Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Avec six points en trois matchs, Subban en met plein la vue contre les Bruins

mardi 2014-05-06 / 23:46 / LNH.com - Nouvelles

The Canadian Press

Partagez avec vos amis


Avec six points en trois matchs, Subban en met plein la vue contre les Bruins

MONTRÉAL - P.K. Subban continue d'être à son mieux quand l'enjeu est important. On dirait qu'il trouve une façon d'élever son niveau de jeu de quelques crans contre les Bruins de Boston.

«C'est un `gamer'», a souligné l'entraîneur du Canadien Michel Therrien. C'est ce que j'apprécie de lui.»

Le gardien Carey Price a ajouté que son coéquipier joue comme le lauréat du trophée Norris qu'il a été au cours de la saison écourtée de 2013.

«Il maîtrise fort bien ses émotions et il est un rouage important de notre équipe. Il démontre pour quelles raisons il a gagné le trophée Norris.»

Avec six points déjà en trois matchs dans la série, Subban se défend de vouloir épater davantage la galerie parce que les adversaires sont les Bruins.

«Je n'essaie pas d'élever mon niveau contre des adversaires précis, a-t-il argué. J'ai la chance d'obtenir le soutien de toute l'équipe. C'est facile de dire que j'ai profité d'une échappée, mais Larry (Eller) m'a fait toute une passe. Et sur le but de Pleky (Plekanec), quelle passe de Vany (Vanek). J'ai tous les microphones devant moi, mais c'est un effort collectif.»

Subban a dit qu'à la base des succès de l'équipe, il y a le personnel d'entraîneurs qui fait en sorte que tout le monde se sente impliqué.

«Nous faisons tout ça ensemble, ce n'est pas l'affaire que d'un ou deux joueurs. Il y a Carey devant le filet, les défenseurs et les attaquants. Tous se serrent les coudes dans l'adversité. C'est agréable de savoir que vos coéquipiers vont être derrière vous, peu importe que vous fassiez une erreur.»

Subban s'en voulait par ailleurs pour la pénalité qu'il a écopée à l'endroit de Reilly Smith. Il était fâché contre l'arbitre sur le coup, mais après avoir vu la reprise il a réalisé que la punition était méritée.

«J'ai trop étiré le bras. Habituellement, je fais ça correctement, je ne suis pas un joueur salaud, mais c'était une bonne décision de l'arbitre. Il m'a parlé et je lui ai dit.»

Il n'a pas su immédiatement qu'il avait ébranlé Vanek sur la séquence. Ce n'est qu'après la première période que Vanek est venu le rassurer, en lui disant qu'il pouvait poursuivre.

Julien maugrée

L'entraîneur Claude Julien était d'humeur exécrable après la deuxième défaite des Bruins en trois matchs.

«Nous n'avons pas eu un bon début de match, et notre concentration a fait défaut sur les deux premiers buts du Canadien. Nous aurions dû être plus soucieux de ce qui se déroulait autour de nous.»

Sur les buts de Plekanec et de Subban, des joueurs des Bruins ont totalement raté leurs couvertures.

Dans le cas du filet de Subban, le gardien Tuukka Rask a admis ne pas avoir signalé à ses coéquipiers, en tapant le bâton sur la glace, la sortie imminente du banc des pénalités du défenseur du Canadien. Résultat: Subban s'est faufilé derrière les joueurs des Bruins et Eller l'a envoyé en échappée.

«Nous aurions dû faire du meilleur travail pour se rendre compte qu'il restait peu de temps à la pénalité», a relevé le joueur de centre Patrice Bergeron.

Julien, qui a blâmé le trio de David Krejci parce qu'il connaît une série en dents de scie, a dit que les Bruins ne font pas par exprès pour ouvrir la machine dans les troisièmes périodes.

«C'est la façon que notre équipe joue. Si nous pensons qu'on peut toujours faire des remontées en troisième, c'est une grave erreur.

«Ç'avait marché dans le dernier match de se réveiller en troisième période, a ajouté Bergeron. Mais nous savions que ça ne marcherait pas à tout coup.»

Le Canadien a mieux réagi qu'il l'avait fait dans les deux premiers matchs.

«Il n'y a pas eu de panique, même quand les Bruins ont rétréci l'écart à un but, a mentionné Price. Il y a suffisamment de leadership dans cette équipe, nous avons pris le taureau par les cornes.»

Les deux dernières minutes ont été très longues, les Bruins exerçant une forte pression.

«C'était le `fun', a continué Price, en louangeant les efforts des défenseurs. C'est dans ce genre de situations que vous voulez vous retrouver, celles dans lesquelles vous rêvez d'être impliqué depuis que vous êtes ti-cul.»

 

La LNH sur Facebook