Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Leur profondeur et leur situation contractuelle favorable placent les Kings en bonne position à long terme

lundi 2014-06-16 / 14:05 / LNH.com - Nouvelles

Par Corey Masisak - Journaliste LNH.com

Partagez avec vos amis


Leur profondeur et leur situation contractuelle favorable placent les Kings en bonne position à long terme
Leur profondeur et leur situation contractuelle favorable placent les Kings en bonne position à long terme

Les Kings de Los Angeles sont les champions de la LNH pour la deuxième fois en trois saisons. Ils possèdent une panoplie de joueurs vedettes qui ont déjà conclu des ententes à long terme, et qui sont assez jeunes pour maintenir leur rendement actuel pendant au moins quelques saisons.

Le directeur général Dean Lombardi a mis en place ce qui se rapproche le plus d’un alignement parfait dans la LNH depuis l’avènement du plafond salarial. Les Kings ont bâti une équipe championne grâce au repêchage et à quelques échanges judicieux, façonnant leur formation en ayant recours le moins possible au marché des joueurs autonomes. Il n’y a aucune raison de croire que les Kings ne seront pas de sérieux aspirants à la Coupe Stanley en 2015 et pour les années qui suivront.

Le mot commençant par la lettre « D » a été au cœur de nombreuses discussions depuis que les Kings se sont placés en bonne position pour soulever la Coupe Stanley pour la deuxième fois. Les dynasties étaient autrefois monnaie courante dans la LNH, mais une combinaison de plusieurs facteurs a fait en sorte qu’elles ont été plus difficiles à construire au cours des 25 dernières années.

L’infusion de talent en provenance d’un peu partout dans le monde a contribué à la création de davantage de bonnes équipes année après année. L’évolution de la position de gardien et des systèmes défensifs ont rendu plus réalistes les chances des équipes moins talentueuses de surprendre les équipes qui auraient pu aspirer au statut de dynastie.

De plus, il y a évidemment le plafond salarial. C’est en partie ce qui rend le travail de Lombardi et de son personnel si impressionnant. Comme l’alignement des Kings ne compte aucun contrat qui pourrait ruiner l’équilibre salarial, et que le plafond salarial devrait augmenter en 2014-15 et continuer sa progression par la suite, les Kings sont même en bonne position pour s’améliorer en vue de la prochaine campagne.

Mike Richards gagne beaucoup d’argent pour un centre de quatrième trio, mais le fait qu’il se voit confier ce rôle (tout en se voyant octroyer des présences supplémentaires ou davantage de temps de glace tout au long des rencontres) explique pourquoi les Kings possédaient la formation avec le plus de profondeur de la ligue au cours des séries éliminatoires, et qu’il était cauchemardesque pour les autres équipes « profondes » de gérer les affrontements de trios.

Le contrat de Jonathan Quick pourrait potentiellement être problématique, mais le problème serait davantage lié à la durée du contrat, et non à son impact sur la masse salariale. Il a maintenu un pourcentage d’arrêts de ,915 en saison régulière et de ,911 en séries éliminatoires, et il pourra donc s’améliorer en 2014-15, mais son salaire moyen de 5,8 millions $ par année en fait le neuvième gardien le mieux payer la LNH. Il n’existe pas neuf gardiens dans la LNH que les Kings préféreraient à Quick, peu importe le prix.

Les Kings auront plus de 10 millions $ de disponibles sous le plafond salarial au cours de la saison morte, le montant exact devant toujours être déterminé. Si Marian Gaborik devait prolonger son séjour avec les Kings, il s’approprierait une bonne portion du montant disponible, mais il s’est entendu à merveille avec Anze Kopitar.

Après avoir réglé le cas de Gaborik, la principale tâche de Lombardi sera de façonner sa brigade défensive. Willie Mitchell et Matt Greene seront joueurs autonomes sans compensation. Mitchell est revenu au jeu en séries éliminatoires après avoir subi une élongation musculaire et a très bien fait pour les Kings, évoluant aux côtés de Slava Voynov sur la deuxième paire de défenseurs.

Alec Martinez pourrait être prêt à occuper un poste sur les deux premières paires de défenseurs l’an prochain, mais le rôle qui sera confié à Robyn Regehr à sa dernière année de contrat et l’émergence possible de Brayden McNabb ou Derek Forbort font aussi partie de l’équation.

Les Kings demeurent bien nantis à l’attaque, et une saison complète de Tyler Toffoli et Tanner Pearson pourrait contribuer à corriger les déboires offensifs de l’équipe en saison régulière, tout comme le fait de voir Jeff Carter passer une saison complète. Le retour de Gaborik, ou l’arrivée d’un remplaçant embauché à haut prix, aurait une incidence similaire.

Justin Williams et Jarret Stoll seront joueurs autonomes à la fin de la prochaine saison, et Kopitar obtiendra ce statut dans deux ans, mais le reste de ce groupe est sous contrat pour un bon moment. Los Angeles a échangé deux gardiens qui pourraient faire partie des 10 meilleurs du circuit l’an prochain en Jonathan Bernier et Ben Scrivens, et les Kings comptent toujours sur Martin Jones comme police d’assurance si quelque chose devait arriver à Quick.

Il est un peu prématuré de parler de dynastie, ne serait-ce que parce que le même genre de discussions entouraient les Blackhawks de Chicago il y un an, et qu’elles sont toujours d’actualité. Les Kings et les Blackhawks ont remporté la Coupe Stanley quatre fois au cours des cinq dernières campagnes, et ces deux équipes pourraient être deux des principaux aspirants au cours des quatre ou cinq prochaines années.

D’autres aspirants vont faire leur apparition, et l’Association de l’Ouest regorge toujours de bonnes équipes. Les Ducks d’Anaheim n’étaient peut-être pas aussi bons que ne l’indiquait leur fiche, mais ils forment l’équipe la mieux placée pour inquiéter Los Angeles et Chicago. Il y a beaucoup de jeune talent à Anaheim, et ces jeunes joueurs vont aider les Ducks à s’améliorer, soit en continuant leur progression, soit en étant échangés contre des joueurs de premier plan.

Les Sharks de San Jose n’étaient qu’à une victoire de mettre fin à l’incroyable parcours des Kings avant même que celui-ci ne s’amorce, mais personne ne sait de quoi aura l’air l’édition 2014-15 de l’équipe en raison de leur effondrement contre Los Angeles. L’Avalanche du Colorado mise sur plusieurs jeunes vedettes, et une année de progression supplémentaire de Vladimir Tarasenko et Jaden Schwartz pourrait suffire aux Blues de St. Louis dans leur quête de rattraper les Blackhawks et les Kings.

Ce que les Kings ont accompli au cours des trois dernières saisons est assez unique. Le style de jeu exigeant de Darryl Sutter pourrait ne pas être applicable dans d’autres villes avec des formations différentes, mais les Kings l’ont adopté et l’exécutent avec la précision d’une machine.

Les Kings sont la meilleure équipe de la ligue sans la rondelle en territoire offensif et en zone neutre. Ils forment peut-être la meilleure formation de la LNH quand vient le temps de quitter leur territoire une fois qu’ils ont repris le contrôle de la rondelle.

Ces deux qualités illustrent bien l’obsession de la possession de rondelle de Los Angeles, et les Kings étaient les meilleurs dans la LNH à ce chapitre cette saison, selon les statistiques avancées.

En plus de cela, on retrouve tous ces impondérables. Les Kings ne passent pas beaucoup de temps à parler de leur culture, de leur identité ou de l’une de ces facettes à la mode sur lesquelles d’autres équipes se concentrent. Ils croient en ce qu’ils font et en leur façon de jouer, et leur capacité incroyable à revenir de l’arrière, autant dans un match que dans une série, au cours du dernier tournoi printanier en a été la preuve.

Los Angeles offre une combinaison de talent et de chimie digne d’une équipe championne. D’autres équipes de la LNH passeront l’été à tenter de les rattraper au niveau du talent, et elles espéreront ensuite que la chimie s’installera aussi naturellement que chez les Kings.

Les Kings n’ont pas laissé les Blackhawks devenir la première dynastie de la LNH dans l’ère du plafond salarial en 2014. Ils passeront maintenant la prochaine campagne à tenter de s’emparer de ce titre.

 

La LNH sur Facebook