Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    Kings : Williams offre davantage que des buts dans les matchs ultimes

    Par Corey Masisak - Journaliste LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Kings : Williams offre davantage que des buts dans les matchs ultimes
    Kings : Williams offre davantage que des buts dans les matchs ultimes

    CHICAGO – Justin Williams est tellement reconnu pour un élément en particulier dans la LNH, qu’il s’est mérité un surnom qui le souligne.

    « Monsieur septième match » a marqué le premier but des Kings de Los Angeles et en a préparé un autre dans un gain contre les Ducks d’Anaheim dans le match ultime de leur série de deuxième ronde de l’Association de l’Ouest. Ce sobriquet est mérité. Williams présente une fiche de 6-0 en carrière dans les matchs no 7 en séries éliminatoires, et il a amassé six buts et 12 points au cours de ces rencontres.

    Dans les rencontres qui ne sont pas des matchs ultimes, Williams ne reçoit vraiment pas la même attention. L’attention se dirige davantage sur vedettes des Kings comme Anze Kopitar, Drew Doughty et Jonathan Quick, et Williams devient l’un des excellents joueurs de soutien de l’équipe.

    Peut-être que cela ne devrait pas être le cas.

    Williams est l’un des meilleurs de la ligue pour remporter ses batailles pour la rondelle le long des rampes, et cette aptitude fait de lui un joueur extrêmement utile.

    « C’est une question d’expérience, de détermination, de deuxième effort, d’intelligence… je dirais que ces quatre éléments entrent en ligne de compte, a indiqué Williams. Plusieurs batailles le long des rampes passent inaperçues pour les gens qui ne se trouvent pas dans le vestiaire, pour être honnête. Nous nous concentrons beaucoup sur ces batailles. Nous savons qu’elles n’apparaissent pas sur la feuille de pointage, mais remporter ces bagarres partout sur la glace est très important. »

    Les Kings ont formé la meilleure équipe de la LNH en termes de possession de rondelle cette saison, et ont terminé parmi les trois premiers à ce chapitre au cours des trois dernières campagnes. Williams est une bête de possession de rondelle, et l’un des joueurs dont la valeur semble augmenter lorsque l’on étudie les statistiques avancées plutôt que celle que l’on retrouve derrière les cartes de hockey.

    Williams a amassé 19 buts et 43 points cette saison. Au cours des quatre dernières saisons avec les Kings, sa production a été constante, particulièrement au chapitre des buts marqués.

    Il a terminé au deuxième rang parmi les attaquants de la ligue cette saison au chapitre de la statistique Corsi pour le pourcentage à forces égales, derrière le centre des Bruins de Boston Patrice Bergeron. En 2012-13, Williams a mené la ligue à ce chapitre. Il y a deux ans, il a terminé au cinquième rang derrière le centre des Red Wings de Detroit Pavel Datsyuk, Bergeron, du centre des Stars de Dallas Tyler Seguin et de l’ailier gauche des Canucks de Vancouver Daniel Sedin.

    « Il conserve la rondelle, il va dans la circulation, conserve encore la rondelle, et effectue des jeux, a expliqué l’entraîneur des Kings Darryl Sutter. Il va prendre des coups pour réaliser un jeu. C’est sans aucun doute un modèle à suivre pour les jeunes joueurs.

    « Ces statistiques de possession de rondelle sont très importantes maintenant, et beaucoup de personnes en parlent. Justin est assurément l’un des meilleurs joueurs de la ligue de ce côté. »

    La raison qui explique pourquoi le nom de Williams se retrouve parmi ceux de joueurs vedettes est son travail le long des rampes. Williams est peut-être le meilleur joueur de la ligue pour s’engager dans une bataille le long de la bande et en ressortir avec la rondelle.

    Remporter ces batailles permet aux Kings de soit reprendre possession de la rondelle, soit de conserver celle-ci. Il est une menace pour les équipes adverses en territoire offensif, alors qu’elles croient qu’elles ont une chance de sortir le disque, mais Williams ne leur en laisse pas la chance.

    « Il est difficile à neutraliser, et il possède ce talent pour effectuer les petits jeux difficiles sous pression, a mentionné le centre des Kings Jarret Stoll. Et il veut la rondelle. Il souhaite effectuer des jeux. C’est dans sa mentalité. Il n’a peur de rien, que ce soit un défenseur qui fonce vers lui alors qu’il s’amène le long de la rampe, ou quoi que ce soit d’autre. »

    Les Kings excellent sur le plan de la possession de rondelle en partie en raison de leur style de jeu et de leur philosophie. Leur système a été qualifié à tort de système défensif puisque Los Angeles est passé maître dans l’art de garder la rondelle à l’extérieur du filet de Quick, mais la réalité est toute autre.

    Los Angeles veut toujours récupérer la rondelle et cherche toujours à l’arracher à l’équipe adverse, et pas seulement forcer l’adversaire à la rejeter en fond de territoire. Lorsque les défenseurs adverses tentent de dégager la rondelle en l’envoyant le long de la rampe, c’est souvent là que Williams intervient et réalise des tours de magie.

    « Son bâton semble recouvert de velcro quand il touche la rondelle, a imagé le capitaine des Kings Dustin Brown. Je crois que je le remarque davantage en zone [offensive]. Il est capable de se créer de l’espace le long de la rampe, ce qui lui permet parfois d’effectuer ce petit jeu supplémentaire. »

    Il y a une autre chose qui sépare Williams des autres joueurs qui lui ressemblent. Plusieurs joueurs peuvent être aussi physique que lui le long de la rampe et être en mesure d’enlever le disque à un adversaire, mais ils ressentent souvent le besoin de s’éloigner le plus rapidement possible des autres joueurs pour s’éloigner du danger. Williams fait partie des meilleurs quand vient le temps de récupérer la rondelle puis de la conserver pendant une seconde supplémentaire, ce qui lui permet de trouver un coéquipier libre.

    « Il est un joueur très patient, a ajouté Brown. C’est une chose que l’on ne peut enseigner. On peut tenter de travailler sur cette facette, mais lui a toujours su le faire depuis qu’il est arrivé ici. Il est capable de conserver la rondelle. Cela fait partie intégrante de son jeu. »

    Chacune de ces caractéristiques aide à étoffer les statistiques de possession de rondelle de Williams. Il aide les Kings à reprendre le contrôle de la rondelle en gagnant ses batailles le long des rampes.

    Par la suite, plutôt que de simplement rejeter le disque dans une ouverture ou d’effectuer une passe sans regarder qui a peu de chance de réussir, Williams va trouver le moyen de trouver un peu d’espace même s’il est entouré de joueurs pour trouver un joueur libre. Une fois sa passe complétée, les chances des Kings de conserver la possession de la rondelle et de décocher davantage de tirs au but augmentent grandement.

    « Parfois cela rapporte, et d’autres fois non. Il faut trouver un juste milieu et ne pas conserver le disque trop longtemps sur son bâton, a déclaré Williams. Je suis un joueur qui est évidemment bien meilleur quand j’ai possession de la rondelle, ce qui me donne plus de confiance. Cela me permet de me sentir plus impliqué dans la rencontre. C’est comme pour les joueurs au basketball qui veulent toucher au ballon. La même chose s’applique au hockey. On veut toucher à la rondelle pour entrer dans le match. Cela permet de mieux sentir le disque et de mieux s’adapter au rythme de la rencontre. »

    Williams a inscrit plus de 30 buts à deux reprises pour les Hurricanes de la Caroline et il a connu d’excellentes séries éliminatoires lorsqu’ils ont remporté la Coupe Stanley en 2006. Il a dû composer avec plusieurs blessures sérieuses avant d’amorcer sa domination de possession de rondelle.

    Il n’est pas vraiment un joueur sous-évalué de la ligue en raison de ses exploits dans les septièmes matchs, mais le reste de son jeu, et sa véritable valeur au sein d’une équipe qui excelle en possession de rondelle comme les Kings, n’obtient probablement pas la reconnaissance requise.

    « Lorsqu’il est au sommet de son art, il freine, et repart, et tourne sur lui-même… nous disons alors qu’il « danse ». Cela lui permet de réussir les jeux qu’il tente, a conclu Brown. Il est, à mon avis, un joueur sous-estimé qui excelle dans toutes les situations. »

     

    La LNH sur Facebook