Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    Les Kings n’ont jamais douté qu’ils battraient les Blackhawks en finale de l’Ouest

    Par Shawn Roarke - Directeur de rédaction senior à NHL.com

    Partagez avec vos amis


    Les Kings n’ont jamais douté qu’ils battraient les Blackhawks en finale de l’Ouest
    Les Kings n’ont jamais douté qu’ils battraient les Blackhawks en finale de l’Ouest

    CHICAGO – Les Sharks de San Jose croyaient qu’ils avaient les Kings de Los Angeles dans les câbles. Les Ducks d’Anaheim ont pensé la même chose. Dimanche, les Blackhawks de Chicago sont devenus la plus récente équipe à faire l’erreur de compter les Kings pour battus.

    Dans un match no 7 mémorable de la finale de l’Ouest, les Blackhawks ont pris une avance de deux buts au cours des neuf premières minutes. Pour à peu près tout le monde, il semblait que les Kings aient finalement manqué d’essence dans le réservoir après avoir comblé un déficit de 3-0 contre les Sharks et de 3-2 face aux Ducks.

    Mais cette équipe des Kings est différente de toutes les autres que la LNH ait vues.

    « On n’a jamais pensé qu’on n’y arriverait pas, a déclaré le défenseur des Kings Drew Doughty. Deux de leurs buts ont été des buts assez chanceux.

    « Mais on n’allait pas laisser ce genre de buts nous abattre. On savait qu’on allait les ravoir, marquer des moins beaux buts aussi en fonçant au filet. C’est essentiellement comme ça qu’on a gagné le match; on n’a jamais abandonné. »

    À trois reprises dimanche soir, les Kings ont tiré de l’arrière; et à trois reprises ils ont créé l’égalité, avant que le défenseur Alec Martinez ne décoche un tir des poignets qui a dévié sur le défenseur de Chicago Nick Leddy avant de déjouer le gardien Corey Crawford en prolongation, pour procurer un gain de 5-4 aux Kings.

    Le but de Martinez, inscrit lors de la sixième minute de la prolongation, a marqué la neuvième avance des Blackhawks effacée par les Kings dans cette série, incluant quatre déficits de deux buts. Avec une motivation de cette amplitude, personne n’est surpris d’apprendre que Los Angeles est devenu la première équipe à gagner trois matchs no 7 au cours des mêmes séries pour atteindre la Finale de la Coupe Stanley. Ces trois victoires sont survenues dans des amphithéâtres hostiles et ont inclus 16 buts pour les Kings.

    Leur troisième gain en match no 7 de ce printemps a également été enregistré contre une équipe des Blackhawks qui avait gagné la Coupe Stanley l’an dernier, éliminant les Kings à ce même temps de la campagne. Chicago croyait en ses chanceux de répéter l’exploit avant d’une horde de blessures ne mette la table pour une bataille plus serrée en finale d’association.

    « On croyait être une meilleure équipe que ce qu’on avait été cette année, a dit Doughty. L’an dernier, j’ai senti que leur équipe était un peu meilleure, mais cette année on sentait qu’on était la meilleure équipe. On n’allait tout simplement pas abandonner; on allait toujours continuer à croire qu’on pouvait revenir, qu’on pouvait gagner. »

    Le match no 7 en a été un parfait exemple.

    Quand le capitaine de Chicago Jonathan Toews a marqué sur le jeu de puissance à 8:36 pour donner aux Blackhawks une avance de 2-0, il semblait que minuit avait sonné pour les Kings. Le United Center vibrait et était plus bruyant que jamais, et les Blackhawks détenaient le momentum après avoir gagné le match no 5 en deuxième prolongation et le match no 6 avec une remontée de deux buts en troisième période.

    Alors tout ce que les Kings ont fait a été de marquer deux fois en 51 secondes, obtenant des buts du héros de la série Jeff Carter et de « monsieur match no 7 » Justin Williams, qui a inscrit sept filets et amassé sept aides en sept matchs no 7 en carrière, un total de point jamais atteint par aucun autre joueur de l’histoire de la ligue.

    Mais les Blackhawks ont touché la cible 12 secondes après le but de Williams, suggérant encore une fois que ce n’était peut-être pas la soirée des Kings. À mi-chemin en deuxième, Tyler Toffoli a créé l’égalité, mais Sharp a ensuite inscrit son deuxième filet du match pour procurer à Chicago ce qui s’est avéré sa dernière avance de la série, 4-3.

    En troisième, l’ingrédient manquant Marian Gaborik, acquis à la date limite des transactions des Blue Jackets de Columbus, a marqué son 12e des séries pour faire 4-4, et le gardien Jonathan Quick a réalisé un arrêt spectaculaire en faisant le grand écart avec 5,7 secondes à faire en temps réglementaire pour préserver l’égalité.

     

    La LNH sur Facebook