Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Beaulieu espère bâtir sur ses succès en séries éliminatoires

mardi 2014-07-08 / 21:20 / LNH.com - Nouvelles

Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

Partagez avec vos amis


Beaulieu espère bâtir sur ses succès en séries éliminatoires
Beaulieu espère bâtir sur ses succès en séries éliminatoires

Nathan Beaulieu a rendu de fiers services au Canadien de Montréal au cours des séries éliminatoires 2014, et il se pourrait que cela ait été un aperçu de ce qu’il pourrait offrir à l’équipe au cours de la saison 2014-15.

Beaulieu a passé un peu plus de 75 minutes sur la glace au cours du tournoi printanier, mais il pourrait être avancé que le peu de temps qu’il a passé sur la patinoire représente l’une des raisons qui expliquent pourquoi le Canadien a surpris le monde du hockey en atteignant la finale de l’Association de l’Est.

Au matin du 12 mai, le Canadien accusait un retard de 3-2 dans sa série contre les Bruins de Boston, et des rumeurs ont commencé à circuler à l’effet que l’entraîneur de Montréal Michel Therrien allait remplacer Douglas Murray par Beaulieu pour le match no 6 au Centre Bell.

Alors que la saison de son équipe était en jeu, Therrien a choisi d’insérer dans son alignement un défenseur en qui il n’avait, jusqu’à alors, témoigné aucune confiance. Beaulieu avait participé à 17 rencontres avec le Canadien en saison régulière en 2013-14, au cours desquelles il avait été grandement protégé, étant utilisé contre les moins bons éléments adverses et voyant peu de temps de glace, amorçant le plus souvent possible ses présences en territoire offensif ou en zone neutre.

De dire que Therrien a effectué un coup de dés en insérant Beaulieu dans sa formation dans un match sans lendemain contre un grand rival comme Boston serait un euphémisme.

Pour Therrien, cela représentait un acte de foi.

Et cela a fonctionné.

Le Canadien a marqué après 25 secondes lors de la première présence de Beaulieu en carrière en séries éliminatoires, même si ce dernier n’a rien eu à voir sur la séquence alors que le but de Lars Eller a procuré à Montréal une avance de 1-0 à 2:11 de la première période. Beaulieu a cependant joué un rôle important sur le deuxième but de l’équipe qui donnait une priorité de 2-0 à Montréal à 15:24 du deuxième tiers, alors qu’il a bloqué un tir de la pointe de Dougie Hamilton avant d’effectuer une passe en lob en zone centrale. Cette dernière a dévié sur Loui Eriksson avant de se diriger directement vers Max Pacioretty, qui s’est ensuite présenté en échappée.

Cette séquence aurait pu être qualifiée de jeu chanceux, mais elle a été rendue possible par les instincts offensifs de Beaulieu, une caractéristique que le Canadien pourrait choisir d’insérer à temps plein dans son alignement cette saison.

La présence dans la formation de Beaulieu à un moment aussi critique des séries éliminatoires a eu une plus grande incidence que ce simple jeu. Elle a eu pour effet de transformer la troisième paire de défenseurs, auparavant un trou noir en terme de possession de rondelle alors qu’elle était composée de Murray et de Mike Weaver, en une paire qui ne se contentait pas seulement de suivre le rythme contre les monstres de possession de rondelle que sont les Bruins, mais qui transportait le jeu en territoire offensif.

« Ce fut une courbe d’apprentissage. J’ai eu beaucoup de plaisir », a indiqué Beaulieu au camp de perfectionnement du Canadien cette semaine. « Je ne m’attendais pas à jouer, alors j’essayais de demeurer prêt du mieux que je le pouvais alors que je me trouvais avec le groupe de remplaçants. Lorsque j’ai eu la chance de me faire valoir, j’ai tenté d’en profiter du mieux que j’ai pu. Je me suis bien intégré à l’équipe. Le simple fait d’avoir obtenu cette expérience à un si jeune âge va m’aider pour le reste de ma carrière. »

Beaulieu, âgé de 21 ans, a toutes les raisons de croire qu’il aura la chance de mettre cette expérience à profit dès le mois d’octobre.

Le directeur général du Canadien, Marc Bergevin, a secoué son vestiaire tout juste avant l’ouverture du marché des joueurs autonomes en échangeant le défenseur Josh Gorges aux Sabres de Buffalo en retour d’un choix de deuxième ronde au repêchage 2016 de la LNH. Alors que la principale motivation derrière cette transaction était de se débarrasser du salaire de 3,9 millions $ de Gorges au cours des quatre prochaines saisons, une raison secondaire était d’ouvrir un poste à la ligne bleue montréalaise pour Beaulieu ou un autre choix de première ronde de l’équipe, Jarred Tinordi, âgé de 22 ans.

« Nous avons deux jeunes défenseurs qui tirent de la gauche », a expliqué Bergevin le 1er juillet pour justifier l’échange de Gorges, « et ils auront un jour besoin de pouvoir jouer. »

Presque tout le monde a cru que Bergevin faisait référence à Beaulieu et Tinordi. Tout le monde sauf Beaulieu, apparemment.

« Peut-être que je ne suis pas l’un de ces deux défenseurs, a noté Beaulieu. C’est de cette manière que je dois approcher la situation. Qui sait de qui il parlait? Je dois simplement me présenter au camp d’entraînement et jouer comme j’en suis capable. Rien n’est coulé dans le béton, et plusieurs choses peuvent se produire. Je dois me concentrer sur les choses que je peux contrôler et profiter au maximum de la situation. »

La présence de Beaulieu au camp de perfectionnement du Canadien cette semaine a fait sourciller quelques personnes à Montréal, surtout en raison du fait que Tinordi n’y est pas. L’attitude de Beaulieu a été une source d’interrogation par le passé, et certains ont vu dans sa présence au complexe d’entraînement du Canadien cette semaine un signe que l’organisation souhaite lui faire garder les deux pieds sur terre alors qu’il est sur le point de devenir un joueur de la LNH à temps plein.

Le Canadien, par le biais d’un porte-parole, a indiqué que Tinordi avait passé plus de temps dans la LNH depuis le début de sa courte carrière que Beaulieu. L’organisation a ainsi jugé que le camp de perfectionnement ne serait pas utile pour Tinordi, mais que Beaulieu allait pouvoir en retirer quelque chose.

De son côté, Beaulieu n’est pas le moins du monde ennuyé de se retrouver en banlieue de Montréal en tant que l’un des huit joueurs professionnels à temps plein qui effectuent des exercices aux côtés de 43 choix au repêchage et invités du Canadien.

« Mon entraînement se déroule très bien cette année, et j’étais heureux de venir ici afin de montrer ce que j’ai accompli jusqu’ici et de constater que, s’il reste encore beaucoup d’améliorations à apporter, je fais des pas dans la bonne direction, a affirmé Beaulieu. Je veux simplement prouver [au Canadien] que je suis prêt et que je dois passer à l’étape suivante. »

Malgré le raisonnement de Beaulieu, il ne fait pas vraiment de doute que le Canadien compte sur lui ou Tinordi pour occuper le poste de défenseur gauche sur la troisième paire de défenseurs, probablement aux côtés de Weaver, qui a accepté un contrat d’un an d’une valeur de 1,75 million $ le 1er juillet, lui qui avait été acquis des Panthers de la Floride juste avant la date limite des transactions de la LNH.

Les deux premières paires de défenseurs du Canadiens seront vraisemblablement composées d’Andrei Markov aux côtés du joueur autonome avec compensation P.K. Subban sur la première unité, et d’Alexei Emelin, qui reviendra de son côté naturel à gauche de Tom Gilbert, acquis sur le marché des joueurs autonomes, sur la deuxième paire. Chacune de ces paires compte sur un défenseur capable de transporter la rondelle et sur un défenseur plus responsable défensivement, ce qui est désormais le rôle de Markov à ce stade de sa carrière.

Si le Canadien souhaite poursuivre en ce sens, jumeler Beaulieu avec Weaver est plus logique que d’y aller avec Tinordi sur le troisième duo de défenseurs, ce qui aura comme effet de faire du quatrième camp d’entraînement de Beaulieu à Montréal son plus important en carrière, et de loin.

« Il y a toujours des occasions et il y a toujours des surprises au camp, a évoqué Beaulieu. J’essaie seulement d’être celui qui fera la différence sur la glace, de sorte que si une occasion se présente, je ne vais pas la laisser passer. »

 

La LNH sur Facebook