Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    Les Kings éliminent les Ducks et se frotteront aux Blackhawks

    samedi 2014-05-17 / 0:37 / Ducks vs Kings - Finales de section 2014

    Par Curtis Zupke - Correspondant LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Les Kings éliminent les Ducks et se frotteront aux Blackhawks
    Les Kings éliminent les Ducks et se frotteront aux Blackhawks

    ANAHEIM – Jonathan Quick a frustré Corey Perry, qui s’amenait en échappée, avec une telle nonchalance qu’il aurait tout aussi bien pu être assis dans un fauteuil dans son salon. Cette séquence a eu lieu à mi-chemin du septième match de la série de deuxième ronde de l’Association de l’Ouest entre les Kings de Los Angeles et les Ducks d’Anaheim, et ce jeu a bien résumé la différence entre les deux équipes.

    Le calme des Kings était à l’épreuve des balles, et les Ducks ont semblé attaquer avec des pistolets à plomb vendredi soir, alors que Los Angeles l’a emporté 6-2 au Honda Center pour ainsi assurer leur troisième participation consécutive à la finale d’association, une deuxième consécutive contre les Blackhawks de Chicago. Le premier match de cette série aura lieu dimanche au United Center (15 h (HE); NBC, TSN, RDS).

    « J’ai dit souvent que ce groupe possédait une arrogance interne ou une confiance tranquille, peu importe comment vous voulez l’appelez, et c’est ce qui caractérise ce vestiaire, a indiqué l’attaquant Justin Williams. Je regarde autour de moi et je sais que tout le monde va faire son travail. Personne ne doit être exceptionnel. Tout le monde doit se contenter d’être bon. Nous avons tous été bons ce soir. »

    Cette rencontre finale très attendue pour le titre de l’État de Californie a été décidée au cours des 10 premières minutes de jeu, au cours desquelles les Kings ont touché la cible à trois reprises, séquence amorcée par un autre but opportun de Justin Williams, qui a rejoint Wayne Gretzky au deuxième rang de tous les temps avec un sixième but en carrière dans un septième match.

    Après que Los Angeles eût chassé de la rencontre le gardien recrue de 20 ans John Gibson sur le premier but de la série d’Anze Kopitar qui a porté la marque à 4-0, les partisans des Kings ont scandé « Ceci est notre maison! ». Cela semblait approprié puisque les Kings ont remporté trois des quatre parties disputées au Honda Center, eux qui ont porté leur fiche à 6-0 dans les matchs où ils faisaient face à l’élimination depuis le début des séries éliminatoires.

    « Il semble que nous jouons notre meilleur hockey lorsque nous sommes le dos au mur, a noté Kopitar. Pour une raison ou une autre, nous jouons avec un sentiment d’urgence et de désespoir.

    « Je crois pas que personne ne s’attendait à un match à haut pointage. Nous avons toutefois connu un bon départ et tout s’est enclenché après le but de Justin. Nous nous sentions très bien et nous savions que nous allions disputer notre meilleur match de la série, et je crois que ce fut le cas. »

    Les Ducks ont tiré leur motivation tout au long de la saison du fait qu’ils voulaient faire oublier leur décevante défaite en sept parties contre les Red Wings de Detoit subie l’an dernier en quart-de-finale d’association, également à domicile. Anaheim devra plutôt passer un autre été rempli de doutes et de culpabilité, et n’aura pas permis à Teemu Selanne de tirer sa révérence de la manière dont il l’aurait souhaité, le vétéran de 43 ans disputant son dernier match en carrière.

    « Ce fut très décevant, a admis Selanne. Je savais que ce serait soit une fête incroyable, soit une vive déception. L’atmosphère n’est pas à la fête. C’est très décevant. C’est un sport bizarre. Nous avons eu nos chances, nous n’avons simplement pas pu en profiter. Ainsi va la vie. »

    La foule s’est levée pour saluer Selanne lorsqu’il a effectué sa dernière présence alors qu’il restait 1:52 à faire au match, et la plus bruyante ovation de la soirée a eu lieu après les poignées de main alors qu’il s’est dirigé vers les bancs pendant que toute l’équipe des Kings l’acclamait en tapant sur la glace avec leur bâton, un geste très respectueux.

    Le but de Williams était de mauvais augure pour Anaheim puisque l’équipe qui avait inscrit le premier but avait remporté les six premiers matchs de la série. La possibilité de voir cette tendance être renversée a été réduite à néant avec les buts de Jeff Carter et Mike Richards.

    Williams s’y est pris à deux fois avant de pousser la rondelle derrière la ligne des buts depuis le demi-cercle du gardien en avantage numérique à 4:30 du premier tiers. Cam Fowler a tenté de dégager la rondelle le long de la rampe sans toutefois y parvenir, et Richards a dirigé le disque vers le filet, où se trouvait déjà Williams.

    Carter a porté le pointage à 2-0 lorsqu’il a marqué du revers sur une échappée à 8:48 après s’être débarrassé de Hampus Lindholm en territoire central. Richards a ensuite porté un dur coup à Anaheim en inscrivant son deuxième filet des séries à 15:12 pour faire 3-0. Richards a laissé le disque derrière lui à Dwight King en entrée de territoire avant de se diriger au filet où il a pu s’emparer d’un retour qui n’a pas été maîtrisé par Gibson.

    Il s’agissait du troisième but accordé en neuf lancers par Gibson, qui n’a pas connu son meilleur match, mais qui n’a pas été aidé par les joueurs devant lui.

    « Au cours de la première période, on aurait dit que des hommes jouaient contre des enfants, très honnêtement », a déclaré l’entraîneur d’Anaheim Bruce Boudreau, dont la fiche est maintenant de 1-5 dans les septièmes matchs. « Ils étaient plus gros, plus forts, plus rapides et semblaient plus déterminés, alors que nous étions sur nos talons. Tout ce que nous avions convenu de faire, nous ne l’avons pas fait.

    « Nous n’avons pas pu faire les choses que nous voulions faire. Mais je dois donner du mérite aux Kings de Los Angeles. Ils ont joué comme des champions de la Coupe Stanley. Ils n’ont pas joué comme ils l’ont fait en première période dans aucun autre des matchs de la série. Je crois que nous avons été individuellement et collectivement dépassés par ce qu’ils nous infligeaient Ils passaient à côté de nous comme si nous étions immobiles. »

    Tirant de l’arrière 2-0, les Ducks auraient pu changer l’allure de la rencontre quand Perry s’est vu accorder un lancer de pénalité à 14:08. Quick a cependant harponné la rondelle sur sa tentative.

    Perry et Quick ont eu des échanges tout au long de la partie, et le gardien des Kings ne souhaitait probablement pas à Perry un joyeux 29e anniversaire. L’ancien récipiendaire du trophée Hart était sur la glace pour trois des buts des Kings, en compagnie du capitaine des Ducks Ryan Getzlaf.

    Du côté des vainqueurs, on retrouve Kopitar et Marian Gaborik, ce dernier ayant fait vibrer les cordages pour la neuvième fois depuis le début des séries, un sommet dans la LNH, sur le jeu de puissance à 13:08 du deuxième vingt. Gaborik et Kopitar ont amassé un total de sept buts et 18 points au cours de cette série.

    Les Kings ont eu le dessus 16-6 dans la colonne des tirs au premier engagement, et les seuls faits saillants d’Anaheim étaient des mises en échec solides de Getzlaf, Bryan Allen et Devante Smith-Pelly. Getzlaf a durement frappé Kyle Clifford près de la rampe, mais Clifford avait quand même réussi à sortir le disque de sa zone, ce qui a mené au but de Richards.

    La marque était 5-0 lorsque Kyle Palmieri a réduit l’écart tard en deuxième période, et Perry a fait 5-2 tôt au troisième tiers, permettant aux partisans d’espérer une remontée. Quick a survécu à la pression d’Anaheim pendant plusieurs minutes avant que Carter ne remette à Tanner Pearson sur une descente à 2-contre-1 alors qu’il restait 6:06 à écouler pour confirmer l’issue de la rencontre et permettre aux Kings de prendre la direction de Chicago.

     

    La LNH sur Facebook