SHARE
Partagez avec vos amis


    Les Penguins blanchissent les Rangers à nouveau et prennent les devants dans la série

    Par Mike G. Morreale - Journaliste LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Les Penguins blanchissent les Rangers à nouveau et prennent les devants dans la série
    Les Penguins blanchissent les Rangers à nouveau et prennent les devants dans la série

    NEW YORK – Sidney Crosby a célébré son premier but des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2014 et Marc-André Fleury a effectué 35 arrêts pour signer son deuxième blanchissage de suite et ainsi mener les Penguins de Pittsburgh à une victoire de 2-0 contre les Rangers de New York dans le troisième match de leur série de deuxième ronde de l’Association de l’Est au Madison Square Garden lundi.

    Les Rangers, qui disputaient un sixième match en neuf jours, ont encore échoué misérablement sur le jeu de puissance, étant blanchis en cinq occasions. Ils présentent maintenant une fiche de 0-en-13 depuis le début de la série contre les Penguins et n’ont pas touché la cible à leurs 34 dernières tentatives en avantage numérique

    Fleury, qui a réalisé son huitième blanchissage en carrière en séries éliminatoires, a maintenant repoussé 57 lancers consécutifs depuis qu’il a cédé devant Derick Brassard dans une défaite de 3-2 en prolongation dans le premier match disputé le 2 mai. Fleury, qui est devenu le premier gardien de Pittsburgh à réussir des blanchissages consécutifs, a effectué 16 arrêts en deuxième période et neuf en troisième.

    « Je ne crois pas qu’il y ait le moindre doute que [Fleury] était notre meilleur joueur sur la glace », a indiqué l’entraîneur des Penguins Dan Bylsma. « Il a été solide tout au long de la rencontre, particulièrement en infériorité numérique. Nous avons réduit au silence leur jeu de puissance, surtout grâce à Marc-André. »

    Fleury a aussi été chanceux. Deux des tirs des Rangers ont terminé leur course sur le poteau, et un autre a heurté la barre transversale. En fait, lorsque l’attaquant des Rangers Mats Zuccarello a touché la barre horizontale, Fleury a retiré son gant et a caressé cette dernière pour la remercier.

    « J’étais très content, a expliqué Fleury. Je remerciais [la barre transversale], qui a été une excellente amie. »

    Le gardien des Rangers Henrik Lundqvist a de son côté stoppé 13 tirs.

    Les Rangers tenteront de niveler les chances mercredi lors de la quatrième rencontre au Madison Square Garden (19 h 30 (HE); CBC, RDS, NBCSN). La dernière fois que les Rangers ont été blanchis au cours de deux matchs consécutifs en séries éliminatoires remonte aux matchs numéro quatre et cinq de la Finale de la Coupe Stanley contre les Red Wings de Detroit en 1937. Ces derniers avaient remporté la série trois de cinq 3-2.

    Les Rangers, qui ont dirigé 10 lancers au cours de leurs cinq avantages numériques, n’ont pas fait vibrer les cordages en supériorité numérique depuis la deuxième partie de la première ronde contre les Flyers de Philadelphie. Leur fiche en supériorité numérique depuis le début des séries est de 3-en-42.

    La situation est à ce point pénible que leurs déboires en avantage numérique donnent le momentum à leurs adversaires, ce qui leur permet de capitaliser et de gagner des matchs.

    Crosby a profité d’une chance après que son équipe eût neutralisé les Rangers pour la troisième fois de la soirée en avantage numérique. Une punition de quatre minutes pour bâton élevée décernée à James Neal à 18:15 du premier tiers qui s’est prolongée en début de période médiane a permis aux Rangers de générer cinq tirs, mais pas de but.

    Le défenseur Robert Bortuzzo a repéré Crosby alors que ce dernier s’amenait à toute vitesse sur l’aile gauche.

    « Je l’ai entendu crier "Hey. Hey. Hey.", a indiqué Bortuzzo. Lorsque l’on entend ça, il faut lui donner la rondelle. Mais je ne crois pas qu’il lui fallait ce but pour lui redonner sa confiance. Il appartient à l’élite mondiale et il joue avec beaucoup de confiance et d’énergie à tous les matchs. Tout ne tourne pas autour des buts et des points. Il a été phénoménal au cours de la dernière rencontre. Peut-être que ce but va satisfaire les gens des médias, mais dans le vestiaire nous savons ce qu’il réalise sur la glace. »

    La passe de Bortuzzo en provenance de sa propre zone a été reçue en plein élan par Crosby à la ligne bleue des Rangers, et le capitaine de Pittsburgh s’est amené dans le cercle des mises en jeu avant de battre Lundqvist d’un puissant lancer entre les jambières seulement 19 secondes après la fin de la punition à Neal.

    Le but de Crosby était son premier à ses 14 derniers matchs en séries, soit depuis le mois de mai 2013, son premier en 10 parties au Madison Square Garden et son premier contre Lundqvist depuis qu’il l’avait déjoué en deuxième période lors d’un gain de 3-0 du Canada contre la Suède en finale des Jeux Olympiques de Sotchi 2014.

    Les Penguins ont augmenté leur avance à 2-0 au deuxième vingt lorsque Jussi Jokinen est sorti du cachot après avoir purgé une punition pour avoir retenu le bâton et s’est immédiatement emparé d’une passe ratée effectuée par Mats Zuccarello à la pointe gauche en territoire des Penguins, ce qui lui a permis de se présenter seul devant Lundqvist et d’inscrire son cinquième but des séries à 15:20.

    Jokinen, dont la production est excellente pour un joueur de soutien depuis le début des séries, a prolongé sa série de matchs avec au moins un point à sept grâce à ce but. Il a amassé quatre buts et trois passes depuis le début de cette séquence.

    Les deux entraîneurs ont tenté d’user de stratégie avant la rencontre et au cours du premier tiers. L’entraîneur des Rangers Alain Vigneault a remplacé les attaquants Daniel Carcillo et Derek Dorsett par J.T. Miller et Jesper Fast, ainsi que le défenseur John Moore par Raphael Diaz.

    L’entraîneur des Penguins Dan Bylsma a de son côté décidé de conserver le même alignement que celui qu’il avait utilisé dans le gain de 3-0 au cours du deuxième match dimanche, mais il a continuellement jonglé avec ses trios. À certains moments, Bylsma réunissait Crosby avec Malkin et Kunitz, avant de revenir avec une un trio composé de Crosby, Brian Gibbons et Kunitz, et une unité formée de Malkin, Lee Stempniak et Beau Bennett.

    « Je crois que toute notre équipe a disputé un fort match, a noté Vigneault. Nous ne leur avons pas donné beaucoup de chances de marquer. De notre côté, nous avons de bonnes chances mais nous n’avons pu en profiter. Je pense que les deux équipes ont bataillé très fort, mais j’ai aimé la façon dont nous avons joué. »

    Les changements apportés par les Rangers visaient à générer davantage de vitesse et d’agressivité en territoire de Pittsburgh et, pour la majeure partie de la rencontre, cela a fonctionné puisque l’équipe locale a détenu un avantage de 10-7 au chapitre des lancers après 20 minutes de jeu.

    Fleury, qui venait de réaliser 22 arrêts pour signer un blanchissage dans le deuxième match, s’est dressé devant ces 10 lancers. Lundqvist, qui avait stoppé 32 des 34 tirs dirigés vers lui dimanche, a aussi été excellent.

    « Je crois que nous avons réussi plusieurs bonnes choses sur la patinoire, mais ce ne fut pas suffisant pour l’emporter, a analysé Lundqvist. Nous devrons puiser plus profondément en nous pour trouver une manière de gagner. Il y a quelques éléments que nous pouvons améliorer, mais il y a aussi plusieurs facettes que nous exécutons très bien.

    « Il est difficile de mettre le doigt sur une seule chose pour expliquer pourquoi nous avons perdu cette partie. »

    Les Penguins ont obtenu une première bonne chance de marquer au cours d’un avantage numérique des Rangers. Marcel Goc se trouvait au banc des pénalités pour avoir rudoyé Dominic Moore à 5:16 lorsque Chris Kunitz a pourchassé une rondelle libre sur l’aile gauche avant de s’échapper. Sa tentative de feinte sur son revers a été repoussée par Lundqvist, qui a étiré sa jambière gauche à temps à 6:23. Les Rangers ont finalement décoché un tir au cours de leur premier jeu de puissance de la partie.

    Fleury a effectué son plus bel arrêt en première période alors qu’il restait 2:41 à faire lorsque Zuccarello a dirigé un solide lancer des poignets du cercle des mises en jeu qui se dirigeait dans le coin supérieur, mais Fleury a capté celui-ci avec sa mitaine.

    Suivez Mike Morreale sur Twitter : @mikemorrealeNHL

    2016 NHL Winter Classic Gigapixel photo

    La LNH sur Facebook