Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    Niederreiter excelle pour le Wild au cours des séries éliminatoires

    vendredi 2014-05-09 / 2:58 / Blackhawks vs Wild - Finales de section 2014

    Par Shawn Roarke - Directeur de rédaction senior à NHL.com

    Partagez avec vos amis


    Niederreiter excelle pour le Wild au cours des séries éliminatoires
    En se libérant l’esprit, l’attaquant du Wild du Minnesota Nino Niederreiter s’est retrouvé à l’endroit où il souhaitait être, et il exerce un impact dans les séries éliminatoires.

    ST. PAUL, Minnesota – L’attaquant du Wild du Minnesota Nino Niederreiter a indiqué que lorsqu’il a cessé de penser aux buts qu’il ne parvenait pas à marquer, il s’est mis à inscrire les buts qu’il voulait marquer.

    En libérant son esprit, il s’est finalement retrouvé là où il voulait être depuis tout ce temps.

    Maintenant, Niederreiter fait sentir sa présence dans les séries éliminatoires, faisant de l’excellent travail en étant l’un des attaquants les plus physiques du Wild, qui affronte les Blackhawks de Chicago dans leur série de deuxième ronde de l’Association de l’Ouest. Minnesota cherchera à niveler la série quatre-de-sept deux victoires de chaque côté en l’emportant lors du quatrième match vendredi au Xcel Energy Center (21 h 30 (HE); NBCSN, TSN, RDS)

    « Quand on regarde l’évolution de ce joueur, que l’on constate le chemin qu’il a parcouru depuis le début de la saison et le type de joueur qu’il est devenu, c’est impressionnant », a confié l’entraîneur du Wild Mike Yeo. Nous l’avons utilisé sur le quatrième trio et il a aussi patiné sur le premier trio. Nous l’avons placé sur un trio plus défensif et nous lui avons aussi demandé de s’aligner sur un trio offensif. Il a vraiment appris quel genre de joueur il doit être, de quelle manière il doit jouer pour connaître du succès à tous les soirs.

    « Ce n’est pas intéressant de l’affronter lorsqu’il est à son mieux. Il est physique, il est fort sur la rondelle, il possède le talent pur effectuer de beaux jeux. Il comprend aussi très bien comment se comporter quand il n’a pas la rondelle. Nous avons pu constater une progression incroyable dans sa compréhension du jeu, mais aussi du comportement à adopter pour être un professionnel, et ce qu’il faut faire pour être compétitif et connaître du succès à ce moment de l’année. »

    La route fut toutefois longue pour Niederreiter, qui a perdu sa confiance en lui avant de s’amener dans l’État aux 10 000 lacs.

    « Au début, je pensais beaucoup trop, a admis Niederreiter. Nous jouons au hockey parce nous aimons cela, et que nous voulons le faire. Je sautais sur la glace et j’avais peur de faire des erreurs. C’est là que les choses se gâtent. »

    Pendant des années, on aurait dit que Niederreiter pouvait marquer sans même y penser. À sa dernière saison dans sa Suisse natale, il a inscrit 26 buts en 36 matchs au niveau junior pour le légendaire club de Davos. Il avait besoin d’un plus grand défi et il l’a trouvé avec les Winterhawks de Portland dans la Ligue de hockey de l’Ouest (WHL).

    Le style de jeu robuste et physique de la WHL et les plus petites patinoires d’Amérique du Nord devaient diminuer l’aise à laquelle Niederreiter trouvait le fond du filet. Il n’en fut rien. À sa première saison à Portland, à l’âge de 17 ans, il a marqué 36 buts. La saison suivante, il en ajouté 41.

    Son cheminement vers la LNH et au sein de l’organisation des Islanders de New York, l’équipe qui l’a repêché au cinquième rang au total au repêchage de la LNH en 2010, semblait tracé d’avance. Les Islanders venaient de mettre la main sur un attaquant de puissance capable de marquer des buts autour duquel on peut bâtir une équipe.

    Le seul problème est qu’il n’a pas marqué. À sa première saison, il a été utilisé avec parcimonie dans la LNH et a amassé un but en neuf rencontres. Pour la première fois, sa confiance était ébranlée. La saison suivante, il a disputé 55 parties dans la LNH, mais a encore une fois été limité à un but. En 2012-13, il n’a pas joué dans la LNH et a été rétrogradé à Bridgeport, au Connecticut, là où évolue le club-école des Islanders dans la Ligue américaine de hockey. Il a marqué 28 buts, mais le fait de ne pas obtenir une autre chance dans la LNH, la raison pour laquelle il était venu en Amérique du Nord, a attisé sa frustration.

    « Cela aurait été fantastique que ça marche avec les Islanders de New York, a noté Niederreiter. Mais en même temps, je faisais du bon travail dans la LAH et j’aurais évidemment aimé être rappelé, mais ce n’est jamais arrivé. Cela m’a fouetté au cours de l’été, sachant que je voulais évoluer dans la LNH l’année suivante et que je ferais tout pour y parvenir. »

    Au bout du compte, il aura fallu un changement de décor pour Niederreiter. En juin, les Islanders l’ont échangé au Wild en retour de l’attaquant Cal Clutterbuck et d’un choix au repêchage.

    Le fait de savoir qu’une autre équipe voulait de lui, croyait en lui, était tout ce dont il avait besoin. Il s’est concentré à nouveau sur les choses qui avaient fait de lui un espoir de premier plan quelques années auparavant.

    Les résultats sont arrivés presque immédiatement.

    « La confiance est une chose très importante, a souligné Niederreiter. Il faut sauter sur la glace et essayer certaines choses. On ne peut avoir peur de les essayer ou avoir peur de faire des erreurs, et je crois que c’est quelque chose que j’ai appris au cours de la première moitié de la saison.

    « Il faut se concentrer sur soi-même et croire en soi. C’est très important, et je crois que si on se sent soutenu par l’équipe et par le personnel d’entraîneurs et que ceux-ci croient en nous, cela aide beaucoup. »

    Niederreiter semblé redécouvrir à chaque partie un élément de son jeu. Il conservait la rondelle plus longtemps, il se positionnait dans la circulation autour du filet et il faisait bien circuler la rondelle quand son trio se trouvait en territoire ennemi.

    À mesure que la saison progressait, Niederreiter était utilisé dans différents rôles dans l’alignement. Un jour il évoluait au sein du quatrième trio, et le lendemain il se retrouvait sur le premier trio. Il a utilisé ses aptitudes pour s’adapter au rôle qu’on lui confiait. Il a trouvé un moyen de faire sentir sa présence, inscrivant 15 buts au cours de la saison.

    Il a cependant commencé à réellement s’établir comme attaquant de puissance vers la fin de la saison.

    « Il y a toujours eu un élément de robustesse dans son jeu. Au cours de quelques rencontres en fin de campagne, il rendait fou quatre ou cinq joueurs de l’autre équipe », a raconté son coéquipier Zach Parisé, qui rigolait en se remémorant ces moments. « Je crois que lorsqu’il joue bien, c’est ce qu’il provoque. On se rend compte à mesure que la saison progresse qu’il possède aussi une touche de marqueur. »

    Niederreiter n’a pas trouvé le fond du filet au cours des six premiers matchs en séries éliminatoires, mais il a touché la cible à deux reprises dans le septième match, incluant le but gagnant en prolongation, contre l’Avalanche du Colorado. Il n’a pas marqué dans les trois premières parties de la présente série, mais il a été l’un des attaquants les plus dangereux du Wild.

    « Il m’a fallu un peu de temps pour comprendre comment marquer dans cette ligue, et maintenant les choses vont de mieux en mieux », a conclu Niederreiter.

     

    La LNH sur Facebook