Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Bouchard : Tom Gilbert, un ajout de qualité pour le Canadien

mercredi 2014-07-09 / 10:57 / LNH.com - Nouvelles

Par Olivier Bouchard - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Bouchard : Tom Gilbert, un ajout de qualité pour le Canadien
L’historique de Tom Gilbert laisse entendre qu’il sera un atout sur la ligne bleue du Canadien

La venue de Tom Gilbert chez le Canadien de Montréal est quelque peu surprenante, dans la mesure où elle est un des gestes importants posés par le directeur général Marc Bergevin pour transformer sa brigade défensive. Ayant échangé Josh Gorges pour faire de la place aux jeunes défenseurs gauchers qui poussent, Bergevin n’allait pas pour autant lancer Nathan Beaulieu et Jarred Tinordi au feu sans plus de cérémonie. En amenant Gilbert pour deux ans, on s’assure d’une certaine stabilité en poussant Alexei Emelin à gauche, assurant ainsi un top-4 composé de P.K. Subban, Emelin, Gilbert et Andrei Markov.

L’ami Tom est, il fait bien le dire, un de ces défenseurs que l’étude de la distribution des tirs et du temps de glace dépeint sous un jour généralement favorable. Ainsi, sa « carte de joueur » sur Behindthenet.ca nous indique les infos suivantes :



Gilbert joue beaucoup à chaque match, il n’est que rarement blessé, on l’utilise (sauf au Minnesota, on y revient dans un instant) contre les meilleurs éléments adverses et au cours de ses dernières saisons complètes à Edmonton et au Minnesota, les gardiens s’effondrent derrière lui et le collent avec des différentiels de moins-14 et moins-11 respectivement.

Alors, Gilbert serait, si on se fie à sa réputation, un défenseur mobile, habile avec la rondelle, mais pas particulièrement robuste dont les errements défensifs coûteraient parfois cher à son équipe en tirs de qualité, et donc ferait plonger la moyenne d’efficacité de ses gardiens?

Pas tout à fait. On a beaucoup travaillé, ces dernières années, à tenter de trouver une relation entre la qualité des défenseurs et celle des gardiens derrière eux. Garret Hohl a dernièrement publié sur l’excellent blogue hockey-graphs.com une étude portant sur l’impact des défenseurs sur les taux d’arrêts de leur gardien. La conclusion de cette étude est éclairante : si on ne peut nier, à regarder un match, qu’un défenseur peut avoir un impact sur le travail de son gardien, cet impact est difficile, voire impossible à mesurer. Plus encore, les travaux de Chris Boyle laissent entrevoir qu’un effondrement des taux d’arrêts d’un gardien, outre les défauts individuels, trouve probablement plus leur source dans des choix des entraîneurs, choix tactique et choix de combinaisons de joueurs.

Bref, en un mot comme en mille, Gilbert a probablement été victime des circonstances, à Edmonton comme au Minnesota. L’utilisation qu’on fait de lui les cinq entraîneurs à l’avoir dirigé au cours des sept dernières saisons en fait foi : Gilbert joue beaucoup, dans toutes les situations.


Plus encore, lorsqu’on regarde l’utilisation faite de Gilbert au cours des trois dernières saisons, on constate que dès son passage au Minnesota, on le jumelle à Clayton Stoner. L’ami Stoner, qui vient de se mériter un contrat de quatre ans d’une valeur de 3,25 millions $ par saison avec les Ducks d’Anaheim, n’est pas exactement un foudre de guerre. En fait, à voir le peu de temps passé avec Ryan Suter (pourtant complémentaire à Gilbert) la saison suivante, on comprend que Gilbert est utilisé pour passer le balai après le premier duo de défenseurs.


Reste que les résultats avec Stoner restent passablement raisonnables, surtout lorsqu’on sait que le Wild a collectivement obtenu 49 pour cent des tirs à 5v5. Avec Ladislav Smid en 2011-12, et surtout avec Brian Campbell en 2013-14, les résultats sont excellents.

La place de Gilbert chez le Canadien

On tient facilement pour acquis que Gilbert prendra place à droite d’Emelin et que Markov ira quant à lui prendre place aux côtés de Subban. J’ai moi-même souligné la pertinence du tandem Subban-Markov, et il est fort probable que ces duos soient utilisés en début de saison. Seulement, est-ce là, à la lumière de ce qu’on voit dans les tableaux ci-dessus, la meilleure façon de tirer profit des forces du premier quatuor défensif?

Subban, par son sens du spectacle et ses aptitudes offensives, fait souvent oublier son exceptionnelle versatilité. On l’a, au fil des saisons, utilisé dans des rôles défensifs et offensifs, sur toutes les unités spéciales, avec grand succès. Markov, lui, semble encore en mesure de contribuer significativement à l’offensive, notamment par sa capacité à aider l’équipe à tirer pleinement profit des mises en jeu en zone offensive et en zone neutre. Mais en zone défensive comme en désavantage numérique, le vétéran de 36 ans est clairement en régression. Emelin, enfin, est un joueur dont on espérait une certaine contribution offensive à partir du poste de deuxième droitier, ce qu’il n’a pu accomplir correctement, même accompagné de Markov. On comprend de lui qu’il est, à ce stade-ci, appelé à prendre le rôle de défenseur défensif.

Les succès de Gilbert avec Brian Campbell sont probablement l’indice le plus net de ce qui serait probablement le meilleur agencement défensif pour la suite des choses à Montréal. Un tandem Markov/Gilbert, appelé à animer l’attaque, et un tandem Subban/Emelin, ayant des tâches plus défensives. On donne alors à chaque joueur un rôle qui sied à ses forces sans trop appuyer sur ses faiblesses (Subban n’ayant pas de faiblesse aide grandement à l’équilibre de l’affaire, admettons-le). Après tout, si Markov est en déclin défensif, et qu’on a échangé Josh Gorges, au sommet de sa valeur, parce qu’à 30 ans on soupçonnait aussi qu’il déclinerait bientôt, on ne doit pas se faire d’illusions sur ce que Gilbert apportera. À 31 ans, il se peut fort bien qu’il ait déjà commencé à régresser tranquillement.

À moyen terme, l’arrivée de Gilbert et la montée des jeunes laisse ouverte la question du statut d’Emelin. Lui aussi titulaire d’un contrat relativement onéreux pour un défenseur défensif, le russe de 28 ans pourrait se voir rapidement poussé hors du top-4 si l’émergence de Tinordi ou, surtout, Beaulieu se confirme.

Olivier Bouchard est journaliste indépendant. Il s'intéresse particulièrement au journalisme de données, notamment à son application au domaine du hockey. Vous pouvez le lire sur son blogue En attendant les Nordiques et il publie quotidiennement des observations sur le hockey et les statistiques sur Twitter. Pour mieux comprendre les statistiques avancées, cliquez ici.

 

La LNH sur Facebook