Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    Brown marque en 2e prolongation et les Kings prennent une avance de 2-0 en Finale

    Par Emna Achour - Journaliste LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Brown marque en 2e prolongation et les Kings prennent une avance de 2-0 en Finale
    Brown marque en 2e prolongation et les Kings prennent une avance de 2-0 en Finale

    LOS ANGELES – Le sujet principal dans les vestiaires des Rangers de New York et des Kings de Los Angeles après la rencontre n’était ni la victoire des Kings en deuxième prolongation, ni le fait que Los Angeles ait pris les devants 2-0 en Finale de la Coupe Stanley, ni les neuf buts marqués dans ce match de fou.

    En fait, oui, un de ces buts bien précis est l’élément qui a suscité le plus d’attention.

    Ce filet, c’est celui de l’attaquant de Los Angeles Dwight King en tout début de troisième tiers, qui permettait aux Kings de réduire l’écart à 4-3

    Les Kings l’ont finalement emporté 5-4 grâce au but du capitaine Dustin Brown à 10:26 de la deuxième période de prolongation, samedi, dans le cadre du match no 2 de la Finale.

    C’est que King a fait dévier un lancer de la pointe du défenseur Matt Greene derrière le gardien des Rangers Henrik Lundqvist alors qu’il se trouvait tout juste devant lui, en pleine bataille avec le défenseur Ryan McDonagh. Aucune pénalité n’a été appelée sur le jeu et le but a été accepté, au grand désarroi de Lundqvist et McDonagh, qui ont fortement vociféré leur colère à l’endroit des officiels sur la patinoire.

    Après la rencontre, Lundqvist s’est dit surtout furieux parce que selon lui, ce but avait complètement changé l’allure du match en faveur des Kings, qui ont éventuellement créé l’égalité par l’entremise de Marian Gaborik à 7:36 du troisième tiers pour forcer la prolongation.

    « Je suis extrêmement déçu par la décision [des officiels]. Ils doivent être constants avec ce règlement », a déclaré Lundqvist, qui a terminé la rencontre avec 39 arrêts. « En deuxième période, [Benoît Pouliot] écope d’une pénalité [pour obstruction envers le gardien] et la rondelle n’était même pas là. Ils marquent un but et je ne peux même pas bouger.

    « C’est extrêmement frustrant de leur donner un regain de vie comme ça. Le match a complètement changé par la suite. Je ne m’attends pas à ce qu’ils appellent une pénalité sur la séquence, mais ils doivent siffler l’arrêt du jeu. Un gardien ne peut pas bouger quand il y a un gars comme ça sur lui. C’est un jeu tellement important dans le match. »

    L’entraîneur des Rangers, Alain Vigneault, a été plus expéditif que son gardien quand on lui a demandé son avis sur la séquence.

    « Demandez à la LNH », a-t-il dit.

    Mais d’après King, c’était tout simplement un jeu de hockey.

    « Pour être honnête, après avoir remis à rondelle à Justin [Williams], j’essayais juste d’aller devant le filet, a-t-il expliqué. Évidemment, Justin a fait un beau jeu pour envoyer le disque vers Matt [Greene] qui l’a dirigé vers le filet, et je ne sais pas trop comment, mais il a dévié sur moi. On ne faisait que se batailler pour notre position. »

    Pour un deuxième match de suite dans cette Finale de la Coupe Stanley, les trois périodes réglementaires n’ont pas fait de maîtres et ce sont les Kings qui en sont sortis vainqueurs.

    Et pour un deuxième match de suite, les Kings se sont sauvés avec la victoire même si les Rangers ont pris les devants 2-0 dans la rencontre. En fait, New York s’est emparé d’une avance de deux buts à trois reprises dans le match, et Los Angeles a quand même trouvé un moyen de combler des déficits de 2-0, 3-1 et 4-2.

    McDonagh et Mats Zuccarello ont d’abord marqué, puis Jarret Stoll a réduit l’écart pour les Kings. Ensuite Martin St-ouis a fait 3-1 avant que Mitchell et Derick Brassard ne touchent la cible à 11 secondes d’intervalle pour que le pointage indique 4-2 après deux périodes.

    Mais King et Marian Gaborik ont complété la remontée des Kings en troisième, avant que Brown ne scelle l’issue de la rencontre en prolongation. Williams, qui avait inscrit le but victorieux en surtemps lors du match no 1 mercredi, a amassé trois aides samedi. Il figure maintenant au deuxième rang des pointeurs depuis le début des séries avec 23 points, à égalité avec son coéquipier Jeff Carter et derrière seulement son autre coéquipier Kopitar (25).

    Les Kings sont ainsi devenus la première équipe de l’histoire de la LNH à remporter trois matchs de suite en séries éliminatoires dans lesquels ils tiraient de l’arrière par deux buts. Ils accusaient également un retard de 2-0 contre les Blackhawks de Chicago lors de la septième rencontre de la finale de l’Ouest (gain de 5-4 en prolongation), tout comme lors du match no 1 contre les Rangers mercredi (victoire de 3-2 en surtemps).

    « Évidemment, notre plan de match n’est pas de tirer de l’arrière par deux buts, mais on est revenu dans la rencontre, a indiqué l’attaquant de Los Angeles Anze Kopitar. Je ne sais pas vraiment quoi dire d’autre. Ce n’est pas encourageant d’accuser un retard, mais on dirait que lorsque ça arrive, l’énergie du désespoir entre en ligne de compte. Je pense qu’on l’a encore une fois démontré [samedi]. »

    La série quatre-de-sept se transporte maintenant à New York pour le match no 3, qui sera présenté lundi soir (20 h HE; RDS, CBC, NBCSN).

    Le gardien Jonathan Quick a repoussé 34 des 38 rondelles auxquelles il a fait face pour les Kings, qui ont maintenant disputé près de 13 périodes de jeu au total au cours de leurs trois dernières rencontres.

    Mais Brown n’est pas inquiet par l’aspect « fatigue » qui pourrait éventuellement les affecter.

    « Je pense que des matchs qui se terminent en prolongation, ce ne sont que des extensions de matchs normaux, a-t-il évoqué. Quand tu peux utiliser six défenseurs et quatre trios, ça aide beaucoup lorsque tu dois disputer plusieurs périodes de surtemps. »

     

    La LNH sur Facebook