Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    Bouchard: Une part extrêmement importante de la série Bruins-Canadien a été disputée avec le pointage serré

    mercredi 2014-05-14 / 6:00 / Bruins vs Canadiens - Finales de section 2014

    Par Olivier Bouchard - Chroniqueur LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Bouchard: Une part extrêmement importante de la série Bruins-Canadien a été disputée avec le pointage serré
    Bouchard: Les performances de Carey Price ont pesé dans la balance face aux Bruins

    On prévoyait dans cette chronique un duel serré entre le Canadien et les Bruins, et c’est ce à quoi on aura eu droit. Les Bruins auront dominé largement les deux premiers matchs, pour ensuite voir le CH resserrer l’écart quand au temps de possession lorsque la série s’est déplacée au centre Bell.

    Concrètement, une part extrêmement importante de la série a été disputée avec le pointage serré, c’est-à-dire un écart de moins de deux buts au cours des deux premières périodes ou un score égal en 3e période.

    Cette prévalence du pointage serré n’est pas du tout le fait d’une série ayant été égale au temps de possession. Lorsqu’on regarde, toujours en fonction du pointage, les écarts liés aux tirs tentés par chaque équipe, on voit à quel point les performances du gardien Carey Price ont pesé dans la balance, surtout en début de série à Boston.

    Le graphique ci-dessus a ceci d’intéressant qu’il montre comment les entraîneurs du Canadien ont su, jusqu’à un certain point, utiliser l’avantage du dernier changement pour permettre à leur équipe d’être plus compétitive. Jusqu’à un certain point, parce que les Bruins sont un adversaire redoutable qui sait s’ajuster, comme en témoigne le décalage entre le troisième et le quatrième match. Pareillement, les Canadiens ont su commencer le 5e match sur les chapeaux de roue et tenaient pour ainsi dire leur adversaire à vue jusqu’aux deux buts marqués en avantage numérique en début de deuxième période. L’équipe perd alors inexorablement son élan et la trappe des Bruins les empêtre en zone neutre.

    Les Bruins ont donc su cumuler au cours des deux premiers matchs un avantage massif dans les chances et dans les entrées de zone, et le retour en force du CH à domicile est plus palpable lorsqu’on s’attarde aux entrées de zone en possession de rondelle. À domicile, c’est jeu égal (sauf au 3e match, où les Bruins sont dégommés).

    L’enchevêtrement des confrontations à forces égales permet de mieux situer les positions de forces de chaque équipe. Les tableaux suivants expriment en pourcentages la part d’évènements favorables au CH survenus lorsqu’un groupe de joueurs donné est sur la glace. Pour alléger le tableau, on y retrouve simplement les principaux joueurs de centre et défenseurs de chaque équipe. Dans le cas des défenseurs du CH, j’ai indiqué les deux premiers duos défensifs et ensuite distingué les trois principaux partenaires de Mike Weaver.

    Parlons tout d’abord de la défensive des Bruins. Pour dire les choses simplement, c’est en l’absence de Chara que le Canadien fait son pain et son beurre, une tendance qui va en s’accentuant au fil de la série. Johnny Boychuk, pourtant défenseur de troisième paire, affiche de jolis pourcentages contre le haut de l’alignement du CH pour deux raisons. Premièrement, il est souvent accompagné de Patrice Bergeron (le tiers de son temps) ou encore Soderberg (un autre tiers), les deux centres les plus performants des Bruins. Ensuite, il a pleinement profité du passage de Douglas Murray, cumulant des ratios de 85 % aux tirs et chances de marquer lorsque le numéro 3 est sur la glace.

    Il est aussi intéressant de noter la variation des performances de Torey Krug, qui a beaucoup joué contre Lars Eller. Après le premier match, Claude Julien décide en effet de le jumeler à David Krejci. Ces deux joueurs sont ensemble pour plus de 50 % du temps de glace de Krejci, avant que Julien ne décide de jumeler son premier centre offensif à Chara lors du 6e match à Montréal. Le fait est que Krejci a été muselé par Lars Eller, mais aussi Carey Price.

    Par ailleurs, il est intéressant de constater à quel point Michel Therrien a choisi de sacrifier totalement Tomas Plekanec. La chose n’est pas inattendue, surtout en l’absence d’un quatrième trio défensif. Le Tchèque, s’il accuse de lourds déficits au chapitre des tirs, s’en tire mieux dans la colonne des chances (notamment par les outrages imposés au pauvre Krejci). Ce qu’il y a de surprenant dans ces assignations, c’est qu’elles n’aient pas changé au fil de la série malgré l’apparition de Vanek à l’aile droite de Plekanec. Si Bournival, champion de l’échec avant et étiqueté joueur défensif depuis longtemps, est un naturel à l’aile gauche, Vanek est un pur spécialiste de l’offensive, dont le jeu dans sa zone est au mieux indifférent, au pire basé sur un refus net des engagements le long de la bande. Si tout va bien, on lui refile rapidement la rondelle et il peut y aller d’une passe brillante. La plupart du temps, il évite l’échec avant bostonnais et devient une pure nuisance. Un drôle de choix, donc, mais qui rapporte malgré tout : Vanek n’a presque pas obtenu de chances de marquer à forces égales, mais il accumule les entrées de zone en possession de rondelle (14 depuis qu’il est réuni à Plekanec, au troisième rang chez les attaquants) et ses comparses ont tout de même obtenu 9 chances de marquer et 26 entrées de zone en possession.

    On remarque enfin à quel point le grand Chara a neutralisé les efforts du trio de Desharnais. Outre le but de Pacioretty lundi soir, ce trio peine à convertir un avantage massif au niveau des mises en jeu (63% des mises sont en zone offensive) en avantage de tirs (44%) ou de chances (38%). Le Slovaque a peut-être ralenti, mais il sait encore comment bloquer l’enclave. C’est seulement lorsque Krug (généralement avec Krejci ou Soderberg) se pointe que les choses s’améliorent. On doit donc mesurer la contribution du trio de Desharnais non pas sur un plan de stricte production offensive, mais bien sur leur capacité à accaparer l’attention de Chara.

    C’était donc un signe inquiétant que de voir Claude Julien, au cours du quatrième match, sur un dégagement refusé à Desharnais accompagné de Murray, envoyer Soderberg et Krug plutôt que Chara et Krejci ou Bergeron. On ne les craignait plus. Les choses se sont rétablies depuis.

    Si Subban a eu les élans les plus remarquables au plan individuel, collectivement c’est le tandem Emelin/Markov qui ressort ici. Enterrés au chapitre des mises en jeu (c’est un peu de leur faute, ils ont généré 13 dégagements refusés) et braqués contre Krejci, ils ont tenu le coup sur les indicateurs de possession. Seul Soderberg a su leur faire de réelles misères par rapport aux chances de marquer.

    Les choses sont plus pénibles pour Subban et Gorges, pourtant tout aussi bien accompagnés quant aux attaquants du CH. Il est saisissant de voir le contraste des performances d’Eller avec eux et le tandem russe. En fait, le trio de Bergeron est celui qui leur a fait terriblement mal, leur refusant toute chance de marquer ou presque.

    La troisième paire de défenseurs a été un problème du CH tout au long de la série. Bouillon et Weaver ont été, à Boston, surexposés à Bergeron et Krejci. Murray a, pendant trois matchs, connu des séquences tout simplement catastrophiques sur le plan statistique. On laisse au personnel d’entraîneurs le plaisir de clamer leur amour de ces joueurs « durs à jouer contre » et on se contentera de souligner qu’outre ces chiffres effroyables, le fait est qu’acculés au pied du mur et maîtres du dernier changement (et, par conséquent, libres de déployer Murray là où il peut faire valoir ses talents), on a quand même choisi d’habiller la verte recrue. Ce genre de geste en dit beaucoup plus long que bien des conférences de presse.

    Olivier Bouchard est journaliste indépendant. Il s'intéresse particulièrement au journalisme de données, notamment à son application au domaine du hockey. Vous pouvez le lire sur son blogue En attendant les Nordiques et il publie quotidiennement des observations sur le hockey et les statistiques sur Twitter. Pour mieux comprendre les statistiques avancées, cliquez ici.

     

    La LNH sur Facebook