Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    Les Bruins sont prêts mentalement

    Par Richard Milo - Correspondant LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Les Bruins sont prêts mentalement
    Les Bruins sont prêts mentalement

    MONTRÉAL – Il y aura un septième match au TD Garden mercredi et bien malin est celui qui peut prédire qui, du Canadien de Montréal ou des Bruins de Boston, accédera à la finale de l’Association de l’Est.

    Transporté par la foule, le Canadien a probablement joué son meilleur match de la saison lundi soir et il a évité l’élimination en l’emportant 4-0 au Centre Bell pour créer l’égalité 3-3 dans la série du deuxième tour des éliminatoires de la Coupe Stanley.

    Quelques minutes après la défaite, les joueurs des Bruins avaient déjà tourné la page.

    « On ne peut pas s’apitoyer sur notre sort, a révélé Milan Lucic. On a travaillé pendant toute la saison pour avoir l’avantage de la glace dans une situation semblable et nous l’aurons lors du septième match. Il ne reste qu’un match et le gagnant continuera.

    « Nous avons de l’expérience dans les septièmes matchs mais ce ne sera pas facile, a-t-il poursuivi. On est confiant mais on ne tient rien pour acquis. On a été confiant pendant toute l’année et nous avons bien joué dans des matchs importants. Ce sera le match le plus important jusqu’à maintenant. Il faudra être à notre mieux quand on en a le plus besoin. »

    Les Bruins voulaient en finir le plus rapidement possible, mais ils se sont frottés à une équipe qui a joué avec l’énergie du désespoir. Ils ne pensent pas que le Canadien a maintenant le momentum à la suite de son éclatante victoire lors du sixième match.

    « Je ne pense pas que le momentum se transporte d’un match à l’autre si on se regroupe », a affirmé Tuukka Rask, qui a perdu son duel contre Carey Price. « Tout est dans la façon dont on compose mentalement avec la situation. On sera prêt pour le septième match, je n’en doute pas. On leur a fait quelques cadeaux et ils ont gagné. Il faut maintenant penser au prochain match. »

    Le Canadien a entrepris le match sur les chapeaux de roue et il est arrivé ce que les Bruins ne souhaitaient pas : un but de l’équipe locale en début de rencontre.

    « C’est décevant. On voulait l’emporter et marquer le premier but », a admis David Krejci, qui a raté une belle occasion au début du match lors d’une attaque à deux contre un. « Ils ont gagné et il n’y a rien qu’on puisse faire si ce n’est que de se préparer pour le septième match.

    « Nous allons rester positifs et nous continuons de croire en nous, a-t-il ajouté. Il faudra gagner et disputer notre meilleur match de la saison. »

    Une bévue du défenseur Kevan Miller a ouvert la porte au Canadien. En voulant saisir une passe de Torey Krug derrière le filet, Miller a poussé la rondelle devant le filet et Lars Eller s’en est emparée pour marquer son quatrième but des séries éliminatoires à 2:11 de la première période.

    « Je me suis menotté. Il y avait une chance que la rondelle aboutisse sur son bâton et c’est ce qui s’est produit, a laissé tomber Miller. C’est frustrant. Je me sentais bien au début du match et j’ai cafouillé. »

    Un mauvais bond a ensuite permis au Canadien de porter le pointage 2-0 à 15:24 de la deuxième période. La rondelle a bondi jusqu’à la zone des Bruins après que Loui Eriksson eût partiellement bloqué avec son gant une longue passe de Nathan Beaulieu. Max Pacioretty a devancé Zdeno Chara pour prendre possession de la rondelle et réussir son premier but de la série contre les Bruins.

    « Ils ont capitalisé sur leurs chances et nous avons été incapables d’en faire autant, a noté Patrice Bergeron. Nous n’avons pas été capables d’avoir autant d’intensité qu’eux. »

    Les Bruins ont eu une longue séquence dans la zone du Canadien dans la première moitié de la deuxième période après une pénalité imposée à P.K. Subban, qui a dû évoluer à l’aile gauche après être sorti du cachot. Mike Weaver et Josh Gorges ont passé environ trois minutes sur la patinoire et il n’y a eu aucun arrêt de jeu pendant 5:11.

    « On a eu plusieurs occasions de marquer et ils ont ensuite réussi leur deuxième but, a commenté Bergeron. Ça nous a enlevé notre élan. Avant leur deuxième but, on passait beaucoup de temps dans leur zone et on avait des chances autour du filet.

    « On sait qu’ils ont beaucoup de caractère, comme nous, et il y aura un septième match maintenant, a-t-il poursuivi. Ce dont il faut se préoccuper maintenant, c’est du septième match. Il faudra jouer beaucoup mieux. On est déjà passé par là et on sait ce qu’il faut faire. Ce sera une dure bataille. La victoire ira à l’équipe qui veut le plus. On voulait en finir le plus rapidement possible et on a été incapable de le faire. »

    Carey Price a été brillant pour réaliser son quatrième jeu blanc en carrière lors des séries éliminatoires. Il a bloqué les 26 tirs dirigés vers lui et la chance lui a aussi souri quand Loui Eriksson a touché la barre horizontale avec un tir des poignets en première période.

    De plus, Lucic a raté une occasion en or de créer l’égalité quand le Canadien menait 1-0 au deuxième tiers.

    « La rondelle bondissait et j’ai raté mon tir, a-t-il expliqué. C’est le genre de jeu qu’on réussit neuf fois sur 10 mais pas ce soir. Si j’obtiens une occasion semblable lors du prochain match, il faudra que je marque. »

    Les Bruins ont perdu leur calme à la fin du match quand Andrei Markov a fait trébucher Chara en soulevant son patin avec le bâton et il y a eu des bousculades impliquant Chara et Markov, Jarome Iginla et Mike Weaver ainsi que Brian Gionta et Krug.

    « Ce n’était pas de la frustration, s’est défendu Lucic. Ce n’était qu’une mêlée, rien de plus. »

     

    La LNH sur Facebook