - Ben Smith

    Joakim Nordstrom - Kris Versteeg

    Les Blackhawks ont gagné la Coupe Stanley à deux reprises sans un véritable deuxième centre, mais ils n’avaient alors pas eu à affronter Anze Kopitar, Jeff Carter, Jarrett Stoll et Mike Richards dans une série quatre de sept (Richards et plusieurs autres joueurs des Kings étaient absents ou n’étaient pas au sommet de leur forme en 2013). Brad Richards pourrait venir combler cette lacune à Chicago.

    Andrew Shaw a connu quelques bons matchs vers la fin de la finale d’association en compagnie de Brandon Saad et Patrick Kane et il pourrait profiter d’une autre chance si Richards ne répond pas aux attentes. La solution à long terme est probablement Teuvo Teravainen, qui n’est cependant pas assuré de percer l’alignement en début de saison.

    La fiche offensive de Bryan Bickell n’a pas été très impressionnante l’an dernier, mais il a très bien fait sur le plan de la possession de la rondelle et il pourrait toujours avoir sa place sur le premier trio aux côtés de Jonathan Toews et Marian Hossa. Saad a beaucoup progressé la saison dernière. Le groupe d’ailiers qu’il forme avec Kane, Hossa et Patrick Sharp est dans une classe à part dans la LNH.

    POUR LES POOLERS



    Mésestimé : Brandon Saad – Cet ailier gauche de 21 ans a fait des progrès dans cinq des six catégories standard utilisées dans les pools (buts, passes, différentiel, points en avantage numérique, tirs au but) à sa deuxième saison complète dans la ligue, et il a de plus connu cinq matchs de plus d’un point (à égalité au 2e rang de la LNH) au cours des séries éliminatoires. Il a cimenté sa place sur les deux premiers trios des Blackhawks, mais il sera repêché après ses coéquipiers Patrick Kane, Jonathan Toews, Patrick Sharp et Marian Hossa. Saad ne fait pas encore partie du top-100 pour les poolers, mais il est réaliste de s’attendre à une saison de 25 à 30 buts, 55 à 60 points avec un différentiel de plus-20 ou mieux, ce qui lui permettrait de faire partie de ce groupe d’ici la fin de la saison.

    Surévalué : Nick Leddy – Les poolers ont attendu que Leddy, âgé de 23 ans, s’épanouisse avec les Blackhawks, mais il n’a toujours pas bâti sur sa saison de 37 points en 2011-12. Il s’est amélioré au chapitre du différentiel en plus d’amasser un nombre décent de points en avantage numérique en fonction du nombre de minutes qu’il a passées sur la glace dans cette situation, mais il n’accumule pas de minutes de punition, en plus d’avoir décoché son plus bas total de tirs par match en carrière (1,24) et de s’être effondré au cours des deux dernières années en séries éliminatoires. Il est hautement improbable qu’il vole du temps de glace à Duncan Keith ou Brent Seabrook dans un avenir rapproché, et il faut donc que les poolers considèrent Leddy comme un bon quatrième défenseur ou une bonne option sur le banc en ce moment.

    Sous le radar : Brad Richards – Il reste à voir si Richards aura le dessus sur Andrew Shaw et Teuvo Teravainen pour l’obtention du poste de deuxième centre des Blackhawks, mais le vétéran se retrouve dans une situation bien plus favorable à Chicago, où il subira moins de pression. Il ne passera pas autant de temps sur le jeu de puissance que l’an dernier avec les Rangers de New York (3:40 par match), mais il pourrait être plus productif dans cette facette du jeu en raison des armes offensives autour de lui. Richards n’est plus un joueur de premier plan en séries éliminatoires, mais il devrait être en mesure d’amasser 20 buts ou plus, au moins 45 points, un différentiel de plus-15 ou mieux et plus de 200 lancers en saison régulière.

    -- Suivez Pete Jensen sur Twitter : @NHLJensen

    Cette année, le joueur qui pourrait s’épanouir comme Saad pourrait être Jeremy Morin. Il a bien joué dans un rôle aux responsabilités limitées l’an passé, mais il a eu de la difficulté à gagner la confiance de Joel Quenneville. Kris Versteeg est un autre joueur à surveiller. Il a connu une saison difficile l’année dernière et il pourrait être victime des contraintes reliées au plafond salarial. S’il demeure à Chicago, il pourrait perdre son poste régulier.

    Si Teravainen et Morin font assez bonne impression pour percer l’alignement régulier, les Blackhawks pourraient bien compter sur le meilleur groupe d’attaquants de l’ère du plafond salarial de la LNH.

    DÉFENSEURS

    Duncan Keith - Brent Seabrook

    Johnny Oduya - Niklas Hjalmarsson

    Nick Leddy - Michal Rozsival

    David Rundblad

    L’analytique au hockey, ce n’est pas seulement les tentatives de lancer ou les statistiques Corsi et Fenwick; la brigade défensive des Blackhawks le prouve bien. Duncan Keith et Brent Seabrook forment l’un des meilleurs duos défensifs du circuit, mais Quenneville utilise Niklas Hjalmarsson et Johnny Oduya dès qu’il en a l’occasion contre le meilleur trio adverse pour permettre à Keith et à Seabrook de mieux exploiter leur talent offensif.

    Quenneville n’a pas seulement voulu protéger Nick Leddy pendant la course aux séries en 2013 et en 2014, il l’a même gardé sur le banc pour ne jouer qu’à cinq défenseurs. Les Blackhawks insistent pour dire qu’ils croient toujours au potentiel à long terme du jeune Leddy. Or, avec le départ de Sheldon Brookbank et un Michal Rozsival vieillissant, ils devront faire plus confiance à Leddy à la fin de la campagne.

    Si David Rundblad ou un espoir comme Adam Clendening ou Stephen Johns prouvent qu’ils peuvent évoluer régulièrement dans la LNH, Quenneville et le directeur général Stan Bowman auront alors beaucoup plus d’options à leur disposition.

    GARDIENS

    Corey Crawford

    Antti Raanta

    Au cours des quatre dernières saisons, 40 gardiens de but ont disputé au moins 100 matchs. Avec son pourcentage d’arrêts de ,914 comme gardien partant des Blackhawks, Corey Crawford se classe au 24e rang de ce groupe. Dans trois de ces quatre campagnes, il a obtenu un taux d’efficacité d’au moins ,917, ce qui est suffisant pour remporter plusieurs victoires avec les puissants Blackhawks.

    Il a aussi très bien fait lors de la conquête de la Coupe Stanley de 2013 et il a connu une bonne deuxième ronde contre le Wild du Minnesota Wild pendant les séries de 2014. Le problème pour Chicago, c’est son contrat, qui en fait le sixième gardien le mieux payé de la ligue. Avec un tel contrat, les Blackhawks attendent plus de lui qu’un pourcentage d’arrêts de ,912, comme lors des séries de 2014, pour remporter d’autres titres. Compte tenu des contraintes salariales à Chicago, verser six millions de dollars par année à un gardien qui offre des performances moyennes est loin d’être l’idéal.

    AUSSI DANS LA COURSE : C Teuvo Teravainen, AD Ryan Hartman, D Adam Clendening, D Stephen Johns, G Kent Simpson

     

    La LNH sur Facebook