Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    La présence de Richards pourrait propulser les Blackhawks au sommet

    mercredi 2014-08-13 / 3:00 / 30 en 30 - Aperçus de la saison 2014-15

    Par Brian Hedger - Correspondant LNH.com

    Partagez avec vos amis


    La présence de Richards pourrait propulser les Blackhawks au sommet
    La présence de Richards pourrait propulser les Blackhawks au sommet

    CHICAGO – À première vue, l’union entre le centre Brad Richards et les Blackhawks de Chicago semble parfaite.

    Les deux veulent regagner la Coupe Stanley et chacun possède quelque chose que l’autre recherche.

    Richards, qui a vécu la déception de la défaite en finale de la Coupe Stanley en 2014, voulait se joindre à une autre formation pouvant aspirer aux grands honneurs après que les Rangers de New York eurent racheté son contrat pendant la saison morte. Après s’être inclinés en sept matchs en finale de l’Association de l’Ouest, les Blackhawks avaient besoin d’un joueur plus talentueux pour pivoter leur deuxième unité.

    L’un semblait prédestiné à l’autre.

    Le directeur général des Blackhawks Stan Bowman n’a pas tardé à embaucher Richards le 1er juillet dès que celui-ci a indiqué qu’il était prêt à accepter une entente d’un an d’une valeur estimée à 2 millions $. Il amorcera le camp d’entraînement sur le deuxième trio en compagnie de Brandon Saad et du prolifique ailier droit Patrick Kane.

    « Ça nous donne plusieurs options », a déclaré l’entraîneur des Blackhawks Joel Quenneville. « On n’a jamais assez de profondeur au centre et je crois qu’il vient rehausser la qualité de notre ligne de centre. Donc, en tant qu’entraîneur, j’ai beaucoup plus d’options avec lui et il nous procure plus de profondeur sur tous nos trios. »

    Ainsi, Richards (34 ans) aura une autre bonne chance de décrocher un titre. Il ne rajeunit pas et la défaite contre les Kings de Los Angeles en finale n’a fait que renforcer son désir de gagner à nouveau la Coupe Stanley.

    « J’ai dit à Stan et à Joel à notre première discussion, si je me souviens bien, que lorsqu’on passe si près, on attrape la fièvre, a révélé Richards. On veut vraiment en gagner une autre. Dans mon cas, je veux en gagner une autre avant de prendre ma retraite. Donc, quand les Hawks m’ont approché, je me disais que si je voulais avoir une autre chance de gagner, c’était l’occasion idéale. »

    Pour les Blackhawks, c’est le meilleur moyen d’atteindre leur objectif. Lors de leurs deux dernières conquêtes de la Coupe Stanley, ils ne comptaient pas sur de vrais joueurs de centre sur leur deuxième trio. L’ailier gauche Patrick Sharp les avait dépannés en 2010 et le vétéran Michal Handzus s’était acquitté de cette tâche en 2013 à l’âge de 36 ans.

    Handzus a parfois été employé sur le trio de Kane la saison dernière, mais son âge a semblé le rattraper. Après avoir inscrit deux buts, une assistance et un différentiel de moins 8 en 19 matchs en séries, il n’a pas été rembauché. C’est donc Richards qui aura la première opportunité pour obtenir ce poste, un ancien centre de premier trio qui a remporté le trophée Conn-Smythe quand le Lightning de Tampa Bay a mis la main sur la Coupe Stanley en 2004.

    Richards a éprouvé des difficultés pendant les séries éliminatoires l’an dernier. Il n’a compté que cinq buts et n’a récolté que 12 points en 25 matchs des séries. De plus, ses statistiques de possession de rondelle ont chuté comparativement à la saison régulière.

    Pourtant, Richards a passé trois campagnes avec les Rangers après l’âge de 30 ans et ses statistiques de possession de rondelle avaient augmenté comparativement à celles de son séjour avec les Stars de Dallas. Les Rangers formaient une meilleure équipe que les Stars, sans contredit, mais la production de Richards au cours des trois dernières années prouve qu’il demeure un joueur talentueux.

    Il a terminé la saison avec 20 buts, 31 aides et 51 points. Il a inscrit cinq de ses buts en avantage numérique, là où il devrait évoluer plus souvent à Chicago. Il a aussi été durable dans l’uniforme des Rangers en ne ratant que deux parties en trois saisons régulières.

    S’il continue comme ça avec les Blackhawks, les statistiques de Richards pourraient encore s’améliorer à son arrivée dans une nouvelle équipe. Si c’est le cas, il faudra avoir Chicago à l'œil en séries éliminatoires.

    « Je n’ai fait qu’observer [Kane] et il est très excitant à regarder, a ajouté Richards. Tout se joue une fois sur la glace. C’est ce qui est le plus difficile à prédire en ce moment parce que ça pourrait ne pas fonctionner entre nous. Tout ça doit arriver un peu naturellement. Ensuite, il suffit de voir jusqu’où ça peut nous mener. »