Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    Le Canadien espère que Gallagher relancera le premier trio

    mercredi 2014-05-07 / 23:56 / Bruins vs Canadiens - Finales de section 2014

    Par Arpon Basu - Directeur de la rédaction LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Le Canadien espère que Gallagher relancera le premier trio
    Le Canadien espère que Gallagher relancera le premier trio

    BROSSARD – L’entraîneur du Canadien de Montréal Michel Therrien cherchait une façon de faire produire David Desharnais et Max Pacioretty offensivement.

    Cela remonte à la mi-novembre et ces deux attaquants du Canadien connaissaient des débuts de saison 2013-14 difficiles. Desharnais avait amassé une mention d’aide à ses 19 premiers matchs, et Therrien l’avait rayé de l’alignement le 5 et le 12 novembre.

    De son côté, Pacioretty avait obtenu deux buts et deux passes en 12 parties, bien en-deçà de sa production habituelle.

    Leurs déboires étaient atténués par le bon rendement du trio formé par Lars Eller et deux joueurs de deuxième année, Alex Galchenyuk et Brendan Gallagher. À leurs 21 premières rencontres ensemble, ils ont cumulé 19 buts et 22 mentions d’aide.

    Therrien savait cependant que le Canadien devait compter sur l’apport de Pacioretty et Desharnais, sans quoi la saison ne serait pas fructueuse.

    L’entraîneur a donc pris la difficile décision de retirer Gallagher du trio d’Eller pour le placer avec Desharnais et Pacioretty.

    À leur premier match ensemble, le 19 novembre contre le Wild du Minnesota, Pacioretty a obtenu un tour du chapeau alors que Desharnais et Gallagher récoltaient deux mentions d’aide chacun dans une victoire de 6-2 du Canadien.

    Un nouveau trio venait de voir le jour.

    Pacioretty a touché la cible à 28 reprises en 46 parties, et Desharnais a amassé 37 points en 45 rencontres aux côtés de Gallagher. Eller, après avoir entrepris la saison avec 13 points en 21 matchs, a obtenu 13 points à ses 56 rencontres suivantes. La production de Galchenyuk a aussi ralenti, passant de 15 points en 21 parties à 16 points en 44 matchs.

    Il n’était pas difficile de trouver quel élément était commun aux deux situations.

    « Je ne considère pas qu’il est là pour régler des problèmes », a indiqué Therrien après l’entraînement du Canadien mercredi. « Nous aimons la manière dont il bataille, nous aimons sa manière de jouer ainsi que l’énergie qu’il amène à tous les trios sur lesquels nous l’insérons. »

    Therrien espère qu’une partie de la magie qui s’était produite entre ces trois joueurs en novembre se manifeste à nouveau dans la série de deuxième ronde de l’Association de l’Est du Canadien contre les Bruins de Boston.

    Le Canadien mène cette série quatre de sept 2-1, et Therrien a replacé Gallagher sur un trio avec Desharnais et Pacioretty dans le troisième match dans un effort pour les relancer.

    La quatrième rencontre aura lieu jeudi au Centre Bell (19 h 30 (HE); NBCSN, CBC, RDS).

    Pacioretty et Desharnais ont tous deux amassé un but et deux passes en sept rencontres depuis le début des séries. Gallagher a déclaré qu’il n’avait pas l’impression que ce trio jouait mal, mais Therrien a souligné qu’avec Vanek à l’aile droite, cette unité ne produisait pas assez à forces égales.

    Ce qui explique l’entrée en scène du catalyseur, Gallagher.

    Il a mentionné que le fait d’être promené de trio en trio ne lui demande pas beaucoup d’adaptation.

    « C’est assez simple pour moi parce que mon style de jeu, peu importe la situation, reste le même, a analysé Gallagher. Je peux effectuer les mêmes choses, je n’ai pas besoin de trop réfléchir. Je peux sauter sur la glace et aider les deux joueurs avec qui j’évolue du mieux que je peux. »

    Le style de jeu de Gallagher n’est pas compliqué. Il mesure peut-être 5 pieds 9 pouces, mais il adopte un style de grand garçon.

    « On sait ce que l’on va obtenir de sa part, a affirmé le centre Daniel Brière. Je crois qu’il s’agit d’un style de jeu assez simple, mais qui est difficile à adopter. C’est très demandant physiquement. »

    Il y a peu de joueurs dans la LNH qui s’amènent au filet avec autant d’énergie que Gallagher. Une fois qu’il y est, il n’est pas facile de le déloger, ce qui pousse les défenseurs et les gardiens de la ligue à des accès de colère après le sifflet.

    Habituellement, la réponse de Gallagher n’est pas verbale.

    « Je ne discute pas », a-t-il admis à Boston la semaine dernière. « Je ne fais que sourire. »

    Ce sourire a souvent pour effet d’accentuer la rage des autres joueurs.

    « Il conserve le même style de jeu à tous les matchs, a ajouté l’attaquant du Canadien Dale Weise. Il joue nord-sud, il dirige la rondelle au filet, il est difficile à affronter et il a toujours ce sourire au visage qui dérange les autres joueurs.

    « Il possède d’excellentes habiletés et un bon coup de patin, et il peut donc aider n’importe quel trio avec ses aptitudes. »

    Ces aptitudes seront nécessaires encore une fois afin d’aider deux des joueurs les plus importants de l’attaque montréalaise. Le Canadien a remporté six de ses sept rencontres éliminatoires jusqu’ici, malgré le fait que Pacioretty et Desharnais n’ont amassé que six points à eux deux.

    L’une des raisons qui expliquent ce résultat est la renaissance d’Eller, le meilleur pointeur parmi les attaquants de Montréal avec huit points. On peut aussi ajouter la production inattendue de quatre buts de Rene Bourque. La raison la plus importante demeure cependant les performances magistrales du défenseur P.K. Subban et du gardien Carey Price.

    Si Gallagher peut encore une fois réussir un de ses tours de magie avec Desharnais et Pacioretty, cela pourrait changer la dynamique de cette série.

    « Il est toujours agréable d’avoir la confiance de l’entraîneur, mais cela vient avec des responsabilités, a rappelé Gallagher. Je ne veux pas le laisser tomber, et je veux lui montrer qu’il a pris la bonne décision.

    « Tout est facile si on se présente tous les soirs, que l’on travaille fort et que l’on déploie de l’énergie. C’est quelque chose que je me dois de faire si je veux connaître du succès. »

     

    La LNH sur Facebook