Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    Les Rangers font face à une grande déception après avoir vu leurs rêves de remporter la coupe prendre fin

    Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

    Partagez avec vos amis


    Les Rangers font face à une grande déception après avoir vu leurs rêves de remporter la coupe prendre fin
    Les Rangers font face à une grande déception après avoir vu leurs rêves de remporter la coupe prendre fin

    LOS ANGELES – L’adaptation a commencé avec le chagrin et des regards vides.

    Dan Girardi et Carl Hagelin portaient toujours leur chandail blanc et tout leur équipement. Ils étaient assis devant leur casier en jetant des coups d’œil autour du vestiaire. Derek Stepan était assis seul dans son coin, les bras croisés et la tête basse. Le gardien Henrik Lundqvist avait enlevé son chandail, mais portait toujours ses lourdes jambières, et il se tenait la tête dans ses mains toutes moites. Ryan McDonagh tremblait en répondant aux questions.

    C’était vraiment émouvant.

    La scène ressemblait à un cauchemar pour les Rangers de New York. Et elle l’était après que Alec Martinez et les Kings de Los Angeles eurent mis fin à leurs rêves en l’emportant 3-2 en deuxième période de prolongation, remportant ainsi la coupe Stanley dans le cinquième match de la finale, vendredi.

    Martinez a marqué le but victorieux à 14:43 de la deuxième période supplémentaire quand il a sauté sur un retour. Lundqvist a effectué 48 arrêts, mais ce ne fut pas suffisant.

    « C’est l’une des pires déceptions que je n’ai jamais connues en tant que joueur, a déclaré Girardi. On travaille fort pendant toute la saison pour atteindre ce but et on était en bonne position au début de la troisième période. C’est une défaite vraiment difficile à avaler. Je ne sais même pas quoi dire. »

    Et il n’était pas le seul.

    « Non », a été le seul commentaire quand on a demandé au défenseur McDonagh s’il pouvait décrire ce qu’il ressentait.

    « Je ne me suis jamais senti aussi mal », a révélé le défenseur Marc Staal.

    Pendant que les journalistes tentaient de recueillir des impressions, Mats Zuccarello était assis devant son casier. Martin Saint-Louis est passé devant et lui a tapé sur le genou. Ce fut au tour de Brad Richards de passer et de lui taper l’épaule.

    Les Rangers tentaient de se consoler les uns les autres en essayant de comprendre, eux qui ont subi trois défaites en prolongation au Staples Center. Les Rangers ont eu l’avance à chacun de ces trois matchs. Essayez d’avaler cela.

    « Nous avons eu plusieurs chances, a déclaré le centre Derick Brassard. Ils ont remporté la série en prolongation. Nous aurions dû profiter de nos chances. Quand le match est serré, tu dois trouver une manière de l’emporter et nous ne l’avons pas fait. C’est très décevant présentement.

    « Ils ont vraiment une bonne équipe, mais je pense que nous avons démontré que nous pouvions jouer contre ces gars-là et la chose la plus frustrante est que nous avons perdu trois matchs en prolongation. On n’aurait pas pu en gagner une. »

    Les Rangers ont eu leurs chances dans le cinquième match.

    McDonagh a frappé le poteau dans la première période supplémentaire. Le tir de Girardi a été dévié sur la tige en deuxième période de la prolongation. Rick Nash a vu son tir bloqué par le manche du bâton du défenseur Slava Voynov alors que le filet était grand ouvert. Chris Kreider s’est présenté seul devant Jonathan Quick à la fin de la première période supplémentaire, mais le gardien des Kings a fait l’arrêt avec son bloqueur.

    « On pense toujours que la prochaine fois on va marquer, qu’on va réussir à la prochaine occasion, a déclaré McDonagh. On a continué de tirer au filet, mais on n’a pas pu trouver le fond du filet. »

    Finalement, Richards a indiqué que les joueurs des Rangers vont être capables de regarder en arrière le chemin qu’ils ont parcouru ce printemps et qu’ils vont sourire.

    Après huit matchs au début de la saison, les Rangers présentaient une fiche de 2-6-0 et ils étaient une équipe désemparée. À la fin mars, ils devaient toujours lutter pour participer aux séries éliminatoires. Ils se sont finalement qualifiés le 7 avril.

    En première ronde, les Rangers ont eu besoin de sept matchs pour éliminer les Flyers de Philadelphie. Ils ont dû combler un déficit de 3-1 pour vaincre les Penguins de Pittsburgh au deuxième tour. Ils ont finalement vaincu les Canadiens de Montréal en six rencontres pour participer à la finale de la coupe Stanley.

    Contre les Kings, ils n’ont jamais pu conserver une priorité. Et ils n’ont jamais été capables de profiter de leurs chances.

    « Ce soir n’est pas un soir à se rappeler, mais cet été, quand on regardera le parcours que nous avons fait, on s’apercevra que ce fut incroyable, a dit Richards. Ça doit être incroyable pour se rendre si loin. Les choses doivent tomber à point. Personne ne saura, sauf nous, combien ce fut plaisant et combien nous étions unis. Perdre trois matchs en prolongation en finale, c’est difficile à expliquer. »

    C’est encore plus difficile de composer avec et les Rangers auront besoin de temps pour s’en remettre.

    L’adaptation a commencé avec un cauchemar.

    « Présentement, nous sommes sans mots », a conclu Richards.

    Suivez Dan Rosen sur Twitter at: @drosennhl

     

    La LNH sur Facebook