Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    Duel de gardiens dans le match no 5: les gardiens ont eu à faire face à des chances de meilleure qualité

    Par Kevin Woodley - Correspondant LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Duel de gardiens dans le match no 5: les gardiens ont eu à faire face à des chances de meilleure qualité
    Duel de gardiens dans le match no 5: les gardiens ont eu à faire face à des chances de meilleure qualité

    Un des éléments importants de la Finale de la Coupe Stanley a été le duel entre le gagnant de la Coupe en 2012 Jonathan Quick, des Kings de Los Angeles, et le récipiendaire du trophée Vézina au cours de la même année, Henrik Lundqvist, des Rangers de New York. Ces deux gardiens d’élite ont joué un rôle important dans la série remportée en cinq matchs par les Kings qui ont ainsi mis la main sur la Coupe Stanley.

    Qui a l’avantage? LNH.com a analysé les deux gardiens avant le début de la série et a observé leur rendement dans chacune des rencontres, afin de déceler leurs tendances. Le correspondant de LNH.com Kevin Woodley, directeur de la rédaction à « InGoal Magazine », a utilisé le logiciel « 360 Save Review System » mis au point par « Double Blue Sports Analytics » afin d’analyser chaque but marqué contre les gardiens au cours de chaque match de la Finale de la Coupe Stanley. Voici ses conclusions sur le match no 5, une victoire de 3-2 des Kings en deuxième période de prolongation ce qui leur a procuré une deuxième Coupe Stanley en trois ans.

    Henrik Lundqvist


    Quantité et qualité: en utilisant une zone en forme de marbre de baseball devant le gardien afin de qualifier les chances de marquer, 27 des 51 tirs des Kings ont été considérés comme des chances de première qualité dans le cinquième match, faisant de la rencontre finale, le match le plus difficile de la série. Les trois buts et 15 tirs au total ont été effectués de cette zone, tout juste devant le filet.

    La soirée très occupée de Lundqvist a été marquée par 10 tirs à la suite de passes latérales, ce qui l’a forcé à se déplacer de côté et à s’ajuster pour le nouveau tir, neuf d’entre eux ont été des tirs de réception, un sommet que Lundqvist a eu à faire face pendant la série. Il a aussi reçu sept tirs voilés, cinq qui ont dévié et sept à la suite de retours, incluant le but victorieux par Alec Martinez dans la deuxième période supplémentaire pour procurer une victoire de 3-2 au Staples Center. Le nombre élevé de retours est la combinaison de Lundqvist qui était un peu moins en contrôle que dans le match no 4, quand il a pratiquement contrôlé tous les tirs et le fait que les Kings ont effectué un meilleur travail en se rendant au filet à mesure que le match progressait.

    (Cliquez ici pour une analyse de la série entière)

    Même le but qui a conclu la série était plus difficile qu’à première vue, car le tir initial a dévié sur le bâton d’un défenseur, faisant en sorte qu’il a été beaucoup plus difficile de contrôler le retour.

    De tous les tirs que Lundqvist a affrontés dans la série finale, 89 des 194 (46 pour cent) étaient des tirs de première qualité. Match après match, le tableau a démontré qu’il demeurait plus dans son rectangle à comparer à Quick. Lundqvist n’avait pas la vue obstruée sur 82 tirs contre 63 pour Quick.

    Tendance à tomber vers l’arrière: comme l’avait indiqué le rapport de dépistage au début de la série, Lundqvist est à son mieux quand il reste sur ses genoux pour le deuxième tir, ce qui lui permet d’être combatif sur les retours avec un rapide déplacement latéral. La manière qu’il a suivi Dustin Brown dans le demi-cercle dans le match no 4 était un parfait exemple. Inversement, quand il n’est pas bien stabilisé, Lundqvist a tendance à tomber vers l’arrière sur les retours, et il ne peut protéger le ras de la glace comme sur les deux premiers buts du match no 5.

    Les retours du côté de la mitaine: l’analyse du jeu de Lundqvist a aussi démontré qu’il préfère une mitaine plus rigide, car elle demeure ouverte et elle apparaît plus grande. Mais l’inconvénient de ce choix est qu’elle est moins flexible et procure des retours plutôt que des arrêts faciles. Cet équipement a contribué à sept retours accordés aux Kings dans le match no 5, ce qui était presque autant que dans le total des quatre premiers matchs (neuf). Mais comme le rapport de dépistage avait démontré, Lundqvist bloque presque toujours ces tirs. Il est aussi intéressant de noter qu’il n’a pas accordé un but du côté supérieur de la mitaine dans la finale, n’en concédant que deux à mi-hauteur. C’est l’une des raisons pour laquelle le tir haut du côté du bouclier avait été identifié comme un meilleur tir pour le déjouer. Mais bien que les Kings aient marqué deux bus de cette façon, incluant le but victorieux en prolongation dans le premier match, et un autre inscrit à la mi-hauteur du bloqueur, les Kings ont préféré tirer du côté de la mitaine dans une proportion de 24-20. Ils ont cependant raté de peu plusieurs tirs hauts du côté du bouclier durant les deux derniers matchs, incluant une couple au-dessus de l’épaule droite qui ont touché la barre horizontale.

    Jonathan Quick


    Moins de tout: en utilisant la zone en forme de marbre devant le gardien, 13 des 30 tirs des Rangers ont été considérés comme des chances de première qualité dans le cinquième match, ce qui rejoint la tendance de la série, avec l’exception notable qu’a été le match no 3 où il a été beaucoup plus occupé.

    Les chances de première qualité comprennent les deux buts. Encore là, en tenant compte de l’exception du but de Chris Kreider en avantage numérique qui a tiré dans un filet complètement ouvert, les Kings ont pu garder les joueurs des Rangers loin de la zone privilégiée devant le filet de Quick, comme ils l’ont fait tout au long de la série. Les joueurs des Rangers ont été gardés à l’extérieur de la zone privilégiée, mais quand ils réussissaient à y pénétrer, l’habileté de Quick à protéger la partie inférieure en raison de ses écarts, tout en conservant sa mitaine en position verticale, a fait qu’il a effectué plusieurs arrêts importants, ce qui a été l’une des raisons pour lesquelles la série a été de courte durée.

    Des 146 tirs que Quick a reçus, 63 (43 pour cent) provenaient de la zone privilégiée. Le gardien des Kings n’a également pas eu la vue obstruée dans la même proportion.

    Déplacement: Kreider n’a eu qu’à pousser la rondelle dans le but en avantage numérique dans le match no 5. Les Rangers avaient peut être trouvé une faiblesse dans la défense des Kings, qui leur a permis de tirer profit de la combativité de Quick dans sa position. Le tableau indique que c’est une chose que les Rangers ont tenté d’exploiter plus souvent afin de surprendre Quick. Les tirs sur réception ou les déplacements rapides ont permis d’obtenir 43 des 146 tirs (29 pour cent) comparés à 33 des 194 (17 pour cent) pour Lundqvist. Les Rangers n’ont marqué que trois buts sur des tirs de réception pendant la série.

    La combativité de Quick et sa tendance à se déplacer latéralement ont été exploitées par Brian Boyle quand il a marqué, surprenant Quick qui s’est déplacé d’un côté alors qu’il a tiré de l’autre côté.

    Mitaine élevée, bouclier à mi-chemin: parce l’accent avait été mis sur le côté droit de Lundqvist qui avait accordé les trois buts du premier match sur le côté du bouclier, les Rangers ont tiré beaucoup plus souvent du côté du bloqueur de Quick. New York a effectué 24 tirs à mi-hauteur du bouclier, neuf très haut et quatre dans la partie inférieure, marquant quatre buts sur 37 tentatives. De l’autre côté, les trois buts marqués dans la partie supérieure faisaient partie des neuf tirs effectués dans cette direction. En tout, les Rangers ont tiré 23 fois dans la partie supérieure de la mitaine, contre 37 du côté du bloqueur.

    Neuf des tirs à mi-hauteur du bouclier sont survenus dans le match 2, qui comprenait six des 10 premiers tirs effectués dans cette direction, ce qui a semblé être une réaction excessive d’avoir vu Kreider marquer de ce côté sur une échappée dans le premier match, quand Quick a utilisé un demi-style papillon de la première école pour tenter d’effectuer l’arrêt, gardant sa mitaine et sa jambière gauche élevée et abaissant son bloqueur et son épaule droite. Ça peut aussi avoir été la préférence de Quick de garder ses jambières ensemble, ce qui l’amène à abaisser son épaule droite et son bâton sur la glace.

     

    La LNH sur Facebook