Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

L’entraîneur du Lightning tente de minimiser les attentes

dimanche 2014-08-03 / 15:20 / LNH.com - Nouvelles

Par Tal Pinchevsky - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


L’entraîneur du Lightning tente de minimiser les attentes
L’entraîneur du Lightning tente de minimiser les attentes

Malgré la perte du joueur étoile Steve Stamkos pour une période de quatre mois et l’échange de son capitaine Martin St-Louis, le Lighting de Tampa Bay a surpris la LNH et a terminé au troisième rang de l’Association de l’Est. Maintenant, après avoir acquis quelques vétérans au cours de la saison morte, le Lightning entreprendra la saison 2014-15 parmi les favoris pour faire un bon bout de chemin en séries éliminatoires.

Il ne faut cependant pas compter sur leur entraîneur pour le confirmer.

« Tentez de nous faire passer pour un Lightning de Tama Bay gentil, humble et insouciant, a demandé Jon Cooper au LNH.com cette semaine. Pas comme une équipe qui va botter le [derrière] de tout le monde dans la ligue. »

La saison dernière, Cooper a pu découvrir un gardien étoile en Ben Bishop, et il a mené Tampa Bay, qui a fait appel à neuf recrues, aux séries éliminatoires pour la première fois en trois ans. À sa première saison complète derrière le banc, Cooper a été finaliste au trophée Jack Adams remis au meilleur entraîneur de la LNH.

« Nous avions l’habitude de blaguer à ce propos. Si l’on regarde le calendrier, moins d’un an s’est écoulé, mais nous avions le sentiment que nous venions de disputer cinq saisons, a confié Cooper. Nous savions que nous devions nous attendre à l’inattendu, mais nous ne savions pas que nous aurions à affronter tout cela. »

Le balayage subi par le Lightning aux mains du Canadien de Montréal en première ronde de l’Association de l’Est a exposé le manque d’expérience et de vétérans de l'équipe, alors le directeur général Steve Yzerman a procédé à quelques ajouts précieux au cours de la saison morte. Il a fait l’acquisition de Jason Garrison dans le cadre d’une transaction avec les Canucks de Vancouver avant de s’entendre avec le défenseur Anton Stralman, le gardien Evgeni Nabokov, et les attaquants Brian Boyle et Brenden Morrow sur le marché des joueurs autonomes.

« Nous avons probablement bougé un peu plus que ce à quoi les gens s’attendaient. Nous devions toutefois combler certains besoins à certaines positions, a expliqué Cooper. Plusieurs de nos problèmes la saison dernière ont peut-être été masqués par les performances exceptionnelles de Ben Bishop. Cependant, les séries éliminatoires nous ont quelque peu ramenés à la réalité.

« Nous avons modifié un peu notre alignement, et les gens s’attendent tout à coup à ce que l’équipe accomplisse de grandes choses. C’est drôle de voir comment les choses se déroulent. Il a à peine 12 mois, nous étions considérés comme une équipe de bas de classement. Je veux maintenant voir à quel point nous avons grandi à la suite de notre expérience en séries éliminatoires et de notre été. J’ai très hâte de voir si cette équipe peut passer à la prochaine étape. »

Il est facile d’oublier que Cooper a hérité d’une équipe qui possédait le pire dossier de la LNH lorsqu’il a été embauché par Tampa Bay le 25 mars 2013. Il avait neuf mois auparavant remporté la Coupe Calder avec l’équipe-école du Lightning dans la Ligue américaine de hockey (LAH) à Norfolk, et il avait quitté 14 ans plus tôt sa carrière d’avocat afin d’accepter son premier emploi d’entraîneur à Lansing (au Michigan) avec la Catholic Central High School.

Cooper a bien préparé ses joueurs de la LAH à devenir des joueurs réguliers dans la LNH. Dix joueurs qui ont fait partie de l’équipe championne de la Coupe Calder à Norfolk ont disputé au moins 13 parties avec Tampa Bay l’an dernier, dont les attaquants Tyler Johnson et Ondrej Palat, qui ont tous deux été finalistes au trophée Calder remis à la meilleure recrue de la LNH.

« Cela explique probablement en partie pourquoi nous avons connu du succès la saison dernière. Nous nous connaissions bien, a noté Cooper. Nous avons tous accédé aux rangs professionnels ensemble, nous avons remporté une Coupe Calder ensemble, nous avons presque tous fait nos premiers pas dans la LNH ensemble, et nous avons goûté aux séries éliminatoires ensemble. J’ai pratiquement vu ces joueurs devenir des hommes dans la LNH, et ce fut très agréable d’avoir pu faire partie de cela. Cela serait encore plus agréable de pouvoir pousser ces joueurs à atteindre le sommet de la LNH. »

Les vétérans acquis par Tampa Bay, sans oublier un retour en santé de Stamkos, devraient aider Cooper dans cette quête. Le vrai défi sera cependant de conserver l’état d’esprit de négligé qui a aidé le Lightning à devenir l’une des belles histoires de la LNH en 2013-14.

« En tant que groupe, nous comptions sur plusieurs joueurs qui n’avaient pas évolué suffisamment longtemps dans la LNH pour avoir connu autre chose. Les nouveaux venus amènent avec eux beaucoup d’expérience en séries éliminatoires, a confié Cooper. La question à laquelle nous devons répondre est, pouvons-nous être une meilleure équipe que celle que nous formions l’an dernier? Je ne crois pas que le nombre de points amassés au cours de la saison régulière peut servir de réponse à cette question. Nous saurons si nous formons une meilleure équipe de hockey si nous avons la chance de participer au tournoi printanier.

« Si nous avons la chance de nous qualifier pour les séries éliminatoires, pourrons-nous aller plus loin que la saison dernière? Je pense que nous comptons sur un groupe qui souhaite réellement essayer de passer à la prochaine étape. C’est ce que nous voulons faire. »

Cooper, âgé de 46 ans, est heureux de parler de ce qu’il aimerait voir d’une équipe qui devrait, selon plusieurs observateurs, terminer au sommet de l’Association de l’Est la saison prochaine. Une chose qu’il ne fera toutefois pas est de tenter de prédire le nombre de points que son équipe va amasser, et encore moins de lever le voile sur ses aspirations en ce qui concerne la Coupe Stanley. La douleur associée au balayage contre Montréal est encore trop présente pour qu’il le fasse. La déception était tellement vive que Cooper a refusé de regarder du hockey pendant trois semaines après l’élimination de Tampa Bay.

Pour l’instant, tout ce qu’il souhaite, c’est d’avoir une autre chance de participer aux séries éliminatoires. C’est pourquoi Cooper avait une simple demande pour tous les membres des médias qui commencent à dévoiler leurs prédictions en vue de la prochaine saison de la LNH.

« Tout ce que je demande est de ne pas nous décrire comme quelque chose que nous ne sommes pas, a demandé Cooper. C’est la seule chose que je ne veux pas que les gens fassent. »

 

La LNH sur Facebook