Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Touchette: À qui le «C» chez le CH ?

lundi 2014-07-07 / 15:04 / LNH.com - Nouvelles

Par Serge Touchette - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Touchette: À qui le «C» chez le CH ?
À qui le «C» chez le CH ?

La question qui tue : Qui sera le prochain capitaine du Canadien de Montréal?

Non, je ne me réveille pas en pleine nuit en me posant la question. Faut pas charrier quand même.

À vrai dire, j'ai souvent cru qu'on avait parfois tendance à exagérer l'importance du capitaine au sein d'une équipe de hockey.

Une équipe, une véritable équipe, on s'entend, compte toujours une demi-douzaine de joueurs, parfois bien plus, qui assume un certain leadership.

Les meneurs n'ont pas besoin d'un « C » sur leur chandail ou dans le front pour remplir leur rôle.

Mais bon. Tradition oblige et le Canadien, qui, depuis le début de sa longue et riche histoire, a joué une seule saison sans capitaine, soit en 2009-10 à la suite du départ de Saku Koivu, devra faire un choix en vue de la prochaine saison.

Qui sera l'heureux élu?

Il n'y a pas de choix évident, mais il y a certainement des candidats intéressants.

L'autre jour, le directeur général du Canadien, Marc Bergevin, a confirmé le virage amorcé par son organisation en déclarant que le flambeau était désormais entre les mains des jeunes loups de l'équipe.

Un jeune vétéran

S'il en est ainsi, faut-il en conclure que le prochain capitaine de l'équipe sera un jeune vétéran?

Pourquoi pas ?

Mon choix : P.K. Subban.

Je suis convaincu que vous êtes déjà plusieurs à grimacer, à sursauter. Et à chialer un peu.

Subban, je vous l'accorde, a parfois tendance à sortir du rang. Mais justement, le titre de capitaine en ferait possiblement un soldat plus discipliné, plus responsable.

Subban, on ne peut le nier, a grandi depuis quelques années. Il n'a plus rien du cheval fou qu'on a déjà connu.

Il a acquis une certaine maturité et le « C », j'en suis convaincu, le ferait grandir encore un peu plus. Il est rendu là, Subban. Entre lui et le « C », il n'y a plus qu'un coup de patin à franchir, deux peut-être.

L'ex-récipiendaire du trophée James Norris, après Carey Price, est le meilleur joueur du Canadien, le joueur-clé d'une formation qui vise de plus en plus haut.

Je ne dis pas qu'il est le candidat parfait; je dis simplement qu'on peut difficilement écarter sa candidature du revers de la main sous prétexte qu'il commet parfois de grossières erreurs ou qu'il est trop excentrique par moments.

Dans une équipe, qui mise principalement sur de jeunes vétérans, Subban, en vertu de ses multiples talents, est un meneur naturel. Avec ou sans « C ».

Le capitaine sans «C»

Parmi les candidats en lice, il y a également Tomas Plekanec.

Un joueur aguerri, Plekanec, qu'on l'aime ou pas, n'est certainement pas un vilain choix.

Il se présente à tous les matchs, et il est fréquemment investi de missions importantes dans les moments corsés.

Pour ces raisons et bien d'autres, il mérite une certaine considération.

Il y a aussi Andrei Markov.

Dans les faits, le vétéran défenseur, qui vient tout juste d'obtenir un prolongement de contrat, serait le candidat idéal, mais il n'a jamais manifesté grand intérêt envers cette fonction.

Or Markov est le parfait exemple du capitaine sans « C ». Il demeure le stabilisateur de la défense de l'équipe, un meneur de peu de mots capable de rassembler ses coéquipiers.

Et parmi les plus jeunes joueurs de l'équipe, Brendan Gallagher se veut aussi un candidat valable, lui qui se fend en quatre ou presque à tous les matchs.

Mais il n'a que 22 ans. Dans deux ans, il sera probablement le candidat idéal.

En attendant, Subban, à mon humble avis, se veut le candidat numéro un.

Qui est le vôtre ?

 

La LNH sur Facebook