Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    Chiarelli : Les Bruins doivent porter plus d’attention aux détails

    mercredi 2014-05-07 / 19:30 / Bruins vs Canadiens - Finales de section 2014

    Par Matt Kalman - Correspondant LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Chiarelli : Les Bruins doivent porter plus d’attention aux détails
    S’adressant aux médias pendant une journée de congé dans la série entre ses Bruins de Boston et le Canadien de Montréal, le directeur général Peter Chiarelli a déclaré que son équipe devait se concentrer sur les petites choses afin d’effacer son déficit de 2-1 dans la série quatre de sept.

    BROSSARD – Tout comme son entraîneur Claude Julien et la plupart de ses joueurs, le directeur général des Bruins de Boston Bruins Peter Chiarelli ne semblait pas trop se soucier du fait que le défenseur du Canadien de Montréal P.K. Subban ait déplacé le filet du gardien Carey Price alors qu’il restait huit secondes à faire au troisième match de leur série de deuxième ronde de l’Association de l’Est mardi.

    Accusant un retard d’un but, les Bruins appliquaient de la pression en territoire du Canadien alors qu’ils employaient six patineurs lorsque le sifflet s’est fait entendre pour stopper le jeu et replacer le filet. Les Bruins n’ont pas eu possession du disque pendant plus d’une seconde après la mise en jeu suivante, et Montréal a ajouté un but dans un filet désert par l’entremise de Lars Eller pour finalement l’emporter 4-2 et prendre les devants 2-1 dans cette série quatre de sept.

    Le quatrième match aura lieu jeudi (19 h 30 (HE); NBCSN, CBC, RDS) au Centre Bell.

    Si les officiels avaient jugé que Subban avait délibérément déplacé le filet, les Bruins se seraient vu octroyer un lancer de punition.

    « Les infractions ne sont pas toutes pénalisées. Et le Canadien peut en dire autant à propos des choses que nos joueurs font », a indiqué Chiarelli aux journalistes réunis sur un terrain de soccer au Complexe sportif Bell. « Selon moi, il a semblé le faire exprès. Cependant, pour chaque personne qui affirme qu’il l’a fait exprès, on en trouve une qui affirme le contraire. »

    Les problèmes éprouvés par les Bruins au cours des trois derniers matchs sont bien plus importants que ce simple jeu qui aurait pu aller d’un côté ou de l’autre à fin de la troisième rencontre. Même au cours du match qu’ils ont remporté, ils n’ont pas joué leur meilleur hockey. Ils ont tiré de l’arrière par deux buts dans toutes les parties, et il aura fallu une explosion de quatre buts en troisième période dans le match numéro deux pour éviter que leur retard soit encore plus grand dans la série.

    Chiarelli sait de quoi est capable son équipe, qui a mis la main sur le trophée des Présidents, lorsqu’elle est à son mieux, et ce n’est pas ce qu’il voit sur la glace en ce moment. Des effondrements en défensive mènent à des buts, les joueurs du Canadien ont bloqué 57 lancers en trois matchs et les joueurs qui ont produit à l’attaque en saison régulière manquent leurs tirs, effectuent des passes de trop ou commettent des revirements.

    « Je crois que nous devons porter davantage attention aux détails, a expliqué Chiarelli. On m’a questionné sur les lignes de passes. Selon moi, ce sont des détails. Il faut être en mesure de voir ces lignes de passes et de se placer dans celle-ci. Vous connaissez notre échec avant agressif. Pour nous, il s’agit de notre pain et de notre beurre. Lorsque nous sommes à notre mieux, nous appliquons un échec avant constant et nous fatiguons l’autre équipe. Nous ne l’avons pas fait encore. »

    Chiarelli s’est fait offrir la chance de pointer du doigt certains joueurs en particulier en raison de leurs performances décevantes. Par exemple, Tuukka Rask montre une moyenne de buts alloués de 2,97 et un pourcentage d’arrêts de ,884. Il a été dominé par Price, qui présente une moyenne de buts alloués de 2,65 et un pourcentage d’arrêts de ,920. Le directeur général n’a pas mordu à l’hameçon.

    « Il est l’un des deux ou trois meilleurs gardiens au monde. Il sait très bien de quelle manière il joue, et je ne vais pas commenter ses performances, a affirmé Chiarelli. Je m’attends à ce qu’il joue bien, et il est l’un de nos nombreux joueurs qui doivent faire mieux. »

    Chiarelli a refusé de nommer ces autres joueurs. Il a aussi refusé de s’avancer lorsqu’il a été questionné à propos de la faiblesse des Bruins du côté gauche de leur deuxième paire de défenseurs. Matt Bartkowski a disputé le premier match à cette position. Il a écopé de deux punitions qui ont mené à deux buts de Montréal en avantage numérique. Le vétéran Andrej Meszaros a remplacé Bartkowski dans les deuxième et troisième matchs. Meszaros a récolté deux mentions d’aide, mais il a aussi été lent à réagir et a laissé filer l’attaquant du Canadien Dale Weise en échappée qui en profité pour inscrire le but gagnant en deuxième période de la troisième rencontre.

    « Vous savez quoi? Je ne vais pas effectuer de commentaires à ce sujet. Il s’agit de décisions qui sont liées à notre formation, a répliqué Chiarelli. Ces joueurs ont fait du bon boulot pour nous. [Bartkowski] a fait du bon boulot pour notre équipe. Il a fallu qu’il prenne la place de [Dennis] Seidenberg lorsque celui-ci s’est blessé. Il a dû retrouver la forme et s’assurer d’être sur la même page que ses coéquipiers, et c’est ce qu’il a fait. Il a été malade et il a légèrement perdu son synchronisme. [Meszaros] … Je n’ai rien à redire sur son match de [mardi]. Je crois que tout le monde peut faire une erreur à un moment ou à un autre. Il a effectué un beau jeu sur le but qui a été marqué. Mon niveau de confiance envers eux n’est vraiment pas en baisse. »

    Seidenberg a patiné avec les Bruins au cours des dernières semaines, lui qui tente de se rétablir d’une opération au LCA et au LCI. S’il parvenait à revenir au jeu, cela donnerait un sérieux coup de pouce aux Bruins. Chiarelli a refusé de nourrir les rumeurs qui veulent que les Bruins pourraient revoir le vétéran défenseur avant la fin de la série.

    « Je ne vais pas discuter de sa situation. Je ne l’ai pas fait au cours de la dernière série, et je ne le ferai pas au cours de cette série non plus », a mentionné Chiarelli.

    De toute manière, le retour d’un seul joueur ne permettrait pas de régler tous les problèmes des Bruins. Ils ont terminé au sommet du classement de la LNH et ont battu les Red Wings de Detroit en première ronde avec le même personnel qu’ils utilisent contre Montréal. Ils doivent demeurer calmes et sereins afin de revenir en force, et une équipe formée de plusieurs vétérans aguerris qui ont déjà traversés plusieurs moments difficiles au cours des dernières années devrait être en mesure d’y parvenir.

    « Selon moi, notre dernier match a été marqué par la frustration. On peut l’analyser et se pencher sur les détails et se rendre compte que l’attention n’a pas été portée sur tel et tel détails. Quelques pouces peuvent faire toute la différence au hockey, a analysé Chiarelli. On peut analyser la performance de l’autre équipe et on pourrait en arriver au même constat. Au bout du compte, ils ont marqué plus de buts que nous et nous avons perdu.

    « Tout est une question de pouces dans ce sport… et nous devons être meilleurs. Nous sommes meilleurs que cela. Je pense que nous formons une bonne équipe. Nous sortons bien de notre zone, et je crois que nous faisons du bon travail en territoire central. Notre échec avant est correct, même s’il n’est pas aussi bon qu’il devrait l’être. Mais ce sont des choses qui arrivent. C’est une longue série et nous verrons comment les choses vont tourner. »

     

    La LNH sur Facebook