Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    Therrien et Vigneault, deux amis qui mettront leur amitié sur la glace

    Par Richard Milo - Correspondant LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Therrien et Vigneault, deux amis qui mettront leur amitié sur la glace
    Therrien et Vigneault, deux amis qui mettront leur amitié sur la glace

    BROSSARD – Ce n’est pas seulement une série quatre-de-sept entre le Canadien de Montréal et les Rangers de New York en finale de l’Association de l’Est qui se mettra en branle samedi après-midi au Centre Bell.

    Il y aura aussi un duel entre les entraîneurs-chef Michel Therrien et Alain Vigneault. Ce sont deux amis qui se connaissent depuis longtemps.

    « Au fil des années, on a appris à se connaître et à devenir des amis, a révélé Therrien vendredi. Je sais que son équipe sera très bien préparée, comme la nôtre. Il y a de l’amitié et beaucoup de respect entre nous mais pendant deux semaines, il va falloir mettre notre amitié sur la glace.

    « On est des compétiteurs, a-t-il ajouté. On veut gagner de notre côté et je suis convaincu que du côté des Rangers, c’est le même défi. C’est un grand défi de se retrouver en finale d’association. On est très excité d’être là. C’est ce que je ressens. Une chose est certaine, je connais très bien Alain et je suis convaincu que son équipe va être très bien préparée. »

    Therrien, 51 ans, effectue son deuxième séjour avec le Canadien. Il a fait ses débuts dans la LNH en novembre 2000 quand il avait été nommé justement pour remplacer Vigneault, dont l’équipe présentait une fiche de 5-13-2 après les 20 premiers matchs de la saison.

    « C’est un gars qui est alerte. C’est un très bon entraîneur », a affirmé Therrien en parlant de Vigneault, qui a eu 53 ans mercredi. « Ses équipes sont toujours bien préparées et ce sera encore un défi d’affronter les Rangers de New York. »

    Fin stratège, Vigneault a saisi l’occasion avant le départ de son équipe pour Montréal pour mettre de la pression sur le Canadien en déclarant qu’il a beaucoup de respect pour ses adversaires. Il a ajouté qu’il considérait même le Canadien comme le favori dans la série, qu’il ne voyait aucune faiblesse dans l’équipe et qu’on était en droit de s’attendre à ce que Montréal gagne !

    « C’est pourquoi je le connais si bien, a lancé Therrien en riant. Les favoris, c’est pour les médias. À New York, ils sont favoris. À Montréal, nous sommes favoris. Je ne porte pas trop d’attention à ces choses-là.

    « Je me concentre seulement pour m’assurer qu’on est prêt pour le match de demain après-midi (samedi), a-t-il poursuivi. C’est notre philosophie et ça ne changera pas. On comprend que nous affrontons une très bonne équipe de hockey. Au classement, il n’y a qu’une différence de quatre points entre nous et eux. C’est une très bonne équipe, Je porte attention à ce qu’ils ont fait lors des trois derniers matchs. Ils ont montré beaucoup de caractère et c’est une très bonne équipe. »

    Pour la première fois, le Canadien profitera de l’avantage de la glace au début de la série et il ne fait aucun doute que les joueurs seront galvanisés dès le départ par la foule du Centre Bell.

    « On sent notre équipe vibrer avec l’engouement de la ville et l’excitation qu’il y a au Centre Bell, a souligné Therrien. Je suis très content qu’on dispute le premier match de la série au Centre Bell. »

    Therrien a aussi réagi au congédiement vendredi matin par les Penguins de Pittsburgh du directeur général Ray Shero.

    Les Penguins ont été éliminés par les Rangers en perdant les trois derniers matchs alors qu’ils menaient 3-1 dans la série du deuxième tour.

    Dan Bylsma avait remplacé Therrien comme entraîneur-chef des Penguins en février 2009.

    « Dans le milieu du hockey, on n’est jamais content quand les gens perdent leur emploi, a commenté Therrien. Ça fait partie du métier quand on est un entraîneur ou un dirigeant dans la LNH. Ray Shero, que j’ai appris à bien connaître, a mis de bonnes équipes sur la patinoire, des équipes qui auraient pu aller à un autre sommet. Chose certaine, c’est un bon gars de hockey. Je suis convaincu qu’il va se retrouver du boulot dans un avenir très rapproché. »

     

    La LNH sur Facebook