Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    Les Rangers font fâcher Therrien en espionnant la séance d'entraînement du CH

    La Presse Canadienne

    Partagez avec vos amis


    Les Rangers font fâcher Therrien en espionnant la séance d'entraînement du CH
    Les Rangers font fâcher Therrien en espionnant la séance d'entraînement du CH

    NEW YORK - La cohabitation entre les deux rivaux de la finale de l'Est de la LNH est de plus en plus difficile. Samedi, les Rangers de New York ont suscité la colère de Michel Therrien en espionnant la séance d'entraînement du Canadien, au Madison Square Garden.

    Au début de la séance, l'entraîneur a dû interpeller crûment un des adjoints de son homologue Alain Vigneault, Ulf Samuelsson, afin qu'il quitte les gradins.

    L'intervention initiale d'un des adjoints de Therrien, Jean-Jacques Daigneault, qui a déjà fait partie de l'organisation des Rangers, n'avait pas été entendue.

    Pendant que ses troupiers effectuaient des exercices d'étirements au centre de la glace, Therrien s'est donc rendu dans un coin de patinoire, il a ouvert une porte et il s'est adressé à Samuelsson, assis paisiblement aux premières loges. Le court échange entre les deux hommes n'a rien eu d'amical, c'est le moins qu'on puisse dire.

    «Je ne savais pas trop ce qui se passait. Je pensais qu'ils se connaissaient bien et qu'ils voulaient jaser ensemble», a lancé l'attaquant Daniel Brière, qui a tôt fait de remarquer l'imbroglio.

    Samuelsson a finalement déguerpi, remplacé aussitôt par le directeur général des Rangers, Glen Sather, qui est allé s'asseoir plus haut dans les gradins. Il y est resté jusqu'à la fin, sans que Therrien n'intervienne. Un autre adjoint de Vigneault, Daniel Lacroix, est demeuré longtemps dans une autre section.

    Therrien était mécontent parce qu'il estimait que les Rangers avaient transgressé une entente tacite entre les équipes.

    «Les directeurs généraux s'étaient mis d'accord pour que personne n'assiste aux séances d'entraînement de l'autre entre les matchs par respect pour les entraîneurs qui veulent apporter des ajustements, a-t-il mentionné. Ç'a toujours été une règle non écrite.»

    Therrien n'a pas voulu dévoiler la teneur de l'ordre qu'il a intimé à Samuelsson.

    «Je ne veux pas faire un plat de l'histoire. Il n'avait pas d'affaire-là, et je lui ai fait savoir. C'est tout, on passe à autre chose.»

    On peut parier qu'en coulisses le Canadien a dû passer un message d'insatisfaction clair à leurs opposants.

    À l'attaque

    Therrien était en tout cas en verve, et il a décoché des flèches à l'endroit des Rangers et de Vigneault.

    Quand on lui a demandé s'il croyait que Derek Stepan puisse disputer le quatrième match dimanche, il a répondu que les Rangers courraient un risque en le faisant jouer.

    «Je ne suis pas médecin, mais j'ai demandé à nos médecins et ils m'ont dit que c'était très risqué d'utiliser un joueur qui vient d'être opéré à la mâchoire, et qu'ils n'avaient jamais vu ça eux.»

    C'est très peu probable que Stepan soit dans la formation puisqu'il repose toujours à l'hôpital, a dit Vigneault, sans écarter totalement la possibilité qu'il ne soit pas en uniforme.

    Chez le Canadien, on doute de la droiture des Rangers dans ce dossier. L'ailier Brendan Gallagher a fait remarquer que Stepan avait été très jasant pendant le match de jeudi pour un gars qui avait la mâchoire fracturée.

    Au sujet du retour au jeu de Derick Brassard, Therrien a dit qu'on savait exactement la nature de sa blessure (une épaule, possiblement) «parce que le hockey est un petit monde» et qu'on verrait à jouer «très solide contre lui».

    L'entraîneur a «parodié» Vigneault qui avait lancé que «le hockey est un petit monde», après le deuxième gain des Rangers à New York, en prétendant savoir que le gardien Carey Price n'allait pas jouer et que Dustin Tokarski le remplacerait.

    Brière a également pris à partie Vigneault parce qu'il trouve qu'il en beurre épais dans l'incident Brandon Prust-Derek Stepan.

    «Est-ce qu'il a vu son défenseur Ryan McDonagh donner des coups de hache à Brendan Gallagher? Il essaie d'influencer les arbitres.»

     

    La LNH sur Facebook