Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    Canadien: la clé pour le match no 7 sera de livrer une performance à l’image de celle de lundi

    Par Emna Achour - Journaliste LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Canadien: la clé pour le match no 7 sera de livrer une performance à l’image de celle de lundi
    Canadien: la clé pour le match no 7 sera de livrer une performance à l’image de celle de lundi

    BROSSARD – Un jour après avoir sauvé sa saison lors du match no 6 de sa série contre les Bruins de Boston au Centre Bell, le Canadien de Montréal sait pertinemment ce qu’il devra faire pour avoir une chance d’envoyer ses adversaires en vacances; répéter la performance de lundi soir.

    « C’est le but, a déclaré l’attaquant Daniel Brière. C’est notre but de retrouver un peu la même intensité, la même ardeur et la même urgence au travail. On sait que ce ne sera pas facile, on s’attend aussi à ce que les Bruins aient beaucoup plus de désespoir dans leur jeu, alors on verra. »

    C’est que le Canadien vient d’imposer une sévère correction aux Bruins, les blanchissant 4-0 lundi grâce à une bonne performance d’équipe, démontrant de l’intensité et une touche de robustesse pour forcer la tenue d’un septième et ultime match mercredi au TD Garden (19 h 00 HE; RDS, CBC, NBCSN).

    Un autre élément qui a aussi joué en la faveur du Tricolore lundi est sa rapidité d’exécution, que les Bruins n’ont pas semblé être en mesure de suivre par moments.

    « Je pense que la force de notre équipe est définitivement sa vitesse », a d’ailleurs noté le capitaine Brian Gionta. « De haut en bas dans notre formation, on a pas mal de profondeur pour ce qui est de la rapidité. C’est définitivement un élément clé quand vient le temps de forcer des revirements et de garder la pression sur eux. Il faudra utiliser cette vitesse. »

    Ce sera la neuvième fois en 34 affrontements entre les deux équipes en séries éliminatoires que le gagnant sera déterminé à la suite d’un match no 7. Aucune autre rivalité dans le sport professionnel n’a nécessité autant de septièmes matchs que la bonne vieille rivalité Canadien-Bruins.

    Le Tricolore a remporté cinq des huit précédents duels, mais ce sont les Bruins qui ont gagné le plus récent, en 2011.

    L’équipe à domicile présente d’ailleurs une fiche de 91-61 (,599) dans l’histoire de tous les matchs no 7 en séries de la Coupe Stanley. Et Boston affiche un dossier de 20-4 lors des séries qu’il a menées 3-2.

    L’entraîneur Michel Therrien, qui dirigera lui-même le premier match no 7 de sa carrière, est bien au courant de l’historique entre les deux équipes et des statistiques qui ne jouent pas nécessairement en sa faveur. Mais comme ce fut le cas depuis le début des présentes séries, Therrien préfère se concentrer sur la seule chose qui importe pour lui: le moment présent.

    « Avantage de la glace ou pas, je pense que les deux équipes nous ont donné une excellente série. Mais [mercredi], on s’attend à une guerre de tranchées, a-t-il mentionné. De notre côté, on voulait prolonger cette série-là le plus longtemps possible, et c’est exactement ça qui va arriver. On était préparé mentalement et physiquement pour une longue série. […] Et comme je disais [lundi], un septième match c’est plaisant à jouer parce que tout peut arriver. »

    Brière est particulièrement bien placé pour en témoigner, lui qui était de l’édition 2010 des Flyers de Philadelphie qui étaient venus de l’arrière lors du match ultime avec quatre buts sans riposte après que les Bruins eurent pris les devants 3-0, pour finalement l’emporter et éliminer Boston au TD Garden. La situation était peut-être un peu plus extrême à l’époque, puisque les Flyers avaient non seulement comblé un déficit dans le match no 7, mais aussi comblé un déficit dans la série, qu’ils perdaient également 3-0.

    Le Québécois entend d’ailleurs se servir de cette expérience lors de la rencontre de mercredi.

    « C’est l’exemple parfait de rester en contrôle, de ne pas paniquer, d’attendre tes chances et d’être prêt quand ça se produit, a-t-il évoqué. Je pense qu’on perdait 3-0 après les 10 premières minutes du match et on a été capable de revenir pour gagner ça 4-3. Ce qui est plaisant c’est que ça s’est produit à Boston, donc j’aimerais ça revivre quelque chose de similaire. »

    Galchenyuk progresse

    Le Canadien a tenu un entraînement optionnel au Complexe sportif Bell de Brossard mardi matin, quelques heures avant de s’envoler pour Boston. Onze joueurs – surtout des réservistes – y ont participé, mais aussi Michaël Bournival, Nathan Beaulieu et Carey Price, qui étaient tous les trois du match no 6 lundi soir.

    Parmi ces 11 joueurs, on retrouvait également Alex Galchenyuk, qui patinait avec ses coéquipiers pour la première fois depuis plus d’un mois. Il s’était entraîné en solo à quelques reprises auparavant, lui qui se remet toujours d’une blessure au bas du corps subie le 9 avril dernier contre les Blackhawks à Chicago.

    Therrien a indiqué que Galchenyuk « progressait bien », mais qu’il n’était pas encore prêt à revenir au jeu.

     

    La LNH sur Facebook