Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    Pour battre l'ours, le CH a mangé du lion

    Par Serge Touchette - Chroniqueur LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Pour battre l'ours, le CH a mangé du lion
    Pour battre l'ours, le CH a mangé du lion

    À tout considérer, cette série entre le Canadien de Montréal et les Bruins de Boston aura la fin qu'elle mérite.

    En effet, quoi de mieux qu'un septième et ultime match pour trancher un débat aussi enlevant, aussi endiablé?

    Nous avons eu droit à un grand cru, lundi soir, au Centre Bell, un match digne de la légendaire rivalité entre les deux équipes.

    De la première à la 60e minute, le Canadien a joué avec ses tripes.

    Pour battre l'ours, il a mangé du lion, le Canadien.

    A commencer par Max Pacioretty, invisible ou presque au cours des cinq premiers matchs de cette série.

    Pacioretty n'a pas seulement marqué le deuxième but du Canadien, un but survenu après une longue et dominante présence des Bruins en territoire du Canadien, mais il a joué le couteau entre les dents.

    Il a été vigoureux, combatif. Bref, il s'est levé. Comme un grand.

    Entre autres choses, Il a largement contribué au premier des deux buts de Thomas Vanek, un autre, qui est sorti du coma, en bataillant comme un forcené devant le filet de Tuukka Rask pendant une supériorité numérique. Ce n'est pas souvent qu'on l'a vu jouer avec autant de conviction dans cette série.

    Au cours des derniers jours, il s'est dit des choses pas très gentilles à son sujet.

    A sa manière, le gros ailier, qui a bien failli inscrire un deuxième but en troisième période, aura répondu à ses dénigreurs.

    Cela dit, ce match n'a pas été le show d'un ou deux joueurs, mais plutôt celui d'une équipe, qui a carrément refusé de mourir devant un public enflammé.

    Un départ canon

    De son équipe, Michel Therrien espérait un départ canon.

    Il l'a eu. Et pas à peu près. Le Canadien a probablement joué sa meilleure période de cette série.

    Il était partout à la fois. Il a cogné à la manière des ... Bruins. Après 14 minutes de jeu, il avait déjà distribué 16 mises en échec. Un coup d'épaule n'attendait pas l'autre.

    Therrien, lui, a visé dans le mille quand il a décidé d'intégrer le défenseur Nathan Beaulieu dans la formation. Une décision audacieuse compte-tenu de l'enjeu et aussi du fait que Beaulieu subissait son baptême de feu dans les séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

    Ce n'est pas tous les jours, on s'entend, qu'un jeunot fait ses débuts dans les séries alors que son équipe est confrontée à l'élimination.

    Or Beaulieu a livré un fort match; il a notamment réalisé la longue passe qui a mené au but de Pacioretty.

    Que nous réserve le septième match?

    La série retourne donc, mercredi, au TD Garden de Boston où le Canadien, on s'en souvient, a enlevé le premier match grâce à Carey Price.

    Que nous réserve ce septième match? Un autre grand cru sans doute, un autre affrontement, qui risque de nous faire grimper dans les rideaux si, évidemment, vos rideaux tiennent encore le coup!

    En séries éliminatoires, les duels Canadien-Boston comblent toujours les attentes d'un peu tout le monde.

    Cette série ne fait pas exception. Elle s'ajoute à un riche livre d'histoire, qui continue de nous passionner.

     

    La LNH sur Facebook