Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    L’avenir de Pavelec et Frolik fait partie des cinq questions des Jets

    samedi 2014-08-09 / 3:00 / 30 en 30 - Aperçus de la saison 2014-15

    Par Patrick Williams - Correspondant LNH.com

    Partagez avec vos amis


    L’avenir de Pavelec et Frolik fait partie des cinq questions des Jets
    L’avenir de Pavelec et Frolik fait partie des cinq questions des Jets

    Même s’ils avaient connu une saison morte très occupée, les Jets de Winnipeg auraient eu de la difficulté à aspirer au titre de la section Centrale.

    Les Jets ont terminé la saison 2013-14 au dernier rang de la section Centrale avec une fiche de 37-35-10, mais le directeur général Kevin Cheveldayoff a choisi de conserver son alignement relativement intact, alors que le centre de troisième trio Mathieu Perreault a été son seul ajout important. Si les Jets souhaitent dépasser certains de leurs compétiteurs au sein de la section Centrale et participer aux séries éliminatoires pour la première fois depuis 2007, ils devront répondre aux cinq questions suivantes :

    1. Est-ce que l’entraîneur Paul Maurice peut imposer ses valeurs avec les Jets – L’ancien entraîneur Claude Noel n’a pas réussi à modifier la culture perdante qui a accompagné les Jets au cours de leur déménagement en provenance d’Atlanta, et cela lui a coûté son emploi.

    Maurice a connu du succès à son arrivée avec les Jets, remportant neuf de ses 11 premières parties, mais la culture perdante de Winnipeg a repris le dessus vers la fin de la saison. Maurice est un entraîneur crédible avec plus de 1 100 matchs derrière le banc dans la LNH, et il a le mandat de changer la façon de faire des Jets, sur la glace et hors de celle-ci.

    L’entraîneur a servi un avertissement à son équipe avant que les joueurs ne partent pour l’été. Il leur a dit de s’attendre à un camp d’entraînement très exigeant alors qu’il souhaitait améliorer leur condition physique. Les Jets ont subi six défaites en temps réglementaire, en prolongation ou en fusillade alors qu’ils menaient après deux périodes.

    Maurice devra aussi redresser le jeu de puissance de Winnipeg, qui s’est classé au 25e rang de la ligue la saison dernière et au 30e rang en 2012-13.

    2. Que va-t-il arriver au polyvalent attaquant Michael Frolik? – Le contrat d’un an signé par le populaire Frolik cet été ouvre la porte à son départ l’été prochain, alors qu’il sera joueur autonome sans compensation.

    Les Jets et Frolik pourront reprendre leurs négociations de contrat en janvier. Si les Jets sont toujours dans la course aux séries à ce moment-là, mais que les pourparlers ne sont pas encourageants, Cheveldayoff pourrait être placé devant un choix difficile à la date limite des transactions de la LNH : conserver les services de Frolik en espérant que son équipe parvienne finalement à se qualifier pour le tournoi printanier, au risque de le perdre sans rien obtenir en retour au cours de l’été, ou encore échanger Frolik.

    3. Est-ce que les Jets peuvent éviter les relâchements inopportuns? – La saison dernière, les Jets sont parvenus à vaincre les Ducks d’Anaheim, les Blackhawks de Chicago et les Sharks de San Jose (deux fois) sur la route. Ils ont cependant annulé les effets de ces importantes victoires en s’inclinant à l’étranger contre des équipes qui n’allaient pas participer aux séries éliminatoires. Sur une période de 18 jours en décembre, les Jets ont perdu des matchs à l’étranger contre les Panthers de la Floride, les Sabres de Buffalo et les Oilers d’Edmonton, qui sont toutes des formations qui ne se sont pas qualifiées pour les séries. Les Jets doivent faire preuve d’une meilleure capacité à dominer et à battre les équipes qui se trouvent derrière eux au classement de la LNH.

    4. Est-ce que les Jets peuvent améliorer leur fiche contre la section Centrale? – Un dossier de 9-15-5 contre leurs rivaux de section a réduit à néant les chances des Jets de participer aux séries éliminatoires. Leur rendement contre les équipes de leur section doit être amélioré, tout comme leurs performances à domicile (18-17-6).

    Quatre des sept premiers matchs à domicile des Jets les opposeront à des rivaux de la section Centrale. Des insuccès hâtifs contre les équipes de leur section pourraient condamner Winnipeg.

    5. Est-ce qu’Ondrej Pavelec peut s’imposer comme un gardien qui ne fait pas partie des pires de la LNH? – La réponse à cette question est simple. Si Pavelec ne parvient pas à s’imposer à sa sixième saison complète dans la LNH, le fait que les Jets vont rater les séries éliminatoires sera le dernier des soucis de Cheveldayoff.

    Il est peu probable que le poste de partant de Pavelec soit menacé, à moins que l’auxiliaire Michael Hutchinson enchaîne les performances sensationnelles. Une autre saison en deçà des attentes de la part de Pavelec ne ferait que nourrir les critiques et les demandes des partisans qui souhaitent que les Jets se débarrassent de leur gardien numéro un.