Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    Le Canadien blanchit les Bruins pour forcer la tenue d’un septième et ultime match

    Par Emna Achour - Journaliste LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Le Canadien blanchit les Bruins pour forcer la tenue d’un septième et ultime match
    Le Canadien blanchit les Bruins pour forcer la tenue d’un septième et ultime match

    MONTRÉAL – Max Pacioretty est sorti de sa torpeur en amassant un but et une aide, Thomas Vanek s’est lui aussi réveillé en inscrivant deux buts et Carey Price a repoussé les 26 rondelles qui ont été dirigées vers lui pour permettre au Canadien de Montréal de blanchir les Bruins de Boston 4-0 pour éviter l’élimination lors du match no 6 de leur série de deuxième ronde lundi.

    De l’avis de Pacioretty, c’était une parfaite performance d’équipe.

    « Je n’ai jamais vu notre équipe jouer aussi bien, jamais depuis que j’ai commencé à porter cet uniforme, a-t-il déclaré. Tout le monde patinait, on se nourrissait du momentum que nous amenait la foule, tout le monde se repliait. Quand on joue de la bonne manière comme ça, quand on se sert de notre rapidité, c’est tellement frustrant pour les autres équipes de nous affronter. […] Si on peut trouver un moyen de [répéter cette performance] lors du match no 7, ce sera un excellent match. »

    L’entraîneur Michel Therrien n’était quant à lui pas du tout surpris par l’issue de la rencontre.

    « On devait vivre le moment présent et c’était évidemment un match énorme pour nous, a-t-il dit. On était acculé au pied du mur et j’ai aimé la façon dont on a répondu. C’est parce qu’on avait la bonne attitude, et l’attitude est un élément très important. J’ai vu les gars [dimanche] avec l’attitude qu’ils avaient et encore [lundi] matin, et je savais qu’on allait connaître un bon match. »

    La série quatre-de-sept se transportera à Boston pour un septième et ultime match mercredi soir (19 h HE; RDS, CBC, NBCSN).

    Lars Eller avait ouvert le pointage très tôt dans la rencontre, alors qu’il n’y avait que 2:11 d’écoulées à la première période. En plus de son but en avantage numérique, Vanek a aussi marqué dans un filet abandonné pendant que le gardien Tuukka Rask se dirigeait vers le banc des siens pour permettre aux Bruins d’évoluer avec un sixième attaquant.

    C’était également soir de première pour le jeune Nathan Beaulieu, qui a livré une bonne performance pour donner raison à son entraîneur de l’avoir inséré dans la formation aux dépens de Douglas Murray. Le défenseur de 21 ans a terminé le match avec un différentiel de plus-2 en 9:36 de temps de glace, incluant 1:44 sur le jeu de puissance.

    Beaulieu avait participé à 17 rencontres avec le Canadien cette saison (aucun but, deux aides), sa dernière remontant au 9 avril contre les Blackhawks à Chicago.

    « Il a extrêmement bien joué, a indiqué Pacioretty. C’est un patineur exceptionnel. Il n’y aurait aucune chance que je puisse jouer de cette façon après avoir passé autant de temps sans jouer. »

    Les Bruins ont peut-être été blanchis lundi, mais non pas par manque de chances. Ils ont atteint leur 10e poteau de la série presqu’à mi-chemin en première période quand Loui Eriksson a touché la barre horizontale lors d’une descente à 2-contre-1, et ils sont passés bien près de réduire l’écart à 3-1 à 11:05 du troisième tiers n’eut été d’un superbe jeu de David Desharnais.

    Alors que Price avait perdu la rondelle des yeux puisqu’elle avait bondi au-dessus de lui puis derrière lui, le disque a atterri tout près de la ligne de but et était sur le point de la franchir quand Desharnais l’en a empêché avec son gant à la toute dernière seconde.

    Le Canadien s’est aussi distingué de par sa robustesse lundi soir, appliquant un total de 39 mises en échec (contre 34 pour les Bruins), dont sept par Brandon Prust à lui seul, le meilleur à ce chapitre pour les deux équipes.

    Rask a stoppé 24 rondelles dans la défaite, lui qui s’est surtout signalé avec environ sept minutes à faire au premier vingt en sortant le bâton pour voler un but certain à Brendan Gallagher.

    Le Canadien n’a pas mis de temps à prouver qu’il ne voulait pas que sa saison se termine lundi, profitant d’un cafouillage des Bruins en défensive très tôt dans le match. Pressé par un échec avant agressif de Brian Gionta, le défenseur Torey Krug a été forcé de rapidement se débarrasser de la rondelle, la passant du revers à Kevan Miller. Mais Miller n’a pas été en mesure de bien contrôler le disque, qui s’est dirigé directement dans l’enclave où Eller était fin seul. Rask a tenté de harponner la rondelle, mais Eller a réussi à la récupérer avant de la pousser habilement du revers dans le filet abandonné.

    Beaulieu a ensuite amassé son premier point en carrière en séries éliminatoires en effectuant une passe parfaite en lobe vers Pacioretty alors que les Bruins bourdonnaient en zone du Canadien depuis un bon moment, avant que Pacioretty ne s’échappe et déjoue Rask entre les jambières. Il s’agissait d’un premier but pour Pacioretty depuis le quatrième match de la série de première ronde entre le Tricolore et le Lightning de Tampa Bay.

    Vanek a ensuite porté un dur coup aux Bruins en triplant l’avance du Canadien sur le jeu de puissance, profitant d’une rondelle libre à l’embouchure du filet pour inscrire son quatrième des séries. Il a plus tard enfoncé le dernier clou dans le cercueil de Boston en marquant à 3:56 de la fin du match.

    Mais la fin de la rencontre a duré un peu plus longtemps que prévu alors qu’avec 23,5 secondes à faire, les esprits se sont échauffés à la suite d’un geste d’Andrei Markov que les officiels n’ont pas puni. Les arbitres ont d’ailleurs envoyé Milan Lucic, Jarome Iginla et Zdeno Chara au vestiaire pour éviter que ça ne dégénère.

    Julien n’était évidemment pas particulièrement enchanté par la situation, et il n’a pas manqué de lancer une pointe au Canadien lors de son point de presse.

    « Nous sommes perçus comme les mauvais garçons et ils sont les bons gars, a évoqué Julien. Quand Markov fait trébucher Chara avant de lui mettre son bâton entre les jambes et que ce n’est pas puni, éventuellement quelqu’un va réagir. Il y a aussi eu un croc-en-jambe de Desharnais sur Marchand, un geste qu’on n’arrête pas de qualifier de dangereux dans notre sport.

    « C’est une rivalité et des choses se passent des deux côtés, et je ne veux pas insinuer que nous sommes complètement innocents ici. Je dis simplement qu’il faut être deux pour valser, et c’est ce qui est arrivé. »

    Et à quoi s’attend-il pour le septième match?

    « Je m’attends à ce qu’on gagne », a-t-il répondu du tac au tac.

    C’est la neuvième fois de l’histoire des affrontements entre ces deux rivaux de toujours en séries éliminatoires qu’un match no 7 est nécessaire. Le Canadien a remporté cinq des huit précédents duels.

    P.K. Subban n’a pas caché son niveau d’excitation en vue du septième match qui sera présenté au TD Garden.

    « Ça va être excellent. J’ai vraiment hâte d’entendre la foule, le bruit, l’énergie dans l’amphithéâtre, a-t-il mentionné. J’ai tellement hâte de leur enlever tout ça. »

     

    La LNH sur Facebook