Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    Le Canadien revient à la réalité après la déroute du premier match contre les Rangers

    Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Le Canadien revient à la réalité après la déroute du premier match contre les Rangers
    Le Canadien revient à la réalité après la déroute du premier match contre les Rangers

    MONTRÉAL – C’est un mantra qui est répété dans tous les vestiaires de la LNH pendant la saison régulière. Si une équipe remporte trois matchs d’affilée ou perd cinq rencontres de suite, on tente de conserver la même attitude et les formations utilisent tous les mêmes termes pour la décrire.

    Jamais trop haut. Jamais trop bas.

    Le Canadien de Montréal a entrepris la finale de l’Association de l’Est contre les Rangers de New York après avoir connu de très grandes émotions en éliminant leurs sempiternels rivaux, les Bruins de Boston dans leur amphithéâtre dans le septième match pour gagner le droit de disputer le match qu’il a joué samedi après-midi.

    Il semble que le Canadien n’était pas remis de ses émotions.

    Les Rangers ont été l’équipe la plus incisive dès que la rondelle a été mise en jeu et ils ont été récompensés par une écrasante victoire de 7-2 dans le premier match de la série disputé au Centre Bell, subtilisant ainsi l’avantage de la glace.

    « On ne veut jamais perdre un match, mais ça va nous ramener sur terre, a lancé l’entraîneur en chef du Canadien, Michel Therrien. Nous sommes un groupe qui se doit d’être prêt à rivaliser à chaque match si nous voulons avoir une chance de l’emporter.

    « On oublie ce match et on pense au prochain, mais nous avons eu une bonne leçon. »

    Une équipe qui fait partie des quatre formations restantes dans les séries éliminatoires de la Coupe Stanley ne devrait probablement pas avoir besoin d’une telle leçon, pas à cette étape, pas quand l’enjeu est si grand. Les joueurs du Canadien ont ouvertement admis qu’ils n’étaient pas prêts à disputer ce match, mais les raisons invoquées pour expliquer leur défaite variaient.

    Beaucoup de choses ont été faites pour que les joueurs du Canadien conservent leurs émotions après la série contre les Bruins.

    Cependant, le défenseur P.K. Subban ne voit pas cela comme une raison pour laquelle l’équipe a été si amorphe.

    « Je sais que tout le monde va parler de cela, a dit Subban. Mais nous sommes des professionnels, on ne voit pas cela de cette manière. »

    Sauf que ses coéquipiers ont vu cela de cette façon.

    « La rivalité n’était peut-être pas aussi grande que contre Boston, a déclaré le centre David Desharnais. Mais maintenant, elle l’est. »

    « Je pense que nous avons connu une baisse d’émotions après la série contre Boston, a ajouté l’attaquant Rene Bourque. Nous en avons parlé avant le match, ça n’a évidemment pas été suffisant. »

    Tous les joueurs du Canadien ont été interrogés après l’entraînement vendredi à savoir s’ils connaîtraient une baisse d’émotions. Ils ont tous reconnu que cette menace existait et qu’ils devaient la combattre.

    Les Rangers ont entrepris le premier match de la série avec une bonne dose d’émotions après avoir comblé un déficit de 3-1 pour éliminer les Penguins de Pittsburgh dans leur amphithéâtre lors du match no 7. Ils n’ont cependant connu aucune baisse d’émotions.

    Dans ce cas, ce fut une excuse commode pour les joueurs du Canadien de dire qu’ils ont eu de la difficulté à retrouver leur intensité, parce que les Rangers n’alimentaient pas assez le feu de la rivalité.

    Bourque, qui a laissé sa marque partout pendant le match avec trois pénalités mineures et un but qui a réduit l’écart à 2-1 à 12:38 de la deuxième période avant que les vannes ne s’ouvrent pour les Rangers, a été beaucoup plus brutal dans son analyse en décrivant le jeu de l’équipe quand il ne cherchait pas à trouver des excuses.

    « On s’est fait botter le derrière partout sur la patinoire », a imagé Bourque.

    « Ce fut de loin notre pire match des séries, a ajouté Bourque. Ce n’était même pas serré. Ils nous ont dominés dans chaque zone et nous avons écopé de beaucoup trop de pénalités. J’ai évidemment écopé moi-même d’une couple de mauvaises pénalités en première. On n’a pu se mettre en marche. On n’était pas alerte et nous n’étions pas prêts à jouer. Nous le serons lundi soir. »

    Le fait est qu’aucun joueur du Canadien ne sait exactement pourquoi ils n’ont pas rivalisé avec les Rangers dans le premier match et à ce point, ça n’a pas d’importance.

    Pendant que Bourque et Desharnais semblaient préoccupés par la performance de l’équipe, Subban lui, ne l’était pas. Ça ne veut pas dire que Subban était content de la performance de l’équipe; il ne semblait tout simplement pas prêt à prendre cela trop sérieusement.

    Subban reconnaissait que l’équipe avait commis des erreurs qu’elle ne fait pas habituellement, et que les joueurs avaient écopé de pénalités qu’ils ne prennent habituellement pas, et qu’ils avaient démontré un manque de concentration et d’énergie.

    Maintenant, le Canadien disputera son match le plus important de la saison lundi (20h; RDS, CBC, NBCSN) quand ils tenteront d’éviter de se présenter au Madison Square Garden de New York avec un recul de 2-0 dans la série quatre de sept.

    « Ce n’est pas notre équipe de hockey qui s’est présentée aujourd’hui, a déclaré Subban. Nous savons que nous sommes une équipe différente de celle que l’on a vue aujourd’hui et que nous pouvons être nettement meilleurs. »

    Jamais trop haut. Jamais trop bas.

    Le Canadien était nettement trop haut, ils doivent maintenant faire attention de ne pas être trop découragés. Adoptez l’attitude de leur meilleur patineur dans les présentes séries éliminatoires les aidera probablement.

    « Ces choses arrivent, a dit Subban. Elles arrivent dans les séries éliminatoires. »

    Sauf qu’ils ne peuvent plus les laisser se reproduire.

     

    La LNH sur Facebook