Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Le Canada ignore la pression à l’ouverture du camp de perfectionnement d’ÉCJ

samedi 2014-08-02 / 11:53 / LNH.com - Nouvelles

Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

Partagez avec vos amis


Le Canada ignore la pression à l’ouverture du camp de perfectionnement d’ÉCJ
Le Canada ignore la pression à l’ouverture du camp de perfectionnement d’ÉCJ

La pression liée à la victoire ne date pas d’hier pour Hockey Canada. Cependant, cette pression sera plus forte que jamais cette année.

Le camp de perfectionnement estival de l’équipe canadienne junior se mettra en branle dimanche en banlieue de Montréal à Brossard, au Québec. C’est là que 41 joueurs franchiront la première étape dans leur quête de participer au Championnat mondial junior 2015 de la FIHG (CMJ), qui s’amorcera le 26 décembre à Montréal et Toronto.

C’est une chose de représenter le Canada au CMJ, et c’en est une autre de le faire à domicile. Le fait que le tournoi soit présenté dans les deux plus grandes villes du Canada ajoute à la pression cette année.

L’entraîneur du Canada Benoît Groulx des Olympiques de Gatineau de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) est parfaitement au courant de cette situation. Quatre mois avant le début du tournoi, il ne s’en fait toutefois pas avec la pression.

En fait, il s’en réjouit.

« Beaucoup de personnes parlent de la pression, et je crois que la pression est une bonne chose, a expliqué Groulx. Cela veut dire que nous avons une chance de gagner, que nous formons une bonne équipe. Il y a des formations qui se présentent à ce tournoi en affirmant qu’elles ne ressentent pas de pression, mais cela signifie qu’elles ne pensent pas pouvoir l’emporter. Il est donc positif pour nous de ressentir une pression. Nous sommes au courant de l’ampleur que prendra cet événement, et nous aborderons ce sujet cette semaine avec les joueurs. Nous allons leur en parler, mais les joueurs aussi sont totalement conscients de cette réalité. »

Le Canada n’a pas décroché de médaille au CMJ depuis qu’il a ramené la médaille de bronze en 2012, soit lors de la dernière édition du tournoi présentée en territoire canadien. Cependant, Groulx aimerait mettre fin à autre séquence à la maison.

« Cela fait [plus de] cinq ans que le Canada n’a pas mis la main sur la médaille d’or, a-t-il rappelé. Nous savons donc tous quel sera l’objectif lorsque nous entreprendrons le tournoi. Nous gardons ce fait à l’esprit. »

Pour le moment, Groulx et ses adjoints, Dave Lowry, des Royals de Victoria de la Ligue de hockey de l’Ouest (WHL), et Scott Walker, du Storm de Guelph de la Ligue de hockey de l’Ontario (OHL), s’assurent de recueillir le plus d’information possible au cours du camp de perfectionnement.

Le Canada disputera quatre matchs simulés en quatre jours entre mardi et vendredi contre les équipes nationales juniors de la Russie et de la République tchèque, dont le camp se tient respectivement à Montréal et à Sherbrooke, au Québec. Groulx a indiqué que le grand nombre de parties allait permettre à lui et à ses adjoints de placer leurs joueurs dans différentes situations afin de voir s’ils peuvent démontrer leur polyvalence, ce qui représente une caractéristique très recherchée chez les candidats qui aspirent à percer l’alignement.

« Pour nous, il s’agit de vraiment connaître tous les joueurs en profondeur, non seulement en tant que joueurs, mais aussi en tant que personnes. Je crois qu’il s’agit de quelque chose d’essentiel aujourd’hui, dans un camp aussi court, d’apprendre quelles sont les valeurs de chaque joueur, le degré d’engagement qu'ils affichent sur la glace et hors de celle-ci, leur style de jeu qu'ils adoptent, leur capacité à élever leur jeu d’un cran et à s’adapter à différentes situations, a souligné Groulx. Nous allons sortir ces joueurs de leur zone de confort quelque peu. C’est pourquoi nous avons planifié autant de rencontres en si peu de temps. Tout le monde va sauter sur la glace, mais nous allons être très occupés à leur parler et à leur apprendre la manière dont nous voulons qu’ils jouent, la manière dont nous voulons qu’ils bataillent sur la glace. C’est l’objectif au cours de ces matchs. »

Dix joueurs ayant fait partie de l’équipe canadienne qui s’est inclinée contre la Russie dans le match pour la médaille de bronze au CMJ 2014 sont de retour au camp de perfectionnement. L’attaquant Jonathan Drouin des Mooseheads d’Halifax de la LHJMQ, qui a terminé au deuxième rang des pointeurs de l’équipe l’an dernier avec neuf points en sept parties, ne sera pas de la partie, car il a participé aux deux derniers tournois pour le Canada, ce qui lui vaut une exemption en vertu des politiques de Hockey Canada. De toute manière, Drouin ne sera probablement pas disponible pour défendre les couleurs de son pays puisqu’il y a de fortes chances qu’il perce l’alignement du Lightning de Tampa Bay dans la LNH.

Drouin n’est pas le seul Canadien à se trouver dans cette situation, puisque de nombreux joueurs présents au camp ont de bonnes chances de jouer dans la LNH cette saison. Le défenseur Aaron Ekblad, le premier choix au total du repêchage 2014 de la LNH, pourrait évoluer avec les Panthers de la Floride à Noël. La même chose pourrait arriver au deuxième choix du dernier repêchage, l’attaquant Sam Reinhart des Sabres de Buffalo, ainsi qu’à plusieurs autres joueurs.

Cet élément d’inconnu est un défi que doit affronter annuellement le Canada, et Groulx n’est pas particulièrement préoccupé par cette situation à l’aube du camp.

« Nous ne croyons pas qu’il s’agisse d’un avantage ou d’un désavantage, a noté Groulx. Nous croyons que nous pourrons compter sur de très bons joueurs, peu importe qui sera disponible ou non. De toute évidence, nous souhaitons que les meilleurs joueurs d’âge junior du Canada soient disponibles, mais nous savons très bien comment cela fonctionne. »

Il y a un joueur sur lequel Groulx pourra assurément compter en vue de ce tournoi, soit Connor McDavid des Otters d’Erie dans la OHL, lui qui est le favori pour être sélectionné au premier rang au repêchage de 2015. Le camp de l’équipe junior canadienne est le premier événement d’une saison au cours de laquelle McDavid sera abondamment observé, lui qui devrait être un membre important de l’équipe cette année après avoir occupé un rôle de soutien à l’âge de 16 ans l’an dernier.

Groulx a appris à connaître McDavid au tournoi l’an dernier alors qu’il servait d’adjoint à l’entraîneur Brent Sutter, et il est persuadé que la future vedette réagira très bien sous l’intensité des projecteurs qui seront braqués sur lui cette saison.

« Je pense que Connor McDavid, en plus d’être un excellent joueur de hockey, est une très bonne personne, a assuré Groulx. On peut voir que ce jeune homme provient d’une très bonne famille et qu’il possède de bonnes valeurs. Il est très intelligent, et il a beaucoup appris au tournoi l’an dernier. Il est maintenant un an plus vieux, et il est bien préparé mentalement pour ce camp et pour ce qui l’attend. Il sait dans quoi il s’embarque cette année. »

Pour McDavid, les autres joueurs présents au camp et le personnel d’entraîneurs, le défi sera de mettre de côté ce qui les attend à Noël. D’ici là, les entraîneurs tenteront de bâtir des relations avec les joueurs qui pourraient former leur équipe, et les joueurs vont tenter de jeter les bases afin de survivre au camp final de sélection en décembre.

 

La LNH sur Facebook