Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    Les Hurricanes ont besoin que Staal rebondisse

    samedi 2014-08-02 / 3:00 / 30 en 30 - Aperçus de la saison 2014-15

    Par Davis Harper - Journaliste - LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Les Hurricanes ont besoin que Staal rebondisse
    Les Hurricanes ont besoin que Staal rebondisse

    Lorsque Eric Staal est au sommet de son art, il est l’un des meilleurs joueurs offensifs de la LNH, et il permet aux Hurricanes de connaître du succès. Lorsqu’il n’est pas à son mieux, comme ce fut le cas pour la majeure partie de la campagne 2013-14, l’attaque de la Caroline est placée sur le respirateur artificiel en raison du manque de production de Staal.

    Staal a été le cinquième joueur le mieux payé la saison dernière avec un salaire de 9,25 millions $, alors que son impact sur la masse salariale était de 8,25 millions $ selon CapGeek. Il a néanmoins connu sa pire saison à l’attaque (20 buts, 41 passes et un différentiel de moins-13 en 79 parties) depuis la campagne 2003-04, soit sa saison recrue. Pour un joueur à qui les Hurricanes se fient dans presque toutes les situations de jeu, ces statistiques se sont traduites par un dossier de 36-35-11 et une 13e place dans l’Association de l’Est, ainsi qu’à une cinquième exclusion consécutive des séries éliminatoires.

    Le nouvel entraîneur Bill Peters s’attend à ce que son capitaine rebondisse cette saison.

    « Il est très important pour nous, a admis Peters. Il est le joueur vers lequel je vais me tourner le plus souvent. Nous allons évidemment l’utiliser en avantage numérique, et nous avons déjà mentionné qu’il allait mener la charge à l’attaque, ainsi qu’en infériorité numérique et à 5-contre-5. Il est un leader de cette équipe, ainsi qu’un joueur sur lequel nous allons compter dans différentes facettes du jeu. »

    L’une des clés pour la renaissance de Staal est un meilleur départ, lui qui a inscrit seulement trois buts à ses 18 premiers matchs en 2013-14. Le directeur Ron Francis a attribué ce début de saison difficile à une blessure subie lors du Championnat du monde 2013, et les Hurricanes espèrent que l’opération à un muscle abdominal subie par Staal vers la fin du mois de juillet ne va pas nuire à sa préparation en vue de la prochaine campagne.

    À 29 ans, et alors que son contrat est encore valide pour deux saisons, cette saison pourrait représenter la croisée des chemins pour Staal. Depuis qu’il a été nommé capitaine en janvier 2010, l’athlète natif de Thunder Bay en Ontario a vu sa production diminuer, et les Hurricanes n’ont toujours pas participé au tournoi printanier depuis sa nomination. Bien qu’il soit un membre du club Triple champion (Coupe Stanley, Jeux olympiques, Championnat du monde), son dernier championnat remonte aux Jeux olympiques 2010 de Vancouver avec le Canada.

    La bonne nouvelle pour Staal est que les Hurricanes sont demeurés loyaux envers leur capitaine, lui qui avait joué un rôle important dans leur conquête de la Coupe Stanley en 2006. Il est toujours avec l’équipe malgré toutes les rumeurs de transaction, il porte toujours le « C » malgré les spéculations voulant qu’il perde son titre, et il est toujours l’homme de confiance sur le jeu de puissance malgré le fait qu’il n’ait marqué qu’un seul but la saison dernière avec l’avantage d’un homme.

    Peut-être que la confiance que témoigne l’organisation à son endroit aidera Staal à revenir lui-même. Staal peut encore être un joueur de classe mondiale en évoluant avec ses compagnons de trio actuels, Alexander Semin et Jiri Tlusty. Staal a aussi été le meneur chez les Hurricanes avec quatre buts gagnants, ce qui représente peut-être la statistique la plus importante pour un joueur qui est toujours le cœur et l'âme de la formation.

    Si les Hurricanes veulent mettre fin à leur disette et enfin participer aux séries éliminatoires, le plus important pour eux sera que Staal recommence à faire la différence.

    « Nous devons trouver une manière d’engranger des points, même au cours des soirées où ne sommes pas au sommet de notre forme, a indiqué Peters. Dans les situations où le match est en jeu, [Staal] est celui qui peut faire la différence pour nous. »