Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
 

Hashimoto a effectué un voyage mémorable au camp des Blue Jackets

dimanche 2014-07-13 / 3:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Craig Merz - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Hashimoto a effectué un voyage mémorable au camp des Blue Jackets
Hashimoto a effectué un voyage mémorable au camp des Blue Jackets

COLUMBUS – Le peu de choses qu’il connaissait de la LNH lorsqu’il avait 10 ans, Ryo Hashimoto les avait apprises en regardant un vidéo de faits saillants chez lui à Sapporo, au Japon.

« J’ai regardé plusieurs rencontres, mais il s’agissait de la même cassette que je repassais en boucle », a-t-il indiqué mardi à l’aide d’un interprète. « Maintenant, je peux prendre mon ordinateur et tout suivre sur LNH.com. »

Plus de dix ans plus tard, Hashimoto a la chance d’observer la LNH de près à titre de joueur autonome invité au camp de perfectionnement des Blue Jackets de Columbus, qui a pris fin jeudi.

Hashimoto, âgé de 21 ans, espère que ses efforts vont éventuellement lui valoir un contrat avec les Blue Jackets, mais la Fédération de hockey du Japon a déjà bénéficié de son passage à Columbus.

« Les gens le suivent à la maison », a déclaré Yasuhiro Umeta, le vice-secrétaire général de la Ligue asiatique de hockey sur glace, qui a fait le voyage avec Hashimoto et lui a servi d’interprète.

« Je suis tellement heureux qu’il ait obtenu cette chance. Il croit qu’il peut jouer ici. »

Le hockey se trouve loin derrière le baseball et le soccer en termes de popularité au Japon, un pays de 127 millions d’habitants dont seulement 15 000 jouent au hockey, et près du tiers d’entre eux évoluent au niveau junior. Ces joueurs jouent sur 230 patinoires, dont 120 sont extérieures, selon la fédération.

Heureusement pour Hashimoto, l’une de ces patinoires se trouvait près de sa maison à Sapporo, où se sont tenus les Jeux olympiques d’hiver de 1972.

« J’ai commencé à patiner et j’ai tout de suite adoré cela, a-t-il raconté. Après le patinage artistique, l’équipe de hockey s’entraînait. Je suis donc resté pour observer la pratique, et j’ai décidé que c’est ce que je souhaitais faire. »

Hashimoto a fait son chemin au sein du programme de perfectionnement de la fédération et a représenté son pays au Championnat mondial junior en 2011, et il a joué professionnellement au cours des trois dernières saisons avec les Eagles d’Oji dans la ligue asiatique.

Participer à un camp de la LNH représente une expérience complètement différente pour ce défenseur filiforme.

« Plus gros, plus grands », a-t-il souligné lorsqu’il a décrit les joueurs nord-américains en anglais avec le sourire, plaçant son bras droit au-dessus de sa tête pour illustrer ses propos.

À 5 pieds 10 pouces et 165 livres, il est plus grand d’un pouce et affiche le même poids que l’attaquant T.J. Tynan, le plus petit joueur présent au camp.

Hashimoto a été recruté à Columbus par le thérapeute adjoint des Blue Jackets Nates Goto, qui a souper avec un ami, l’entraîneur de l’équipe national japonaise Mark Mahon, au cours d’un voyage dans son Japon natal cet été.

« Il a demandé à [Umeta] de venir souper avec nous et nous avons discuté de la meilleure manière de développer le hockey japonais. Nous avons pensé qu’il serait bénéfique d’envoyer nos jeunes joueurs aux États-Unis », a expliqué Goto.

Goto a ensuite communiqué avec la direction des Blue Jackets, et on lui a demandé de fournir des vidéos de Hashimoto.

« Il m’a envoyé une vidéo ainsi que des informations, a ajouté Goto. La première vidéo comprenait quelques clips, mais l’équipe a ensuite demandé à voir deux matchs complets. »

L’entraîneur du perfectionnement des joueurs des Blue Jackets Chris Clark a aimé ce qu’il a vu sur ces vidéos et il a offert à Hashimoto de prendre part au camp.

« Ça semblait être une excellente idée, a dit Clark. Il est l’un des meilleurs joueurs de leur programme national, alors pourquoi pas? »

Hashimoto n’a pas semblé déclassé sur la glace, quoique les parties simulées qui favorisent le patin plutôt que le jeu physique correspondent davantage à ses forces.

Son plus grand obstacle a été verbal.

« Ce serait la même chose si l’un de nous allait là-bas et ne connaissait pas la langue, a comparé Clark. Ce sera plus difficile pour lui à l’extérieur de la patinoire. Une fois sur la glace, cela reste du hockey. Il peut voir en quoi consiste l’exercice et l’effectuer par la suite. »

Hashimoto était d’accord avec lui.

« Il est un peu plus difficile de bien m’intégrer lors de l’entraînement hors glace, a-t-il souligné. Mais sur la glace, je ne comprends pas la langue, mais je peux mieux cadrer dans l’équipe. »

Il est en quelque sorte un pionnier puisqu’un seul joueur japonais a atteint la LNH : le gardien Yutaka Fukufuji a participé à quatre rencontres avec les Kings de Los Angeles en 2007.

Fukufuji était le deuxième joueur du Japon à être sélectionné au repêchage de la LNH, car le Canadien de Montréal avait choisi le défenseur Hiroyuki Miura en 11e ronde en 1992.

Hashimoto a ri lorsqu’il a été questionné à propos de la pression ressentie lorsque toute une nation l’observait.

« J’essaie de ne pas la ressentir. »

Il peut au moins partager ce fardeau depuis cette semaine puisque les Islanders de New York ont invité l’attaquant Yuri Terao, âgé de 19 ans, à leur camp de perfectionnement.

Clark considère le Japon comme une éventuelle pépinière de joueurs ainsi que comme un marché en pleine expansion pour la LNH.

« Notre sport est mondial, a-t-il fait remarquer. Ils bâtissent une équipe nationale et ils structurent leur hockey professionnel. Un jour, ce sera une avenue à explorer, alors pourquoi ne pas commencer tout de suite? »

 

La LNH sur Facebook