Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    Cinq choses que les Rangers doivent faire pour revenir dans la série

    Par Emna Achour - Journaliste LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Cinq choses que les Rangers doivent faire pour revenir dans la série
    Cinq choses que les Rangers doivent faire pour revenir dans la série

    Les Rangers de New York ont beau avoir tout donné au cours des deux premiers matchs et avoir obligé les Kings de Los Angeles à disputer près de trois périodes de prolongation en Finale de la Coupe Stanley jusqu’à présent, ils se retrouvent quand même en situation précaire alors qu’ils se préparent à revenir à la maison pour les deux prochaines rencontres de la série.

    La troupe d’Alain Vigneault a échoué dans sa tentative d’aller chercher au moins une victoire à Los Angeles pour reprendre possession de l’avantage de la glace, et aura maintenant la lourde tâche de remporter quatre des cinq prochaines rencontres si elle veut avoir la chance de soulever le précieux trophée.

    À l’aube du match no 3 qui sera présenté lundi (20 h HE; RDS, CBC, NBCSN), voici donc cinq choses que les Rangers devront faire pour s’assurer de revenir dans cette série :

    Tourner la page rapidement

    Les Rangers auraient eu plusieurs raisons de mal digérer leur défaite de 5-4 en deuxième période de prolongation samedi lors de la deuxième rencontre de la série.

    D’abord, il y a eu le but « controversé » de Dwight King selon le gardien Henrik Lundqvist, qu’il aurait voulu que les officiels refusent parce que d’après lui, il a été marqué alors que King lui causait de l’obstruction.

    Lundqvist a même avoué après la rencontre que ce jeu avait complètement changé l’allure du match, signifiant qu’il lui avait probablement fait perdre sa concentration pour le reste de la partie, ce qu’il ne peut se permettre de laisser arriver à un stade aussi crucial de la saison.

    Puis, cette manie qu’ont développée les Rangers de laisser les Kings combler des déficits depuis le début de cette Finale, surtout lors du match no 2. Les mines étaient déconfites dans le vestiaire des visiteurs au Staples Center de Los Angeles samedi soir, alors que tous les joueurs des Rangers s’entendaient pour dire qu’ils méritaient un meilleur sort après la performance qu’ils venaient de livrer, gâchée par le but inscrit par Dustin Brown des Kings à mi-chemin en deuxième période de surtemps.

    Mais New York n’aura d’autre choix que de mettre une croix sur ce qui vient de se passer à Los Angeles et regarder vers l’avant, où les attend peut-être leur première Coupe Stanley en 20 ans.

    Prendre l’avance… et la garder

    Les Rangers n’ont pas tiré une seule fois de l’arrière dans ces deux matchs. Mais les voilà qui tirent tout de même de l’arrière 2-0 dans la série.

    C’est que pour un deuxième match de suite, les Kings se sont sauvés avec la victoire même si les Rangers ont pris les devants 2-0 dans la rencontre. En fait, New York s’est emparé d’une avance de deux buts à trois reprises dans le match de samedi, et Los Angeles a quand même trouvé un moyen de combler des déficits de 2-0, 3-1 et 4-2.

    Sauf qu’il faut quand même admettre qu’ils ne sont pas tombés sur l’adversaire le moins coriace non plus. Les Kings sont devenus samedi la première équipe de l’histoire de la LNH à remporter trois matchs de suite en séries éliminatoires dans lesquels ils tiraient de l’arrière par deux buts. Ils accusaient également un retard de 2-0 contre les Blackhawks de Chicago lors de la septième rencontre de la finale de l’Ouest (gain de 5-4 en prolongation), tout comme lors du match no 1 contre les Rangers mercredi (victoire de 3-2 en surtemps).

    Mais New York ne peut s’en servir comme excuse et devra arrêter de baisser sa garde même si l’équipe a les devants. Les Rangers ont eu tendance à jouer sur les talons dès qu’un joueur des Kings marquait, même s’ils détenaient toujours l’avance, une chose à laquelle ils devront absolument remédier.

    Profiter des revirements des Kings

    Et une bonne façon de régler le problème pourrait simplement être de trouver un moyen de marquer encore plus de buts, comme ça peu importe à quel point les Kings se rapprochent, les Rangers auront toujours un bon coussin.

    Ils ne doivent pas non plus oublier que les Kings sont bons, mais pas parfaits. Samedi, les Kings ont d’ailleurs commis 33 revirements (!), soit plus de deux fois plus que les Rangers (15).

    Mais New York n’a pas été en mesure d’en profiter, du moins quand c’était le temps, les Rangers n’ayant décoché que sept tirs au filet – et pas les plus dangereux – dans une troisième période au cours de laquelle les Kings ont réussi à créer l’égalité 4-4 pour forcer la prolongation.

    Ce n’est pas à tous les matchs que Los Angeles va leur offrir autant de chances en or, et les Rangers devront les saisir quand elles passeront.

    Plus de contribution de leurs leaders

    Martin St-Louis et Brad Richards ont occupé une place importante dans les succès des Rangers en séries, succès qui se sont finalement transformés en première apparition en Finale de la Coupe Stanley depuis 1994.

    Nul besoin de ressasser les événements tragiques vécus par St-Louis qui ont en quelque sorte rallié l’équipe derrière lui, alors que Richards a de son côté joué le rôle de capitaine pour cette équipe sans grande expérience en séries éliminatoires après le départ de Ryan Callahan pour le Lightning de Tampa Bay à la date limite des transactions.

    Mais tous les deux ont un point commun depuis le début de la Finale, et je ne parle pas du fait qu’ils soient les deux seuls de l’équipe à avoir déjà soulevé la Coupe Stanley

    St-Louis et Richards ont été quasi absents lors des deux premiers matchs de la ronde ultime, et ils ont bien mal choisi leur moment.

    Richards n’a amassé aucun point et décoché six tirs au but, en plus d’avoir affiché un différentiel de moins-3 lors de la deuxième rencontre face aux Kings.

    St-Louis a quant à lui inscrit un but dans la défaite de samedi, qui coïncidait avec son seul tir du match d’ailleurs, et a lui aussi terminé la partie avec un différentiel de moins-3.

    Les deux joueurs ayant été les plus encensés et louangés avant la Finale de la Coupe Stanley – peut-être à part le gardien Lundqvist – doivent se mettre en marche, et vite.

    Ne pas se laisser abattre

    Les visages étaient très longs chez les Rangers après le revers de samedi. Les joueurs ont pour la plupart accueilli les dizaines de journalistes bien assis dans le fond de leur casier, certains se tenant même le visage entre les mains.

    Mais après que leur frustration et leur déception soient passées dans les quelques premières réponses fournies aux médias, presque tous ont laissé place à un message d’espoir. Malgré la situation dans laquelle ils se trouvent, ils croient fermement avoir ce qu’il faut pour vaincre les Kings. Et ils n’ont pas tort.

    Peut-être que les battre quatre fois au cours des cinq prochaines rencontres sera une montagne trop haute à gravir, mais s’ils connaissent le même genre de début de match que lors des deux premières parties – et qu’ils mettent en application ces cinq conseils à la lettre –, les Rangers seront capables de tenir tête aux Kings.

     

    La LNH sur Facebook