Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    Touchette : Le roi Henrik a régné au Centre Bell

    Par Serge Touchette - Chroniqueur LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Touchette : Le roi Henrik a régné au Centre Bell
    Touchette : Le roi Henrik a régné au Centre Bell

    Un grand absent, un choix surprenant et une tête couronnée surprise en train de commettre un vol au Centre Bell.

    Chacun à leur manière, trois gardiens de but ont marqué la journée de lundi à Montréal.

    Carey Price a été déclaré hors de combat pour la balance de la série, le jeune Dustin Tokarski a joué le premier match de sa carrière dans les séries éliminatoires et Henrik Lundqvist, dit le roi Henrik, a carrément volé le deuxième match de cette finale de l'Association de l’Est entre le Canadien de Montréal et les Rangers de New York.

    Tokarski n'a pas été mauvais, mais le Canadien sans Price, c'est comme le Lightining de Tampa Bay sans Ben Bishop. Ou les Kings de Los Angeles sans Jonathan Quick. Ou encore les ... Rangers sans Lundqvist.

    Or Lundqvist a déclaré présent, lundi soir. Et plus d'une fois s'il vous plait. Il a volé au moins quatre ou cinq buts au Canadien. Il n'a fait que rappeler l'importance d'un gardien numéro un dans les séries éliminatoires, lui qui a stoppé 40 rondelles, dont plusieurs à courte distance,

    Le Canadien a connu un fort début de match. Après une minute de jeu, le gardien des Rangers avait déjà repoussé quatre tirs. Son message était sans équivoque.

    Le pari de Therrien

    Pour sa part, Michel Therrien en a surpris plusieurs en optant pour Tokarski plutôt que Peter Budaj.

    Le pilote du Canadien, c'est bien connu, aime bien lancer les dés à l'occasion, mais ce n'est pas comme s'il avait eu le choix entre deux gagnants du trophée Vézina. Budaj est un gardien auxiliaire qui a connu une fin de saison difficile alors que Tokarski a encore tout à prouver même s'il montre une médaille d'or aux championnats juniors, une coupe Memorial et une coupe Calder à son palmarès.

    Dans un cas comme dans l'autre, la décision de l'entraineur du Canadien comportait un risque important.

    Tokarski a été battu par une équipe, qui a fait preuve d'opportunisme, mais surtout par un gardien en parfait contrôle, qui a finalement vaincu ses démons au Centre Bell.

    Lundqvist a réalisé ses plus beaux arrêts aux dépens du meilleur trio du Canadien formé de David Desharnais, Brendan Gallagher, qui s'est défoncé toute la soirée durant, et Max Pacioretty.

    En attendant, le Canadien, avec un déficit de 0-2 sur les bras, se retrouve dans une position pour le moins précaire.

    Rien n'est encore perdu, mais le Canadien devra en obtenir un peu plus de tout son monde.

    By the way, Thomas Vanek est-il au courant que le finale de l'Est est commencée depuis quelques jours ?

    Un grand joueur

    Là-dessus, on change de poste. Pourquoi ? Parce que je ne peux m'empêcher d'applaudir bien fort l'une des plus belles carrières dans l'histoire de la LNH, celle de Teemu Selanne.

    Allez, debout tout le monde ! Le monsieur mérite une ovation bien sentie.

    À 43 ans, le Finlandais, on le sait, a joué son dernier match, l'autre jour, lorsque les Ducks d'Anaheim ont été éliminés par les Kings de Los Angeles.

    Oui, le temps file. Et pas à peu près.

    Je me souviens encore de la saison 1992-93 quand Selanne, avec les Jets de Winnipeg, a inscrit pas moins de 76 buts à sa première saison dans la LNH, une marque, qui tient toujours.

    Il y a des records qui n'ont pas une grande espérance de vie, mais celui-là, parole de scout, risque d'être centenaire !

    Le Finnish Flash boucle donc sa carrière avec 684 buts, y compris 255 (!) en supériorité numérique, troisième plus fort total de l'histoire, et 1 457 points. Mais au-delà des chiffres, l'homme a marqué son sport par sa gentillesse, sa classe. Un ambassadeur sur patins, monsieur Selanne.

    J'irai plus loin encore; Selanne aura été la version finlandaise de Jean Béliveau.

    J'exagère ? Peut-être, mais dans son cas, l'exagération a bien meilleur goût.

     

    La LNH sur Facebook