Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Analyse : L’échange de Neal démontre que les Predators changent d’approche

samedi 2014-06-28 / 15:06 / LNH.com - Nouvelles

Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

Partagez avec vos amis


Analyse : L’échange de Neal démontre que les Predators changent d’approche
Analyse : L’échange de Neal démontre que les Predators changent d’approche

PHILADELPHIE – Préparez-vous à voir un style différent de hockey à Nashville. Certains diront qu’il était temps.

L’acquisition par les Predators de Nashville de l’ancien marqueur de 40 buts James Neal des Penguins de Pittsburgh en retour des attaquants Patric Hornqvist et Nick Spaling vendredi est le plus récent signe que le style de l’équipe se métamorphose en une attaque plus soutenue et orientée vers l’offensive, un changement nécessaire après deux saisons décevantes.

Les Predators ont aussi sélectionné des joueurs possédant des aptitudes offensives de haut niveau avec leurs deux premiers choix. Le directeur général de Nashville David Poile a repêché le centre suisse Kevin Fiala avec la 11e sélection, ainsi que l’ailier gauche russe Vladislav Kamenev au 42e rang.

Peter Laviolette a été embauché ce printemps afin de remplacer Barry Trotz, le seul entraîneur qu’avait connu cette organisation. Trotz a été relevé de ses fonctions le 14 avril.

« J’ai hâte de commencer », a indiqué Laviolette.

Les Predators ont formé, pendant la majeure partie des 15 saisons passées sous la férule de Trotz, une équipe qui remportait des matchs grâce à sa structure défensive et son gardien. Trotz n’avait pas d’autre choix que d’adopter ce système en raison des joueurs dont il disposait.

Pendant un bon moment, ce fut suffisant.

Nashville a atteint les séries éliminatoires de la Coupe Stanley à sept reprises, incluant six présences en sept saisons entre les campagnes 2006-07 et 2011-12. Les Predators ont remporté une série en 2011 et en 2012, mais leurs performances ne cessent de régresser depuis. Ils n’ont pu se démarquer dans la très compétitive Association de l’Ouest en l’absence d’un premier trio productif.

Ils comptent maintenant sur un joueur capable de faire la différence en Neal, un marqueur qui possède un bon tir et qui a inscrit 88 filets au cours des trois dernières saisons passées majoritairement à l’aile d’Evgeni Malkin, du moins quand Malkin était en santé.

« Nous croyons que [Neal] est un ailier de premier trio, a affirmé Poile. Nous croyons qu’il est un marqueur. C’est exactement ce que nous recherchions. »

Les recherches des Predators ont été longues. Poile a même blagué sur le fait qu’il commençait à ressembler à un disque qui saute à toujours répéter qu’il avait besoin d’ajouter des éléments offensifs de premier plan.

Alexander Radulov aurait pu devenir le genre de marqueur prolifique qu’est Neal, mais sa meilleure saison a été de 26 buts avant qu’il ne décide de s’exiler en Russie dans la Ligue continentale de hockey (KHL).

Les Predators n’ont pas compté sur un marqueur de 30 buts depuis que Hornqvist a atteint ce plateau en 2009-10. Ils n’ont vu que quatre de leurs joueurs inscrire 30 buts en une saison depuis la campagne 2005-06. David Legwand a mené Nashville avec 12 buts au cours de la saison écourtée par le lockout en 2012-13; 27 équipes ont vu au moins un de leurs joueurs en marquer davantage.

« Il est de toute évidence le genre de joueur que nous convoitions, a admis Poile en parlant de Neal. Il possède de la vitesse. Il possède un bon lancer. Il marque des buts. Il produit. Il obtient des points. Je sais que nous ne possédons pas de joueurs de la trempe de Malkin ou de [Sidney] Crosby, mais nous allons compter sur de bons joueurs de centre, et nous allons trouver quelqu’un pour jouer avec lui. »

Il s’agira de la prochaine tâche de Poile. Les Predators ne possèdent pas de véritable centre numéro un pour alimenter Neal.

« Nous avons besoin d’un centre de premier plan, cela ne fait aucun doute, a reconnu Poile. C’est le point suivant sur notre liste de souhaits. Que nous trouvions une solution sur le marché des joueurs autonomes ou par le biais d’une transaction ou que cela prenne une année de plus, c’est ce dont nous avons besoin. »

Il y a quelques centres de premier trio qui sont disponibles à l’heure actuelle, mais Poile devra les convaincre que Nashville est un endroit prestigieux où jouer. Il sera peut-être plus facile de le faire maintenant que Neal est en ville et que le système plus intense et offensif de Laviolette sera instauré, mais ce ne sera toujours pas une mince tâche en raison du marché que représente Nashville.

Le capitaine des Sénateurs d’Ottawa Jason Spezza a demandé à être échangé, mais il possède une clause de non-échange et les Predators se trouveraient sur la liste de 10 équipes auxquelles Spezza n’accepterait pas d’être échangé. Même s’il acceptait de prendre le chemin de Nashville, Poile devrait se demander si ce dernier n’aurait pas pris cette décision afin d’écouler la dernière année de son contrat avant de devenir joueur autonome sans compensation.

Il ne serait bénéfique pour les Predators de trouver un centre de premier plan pour une seule saison, car ils risqueraient de se retrouver dans la même situation l’an prochain.

Si Poile souhaite puiser dans le marché des joueurs autonomes le 1er juillet, il pourrait cibler Paul Stastny, mais Stastny va vraisemblablement recevoir des offres de la part de plusieurs équipes, dont sa formation actuelle, l’Avalanche du Colorado. Ces offres pourraient être des ententes à long terme allant jusqu’à 7 millions $ par année.

Poile a indiqué que ce ne serait pas un problème.

« Nous ferons ce qu’il faut pour être compétitifs », a déclaré Poile.

La patience pourrait cependant se révéler être une vertu dans ce cas-ci, surtout si Poile n’est pas en mesure d’obtenir le joueur qu’il convoite, que ce soit Spezza, Stastny ou quelqu’un d’autre.

Les Predators possèdent un noyau jeune, particulièrement en défensive, en plus du gardien Pekka Rinne, qui devrait être en santé l’an prochain. Nashville ne peut se tromper en attendant de trouver le bon échange, le bon joueur, le bon centre qui souhaite se joindre aux Predators, surtout si l’on tient compte de la puissance relative de Nashville par rapport aux autres puissances de l’Association de l’Ouest.

Nashville s’améliore et tente clairement de s’adapter au rythme plus soutenu de la LNH, mais n’est pas encore près d’être au niveau des Blackhawks de Chicago, des Kings de Los Angeles et des Ducks d’Anaheim. Les Predators se trouvent aussi derrière les Blues de St. Louis, l’Avalanche du Colorado, le Wild du Minnesota, les Stars de Dallas et les Sharks de San Jose.

« Je suis patient, a noté Poile. Nous avons une fenêtre qui s’ouvre devant nous qui nous permet de l’être. J’aimerais pouvoir régler ce dossier plus tôt que tard, mais je dois aussi effectuer la bonne transaction. »

C’est ce qu’il a fait vendredi.

Même si Neal arrive avec quelques antécédents, lui qui a été suspendu à trois reprises au cours des six dernières saisons et qui possède une attitude hargneuse, il est le genre de marqueur sur lequel Nashville n’a pu compter depuis, et bien, toujours.

La prochaine étape pour Poile sera encore plus importante alors qu’il remodèle son alignement et qu’il transforme les Predators en quelque chose que Nashville n’a pas vu depuis longtemps, voire jamais vu.

Il était temps.

Suivez Dan Rosen sur Twitter : @drosennhl

 

La LNH sur Facebook