Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    Les vieux amis Hossa et Gaborik rivalisent pour avoir la chance de remporter la Coupe Stanley

    Par Corey Masisak - Journaliste LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Les vieux amis Hossa et Gaborik rivalisent pour avoir la chance de remporter la Coupe Stanley
    Les vieux amis Hossa et Gaborik rivalisent pour avoir la chance de remporter la Coupe Stanley

    CHICAGO – Il existe des villes aux États-Unis et au Canada que la Coupe Stanley n’a jamais visitées, mais ce trophée est presque citoyen honoraire de la ville de Trencin en Slovaquie.

    Trencin est une ville de moins de 60 000 habitants, pas très loin de la frontière avec la République tchèque. À cinq reprises au cours des six derniers étés, la Coupe Stanley a effectué une visite à Trencin, et les chances sont bonnes qu’elle y retourne pour une sixième fois en sept ans.

    Il s’agit de la ville où habitent Marian Hossa des Blackhawks de Chicago et Marian Gaborik des Kings de Los Angeles au cours de la saison morte.

    « Nous nous sommes connus à un très jeune âge, a raconté Hossa. Mon frère a grandi avec Marian car ils sont du même âge, soit trois ans de moins que moi. Lorsque j’étais plus jeune, j’avais l’habitude d’assister à leurs matchs. Marian a toujours été celui qui marquait les buts. Mon frère était plutôt le passeur. Je le connaissais donc très bien quand il était enfant.

    « Nous sommes maintenant voisins. Nous habitons sur la même rue. Nous passons l’été ensemble, et nous avons donc plein de choses à nous raconter chaque fois que l’on se voit. Pour l’instant, nous ne nous parlons plus pendant deux semaines. Nous tentons de nous concentrer sur notre travail sur la glace. Lorsque la série sera terminée, nous redeviendrons amis. »

    Trencin est aussi la ville de du capitaine des Bruins de Boston Zdeno Chara, qui habite d’ailleurs sur la même rue que Hossa et Gaborik. Le premier joueur à amener la Coupe Stanley à Trencin a été Tomas Kopecky des Red Wings de Detroit en 2008; Miroslav Satan des Penguins de Pittsburgh a fait de même en 2009.

    Après avoir perdu en Finale de la Coupe Stanley deux ans de suite avec deux équipes différentes, Hossa a finalement remporté le précieux trophée en 2010 avec les Blackhawks. Chara a suivi l’année suivante. Après une pause d’un an, la Coupe allait assurément être de retour en 2013 puisque la finale mettait aux prises Hossa et Chara.

    Une histoire semblable se déroule en 2014, Puisque Hossa et Gaborik s’affrontent en finale de l’Association de l’Ouest, il est déjà assuré qu’un résident de Trencin participera à la Finale de la Coupe Stanley. Chicago mène la série quatre-de-sept 1-0, et le deuxième match sera présenté au United Center mercredi (20 h (HE); NBCSN, TSN, RDS).

    « Nous passons du temps ensemble au cours de la saison morte, a confirmé Gaborik. Nous nous sommes parlé au début de la série, mais ce fut tout. Nous n’avons plus vraiment d’interactions, et nous n’avons pas pris de pari, ou quoi que ce soit du genre. »

    Gaborik et Hossa ont évolué ensemble pour l’équipe nationale slovaque à quelques occasions, mais une fracture de la clavicule a empêché Gaborik de participer aux Jeux olympiques 2014 de Sotchi. Il a fait oublier une saison décevante en brillant au cours des séries éliminatoires.

    Il mène la LNH avec neuf buts et occupe le deuxième rang derrière son compagnon de trio Anze Kopitar avec 15 points. Hossa se retrouve au sixième rang avec 13 points depuis le début des séries.

    « [Gaborik] est, et a toujours été, un marqueur né, a noté Hossa. Si on lui accorde un peu de temps, il peut décocher un lancer rapide et vous surprendre. Il possède un lancer incroyable. Avec sa vitesse, lorsqu’il se met en marche, il faut toujours savoir où il se trouve sur la glace, particulièrement en zone neutre, où il peut utiliser sa vitesse à merveille. En une seconde il peut se retrouver derrière vous, et il est impossible de le rattraper. Il faut donc garder un œil sur lui à tout moment. »

     

    La LNH sur Facebook