Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Jacobs croit que les Bruins peuvent encore aspirer à la Coupe Stanley

mardi 2014-05-20 / 21:17 / LNH.com - Nouvelles

Par Matt Kalman - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Jacobs croit que les Bruins peuvent encore aspirer à la Coupe Stanley
Jacobs croit que les Bruins peuvent encore aspirer à la Coupe Stanley

BOSTON – Après que les Bruins de Boston eurent échoué dans leur tentative de défendre leur titre de champions de la Coupe Stanley en 2011 en étant éliminés en sept parties lors de leur série quarts de finale dans l’Est face aux Capitals de Washington en 2012, le propriétaire des Bruins Jeremy Jacobs a dit que le précieux trophée était présentement prêté aux autres équipes en attendant que la sienne puisse le ramener à Boston.

Et Jacobs ne s’attend pas à devoir attendre trop longtemps.

Mais la défaite des Bruins en sept matchs face au Canadien de Montréal en deuxième ronde dans l’Est a prolongé ce prêt à trois ans. Et les Bruins ont fait quelques pas en arrière, alors qu’ils n’ont franchi qu’une ronde un an après avoir perdu en six matchs contre les Blackhawks de Chicago en Finale de la Coupe Stanley 2013.

S’adressant aux médias mardi, Jacobs a réitéré sa confiance en la direction de son équipe, menée par le président Cam Neely et le directeur général Peter Chiarelli.

« C’était en quelques sortes une saison en deux temps », a déclaré Jacobs lors d’une conférence de presse au TD Garden. « On avait la meilleure équipe de la Ligue nationale de hockey en saison régulière et on pensait pouvoir transporter ce momentum, mais ce n’est pas ce qui est arrivé.

« J’ai énormément confiance en mon personnel. Évidemment, ils ont mis en place une équipe qui a livré les meilleures performances de la Ligue nationale de hockey. Lorsque viendra le temps d’organiser tout ça pour le futur, je ne crois pas qu’ils pensent à effectuer des changements majeurs. Je pense davantage qu’ils vont chercher à apporter de légères modifications au lieu de grands changements. Je pense que de garder cette organisation ensemble est un de leurs objectifs, tout comme l’améliorer. »

Les Bruins ont remporté le trophée des Présidents grâce à une fiche de 54-19-9 en saison régulière. Ils ont défait les Red Wings de Detroit en cinq matchs en première ronde des séries avant de s’incliner devant le Canadien.

Boston a préservé relativement le même noyau de joueurs pendant plusieurs saisons, en commençant par le groupe de vétérans qui avait mené l’équipe lors de leur année de championnat. La direction devra maintenant déterminer si la formation actuelle a été le mieux représentée en saison régulière, qui a inclus une séquences de 12 victoires et une série de 16 matchs avec au moins un point en mars, ou en séries éliminatoires, qui se sont terminées quand les Bruins ont bousillé leur avance de 3-2 dans la série contre Montréal et qu’ils n’ont marqué qu’un but à leurs deux derniers matchs.

Les attaquants Jarome Iginla, qui a partagé la tête de l’équipe avec 30 buts, et Shawn Thornton, un leader et un joueur qui travaille fort, sont les seuls membres majeurs des Bruins qui deviendront joueurs autonomes sans compensation le 1er juillet prochain. Neely a dit que l’organisation était toujours en processus de déterminer un plan pour ces joueurs. Le défenseur Torey Krug et l’attaquant Reilly Smith sont quant à eux les plus grands noms parmi les nombreux membres des Bruins qui seront joueurs autonomes avec compensation. Plusieurs vétérans clés possèdent des clauses de non-échange.

En résumé, il ne semble pas probable que l’alignement des Bruins subisse de nombreux changements.

« Je crois que nous allons seulement tenter de modifier légèrement notre équipe, a admis Neely. Nous avons connu une excellente saison régulière. Nous avons échoué en deuxième ronde, ce qui a déçu tout le monde. Nous voulons donc réévaluer les éléments que nous pouvons améliorer plutôt que de chercher à procéder à un remaniement majeur. Lorsqu’une équipe connaît le genre de saison régulière que nous avons connue, particulièrement cette séquence au mois de mars et au début d’avril, ce n’était pas de la chance. Nous formions une bonne équipe, et nous croyons que nous formons toujours une bonne équipe. Nous aurons peut-être besoin de quelques ajustements. »

Depuis l’adoption du plafond salarial en 2005-06, les Bruins ont toujours dépensé près du montant maximal permis par la LNH. Neely a indiqué que les propriétaires lui ont assuré que cela sera encore le cas. La majorité des dépenses des Bruins ont servi à maintenir ensemble le noyau de l’équipe, en commençant par le gardien Tuukka Rask, le défenseur Zdeno Chara et le centre Patrice Bergeron. Les Bruins ont aussi désigné les défenseurs Johnny Boychuk et Dennis Seidenberg, ainsi que les attaquants David Krejci, Milan Lucic et Brad Marchand comme des piliers d’une équipe aspirante à la Coupe Stanley.

Bien que Chara a eu 37 ans cette saison, Neely ne croit pas que la fenêtre d’opportunité pour un autre championnat de l’édition actuelle des Bruins se soit vraiment refermée.

« Je crois, en raison de la manière dont nous avons joué en saison régulière, que nous ne sommes pas en chute libre, a indiqué Neely. Nous n’avons pas joué aussi bien que nous l’aurions dû en deuxième ronde. En tant que groupe, nous n’avons pas affiché le même niveau qu’aux mois de mars et d’avril.

« À l’exception peut-être de [Chara], notre noyau est toujours relativement jeune. Nous parlons de joueurs dans le milieu ou la fin de la vingtaine. Et Zdeno est toujours, à mon avis, le meilleur défenseur de la ligue. C’est pourquoi je crois que notre fenêtre est toujours ouverte. Nous devons seulement trouver comment nous pouvons améliorer notre équipe, que ce soit par l’amélioration de joueurs qui appartiennent déjà à l’équipe ou en ajoutant de nouveaux joueurs. »

Jacobs est d’accord sur le fait que les Bruins forment une équipe qui ne devrait pas laisser cette « léthargie » de Coupe Stanley se prolonger trop longtemps, en grande partie en raison de la clairvoyance des gens qu’il a placé à la direction de l’équipe.

« Je suis d’avis que la direction a une grande part de responsabilité dans nos succès. Au hockey, on parle davantage d’évolution que de révolution, dans le sens où on voit évoluer les équipes, les joueurs, et qu’il faut saisir l’occasion quand elle se présente, a noté Jacobs. C’est un sport d’équipe, et non un sport axé sur les vedettes. Nous voyons de plus en plus cela. Je crois donc que ce que vous voyez est une équipe extrêmement bien gérée. J’ai passé beaucoup de temps à ce niveau, et je crois que nous allons récolter, encore une fois, les fruits de notre investissement dans cette « institution ». Je m’attends à ce que cela continue dans le futur. »

Possiblement un futur où la Coupe Stanley ne serait plus prêtée aux autres équipes, pour appartenir de nouveau aux Bruins.

 

La LNH sur Facebook