Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

La mémoire de leur père guide les frères Chiasson

dimanche 2014-07-27 / 13:47 / LNH.com - Nouvelles

Par Kurt Dusterberg - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


La mémoire de leur père guide les frères Chiasson
La mémoire de leur père guide les frères Chiasson

RALEIGH, Caroline du Nord – Malgré le fait que l’on soit en plein milieu de l’été, le vestiaire des Hurricanes de la Caroline vibre d’une énergie inhabituelle dans le monde du hockey. Les joueurs qui y sont, pour la plupart, ne sont pas prêts à évoluer dans la LNH, car il s’agit de choix au repêchage ou de joueurs invités qui viennent tout juste de terminer la première journée du camp de perfectionnement. Ils ont les yeux grands ouverts, sont enthousiastes et tous se préparent rapidement afin de participer à un souper d’équipe.

Cependant, tout juste à l’extérieur du vestiaire, deux joueurs ne sont manifestement pas sur la même longueur d’onde que leurs compagnons. Ils s’entretiennent avec le directeur général des Hurricanes Ron Francis, qui accorde aux deux jeunes hommes son attention pleine et entière. Cette scène est légèrement insolite. Deux jeunes joueurs qui tiennent une conversation avec un membre du Temple de la renommée.

Les deux espoirs sont les frères Mike et Ryan Chiasson. Ces deux jeunes hommes ont reçu des invitations pour participer à ce camp, tout comme ils ont été conviés à cet entretien avec Francis. Cependant, s’il semble que Francis accorde une attention particulière à ces deux joueurs, c’est parce que c’est bel et bien le cas.

Mike et Ryan sont les fils de Steve Chiasson, un défenseur des Hurricanes qui est décédé le 3 mai 1999 dans un accident de voiture, quelques heures après l’élimination des Hurricanes en première ronde des séries éliminatoires contre les Bruins de Boston. Chiasson et Francis étaient alors coéquipiers. Mike était âgé de 8 ans au moment de l’accident, et Ryan de 4 ans.

Aujourd’hui, Mike est un défenseur de 22 ans qui s’apprête à entreprendre sa quatrième saison à l’Université du Michigan. Ryan, âgé de 20 ans, évolue avec les Fighting Saints de Dubuque dans la United States Hockey League, où il a récemment effectué la transition de défenseur à attaquant.

« Michael a reçu cette chance en raison de son passage au Michigan, a expliqué Francis. Ryan cherche toujours à obtenir une occasion de prouver sa valeur et à trouver une université qui soit prête à lui donner sa chance. Lorsque l’on permet à de jeunes joueurs de participer à un camp comme celui-là, cela leur enseigne certaines choses qui pourraient peut-être leur permettre de passer au prochain niveau. »

Les frères Chiasson sont particulièrement heureux de pouvoir évoluer ensemble au camp des Hurricanes. C’est à cet endroit que les deux hommes possèdent le plus de souvenirs liés à leur père.

« S’il était en congé le samedi ou le dimanche, il jouait avec nous, comme le ferait n’importe quel père, s’est rappelé Mike. Il lui arrivait aussi de venir à l'école au beau milieu de la journée la semaine pour parler aux enfants ou lire un livre. »

Les souvenirs de Ryan sont plus rares, mais ils sont impérissables.

« Je me souviens de quelques moments, comme de venir à l’aréna et de me promener dans le vestiaire avant et après les matchs », a-t-il mentionné, se souvenant des deux années que les Hurricanes ont passées à Greensboro, en Caroline du Nord, avant de déménager à Raleigh au mois d’octobre 1999. « Je me rappelle avoir patiné sur la glace au cours des journées familiales. Je me souviens donc de quelques petites choses. »

Mike et Ryan possèdent tous deux une incroyable confiance et un grand calme. Cela transparaît d’abord dans leur poignée de main et dans la manière dont ils vous saluent. Mais ce qui est le plus apparent est la façon dont ils ont surmonté leur perte.

« Il y a des moments où j’aimerais lui poser des questions à propos de ma manière de jouer, des choses qui pourraient m’aider sur la patinoire ou à l’extérieur de celle-ci, a mentionné Ryan. C’est difficile de ne pas l’avoir à mes côtés dans ces situations. »

Même aujourd’hui, les deux frères se réconfortent en pensant à ce qu’ils apprennent à propos de leur père. Lorsqu’ils rencontrent un étranger qui garde un bon souvenir de lui, ils leur expriment leur plus profonde gratitude.

« Ce qui est super avec la communauté du hockey, c’est qu’il y a tellement de personnes qui ont interagi avec mon père à un moment ou à un autre de sa carrière, a souligné Mike. Les histoires que j’entends reflètent bien ce que ma mère m’a raconté à propos de lui ainsi que les souvenirs que je garde de lui, soit qu’il était un homme de famille avant tout. Je suis reconnaissant d’avoir eu un père comme lui, qui a été un excellent modèle, [même] si ce fut pour une courte période. »

Steve Chiasson a disputé 13 saisons avec les Red Wings de Detroit, les Flames de Calgary et l’organisation de Hartford/Caroline. Sa meilleure saison est survenue en 1992-93 alors qu’il a amassé 62 points avec les Red Wings. Il sera difficile pour ses fils de connaître une carrière aussi longue que la sienne ou de présenter de telles statistiques, mais comme c’est le cas pour la plupart des jeunes joueurs, Mike et Ryan prévoient tenter leur coup.

« Je vais tenter d’évoluer chez les professionnels à un certain moment, que ce soit en Amérique du Nord ou à l’étranger », a affirmé Mike, qui a aussi dit qu’il aimerait occuper un poste de direction au sein d’une équipe de la LNH un jour. « Je ne veux pas abandonner ce rêve. Il m’a suivi pendant une grande partie de ma vie. Un environnement comme celui-ci me permet de me sentir comme chez moi, et j’ai le sentiment que j’y suis à ma place. »

Ryan espère que son passage à l’attaque, effectué à la demande de son entraîneur en janvier, lui permettra de jouer pendant quatre autres saisons en première division universitaire. Les Fighting Saints comptent sur lui afin de pratiquer un hockey robuste. Cette pensée lui a arraché un sourire.

« Ils souhaitent que je joue de manière physique et robuste à l’attaque, a confié Ryan. Mon père jouait un peu de cette manière au début de sa carrière. »

Pendant une semaine, les deux frères sont ensemble, arborant le chandail rouge et blanc que leur père a déjà porté. Il s’agit d’une chance pour eux d’ajouter un autre chapitre à l’historique sportif de la famille. Et avant la fin de la semaine, Francis a déclaré qu’il pourrait partager à Mike et Ryan une autre histoire concernant leur père.

« Je l’ai beaucoup aimé en tant que personne, et je l’ai aimé en tant que coéquipier », a noté Francis en parlant de Steve Chiasson. « Lorsqu’il était temps de sauter sur la glace, il jouait de manière dure. J’aimais son sens de l’humour, un peu sec et sarcastique.

« Il était simplement une très bonne personne. C’est fantastique de voir ces traits chez ses fils alors qu’ils ont vieilli. Je sais qu’il aurait été extrêmement fier de voir ce que ces deux jeunes hommes sont devenus. »

 

La LNH sur Facebook