SHARE
Partagez avec vos amis


    C’est une rare participation en deuxième ronde pour le Wild contre les champions de la Coupe Stanley les Blackhawks

    Par Shawn Roarke et Dan Rosen - Journalistes LNH.com

    Partagez avec vos amis


    C’est une rare participation en deuxième ronde pour le Wild contre les champions de la Coupe Stanley les Blackhawks
    C’est une rare participation en deuxième ronde pour le Wild contre les champions de la Coupe Stanley les Blackhawks

    Blackhawks de Chicago

    Rang: 546-21-15107 Pts.

    Wild du Minnesota

    Rang: 743-27-1298 Pts.

    Les Blackhawks de Chicago seront en territoire connu, mais pas le Wild du Minnesota.

    Les champions de la Coupe Stanley ont accédé aux séries éliminatoires pour une sixième année de suite et ont franchi la première ronde à quatre reprises. Ils ont même remporté leurs trois dernières séries de deuxième ronde.

    Quant au Wild, avant de remporter le septième match de la série contre l’Avalanche du Colorado mercredi, il n’avait pas dépassé la première ronde depuis 2003, quand il avait comblé des déficits de 3-1 face à l’Avalanche et aux Canucks de Vancouver avant d’être éliminé par les Ducks d’Anaheim en finale de l’Association de l’Ouest.

    Ces deux équipes se sont affrontées le printemps dernier et les Blackhawks se sont débarrassés du Wild en cinq rencontres. Le Wild s’est un peu vengé cette saison en battant les Blackhawks à trois reprises et en obtenant sept points sur une possibilité de 10 contre eux. Il a présenté une fiche de 2-1-0 à St.Paul et de 1-0-1 à Chicago, où il a perdu la dernière confrontation 3-2 en fusillade le 3 avril.

    Les Blackhawks ont connu une saison en dents de scie et fini au troisième rang de la division Centrale avant de concéder les deux premiers matchs de la série initiale aux Blues de St. Louis, qu’ils ont ensuite vaincus quatre fois de suite en se donnant des airs d’une formation qui veut garder la Coupe Stanley. Ce fut spécialement vrai lors du dernier match quand ils ont brisé une égalité de 1-1 en marquant quatre buts à la dernière période.

    Le Wild a passé toute la première ronde à jouer du hockey de rattrapage. Il a surmonté des déficits de 2-0 et 3-2 dans la série et quatre fois un déficit d’un but lors du septième match, gagné 5-4 grâce au but de Nino Niederreiter en prolongation à Denver.

    Zach Parisé a mené le Wild avec 10 points, à égalité en tête des compteurs de la LNH après la première ronde, et Mikko Koivu a amassé six points. Le capitaine Jonathan Toews a cumulé sept points et terminé à égalité avec le défenseur Duncan Keith en tête des compteurs des Blackhawks. Chacun de ses trois buts a été un but victorieux et celui en prolongation lors du cinquième match a cassé les reins des Blues.

    Keith, un finaliste pour le trophée Norris, a joué une moyenne de 29:51 par rencontre, quatre secondes de plus que Ryan Suter chez le Wild, qui a dominé cette statistique en saison régulière avec une moyenne de 29:24, un gros 2:20 de plus qu’Erik Karlsson des Sénateurs d’Ottawa au deuxième rang. Keith a aussi dominé tous les défenseurs avec ses 55 mentions d’aide. Il pourra compter sur son partenaire Brent Seabrook pour toute la série, après que celui-ci ait raté les matchs 3, 4 et 5 contre les Blues, suspendu pour un coup illégal à l’endroit de David Backes lors du deuxième match.

    Attaquants

    Toews et Patrick Kane semblaient en santé et revigorés face aux Blues de St. Louis.

    Toews, qui a raté les six derniers matchs de la saison régulière en raison d’une blessure au haut du corps, a fini la série à égalité avec le défenseur Duncan Keith en tête des compteurs de son équipe après avoir cumulé sept points en six rencontres. Il a marqué trois buts victorieux, incluant celui en prolongation lors du cinquième match.

    Kane, lui, a raté le 12 derniers matchs du calendrier régulier avec une blessure à un genou. Il a marqué trois buts, incluant celui en prolongation lors de la quatrième rencontre, et totalisé six points même s’il portait une orthèse pour la première fois de sa carrière.

    Bryan Bickell a repris là où il avait laissé lors des séries du printemps dernier avec une autre grosse performance. Il a marqué deux buts et ajouté une mention d’aider tout en faisant sentir sa présence physique. Il a entrepris la série dans le quatrième trio mais l’a finie dans le premier.

    Marian Hossa et Patrick Sharp ont obtenu plusieurs chances de qualité de marquer et ont dominé pour les tirs au filet avec respectivement 29 et 23. Ils ont été limités à un seul but chacun, mais à un moment important.

    Hossa a procuré une avance de 1-0 aux siens lors du cinquième match et Sharp a porté ce qui a peut-être été le coup fatal aux Blues lors du sixième, faisant 3-1 à l’issue d’une échappée tôt en troisième période.

    Brandon Saad a pourchassé la rondelle et fini la série avec quatre mentions d’aide. Ben Smith est passé d’ailier droit du quatrième trio au centre du deuxième et procuré à Sharp et Kane une dimension de vitesse qui n’existait pas avec Michal Handzus.

    Ce dernier a cependant bien servi la cause des Blackhawks en désavantage numérique menant tous les attaquants avec 14 tirs bloqués.

    Le Wild a affiché beaucoup de puissance et de profondeur en attaque face à l’Avalanche. Sept attaquants ont amassé au moins cinq points et Niederreiter, le héros du dernier match, en a totalisé quatre. Dix attaquants ont marqué au moins un but.

    Si on tire encore fierté de sa spécificité défensive au Minnesota, on sait aussi marquer des buts, comme on l’a prouvé lors du dernier match en répliquant à chaque but de l’Avalanche.

    Parisé est le meneur et pourrait s’avérer l’attaquant le plus dynamique dans une série qui inclut Jonathan Toews et Patrick Kane de l’autre côté.

    Koivu a été l’attaquant le plus utilisé contre l’Avalanche, passant en moyenne 21:20 par match sur la patinoire, et il a fini la série avec un but et six points. Charlie Coyle a fini par se retrouver en fin de saison et il a lui aussi constamment dérangé la défense adverse.

    Laissé de côté lors des deux premiers matchs, Dany Heatley a constitué une révélation lors des cinq dernières rencontres, s’avérant notamment un des attaquants les plus dangereux lors du match décisif. Il a complété la série avec cinq points en autant de rencontres. Matt Moulson, sur qui on comptait après avoir acquis ses services à la date limite des échanges, a été limité à un but et une passe. Finalement, Matt Cooke sera admissible à un retour au jeu lors du match no 4 après avoir purgé une suspension de sept matchs.


    Défenseurs

    Keith a joué comme le finaliste au trophée Norris qu’il est. En plus de ses sept points, il a joué un rôle majeur dans les succès des Blackhawks en désavantage numérique, ceux-ci n’ayant accordé que deux buts en 29 occasions.

    Keith a passé une moyenne de près de 30 minutes par match sur la patinoire et il a semblé hausser son niveau de jeu lorsque son partenaire habituel Brent Seabrook a été suspendu pour trois rencontres.

    Seabrook est revenu pour le sixième match et à son niveau habituel. Il a participé à deux buts en plus de 22 minutes de jeu pour compléter la série avec six points en seulement trois rencontres Sheldon Brookbank s’est avéré un remplaçant efficace en son absence.

    Le différentiel de moins-5 à la fiche de Niklas Hjalmarsson suggère qu’il en a arraché mais c’est dû à un défaut de perception dans cette statistique. Hjalmarsson s’est retrouvé sur la glace pour quelques-unes des plus belles chances des Blues mais il a néanmoins été un des meilleurs défenseurs des Blackhawks, et certainement le meilleur en infériorité numérique. Il a mené son équipe avec 26 tirs bloqués et il dominait toute la LNH au moment où les Blackhawks ont mis fin à la série.

    Johnny Oduya a été solide, quoique Joel Quenneveille aimerait le voir contribuer davantage à l’attaque. Michal Rozsival a aussi accompli du bon boulot même si on n’a guère parlé de lui, complétant la série avec trois points, un différentiel de plus-4 et plus de 18 minutes par match en moyenne sur la patinoire.

    Nick Leddy a bien déplacé la rondelle et s’est joint occasionnellement à l’attaque. Il a paru confiant et a été utilisé près de 16 minutes par rencontre.

    Les défenseurs du Wild n’obtiendront pas beaucoup de points mais ils vont défendre chèrement leur territoire.

    Suter est le pilier et seuls Alex Pietrangelo, des Blues, et Keith ont eu plus de temps de glace que lui en première ronde. Il a fait la preuve qu’il valait son pesant d’or après avoir signé un riche contrat en tant que joueur autonome venu de Nashville et il sera confronté souvent à Toews et Kane.

    Heureusement pour lui, Suter est bien secondé. Les cinq autres défenseurs réguliers ont tous terminé la première ronde avec un différentiel positif. Jared Spurgeon et Jonas Brodin se sont développés rapidement et ont chacun joué plus de 24 minutes par match en première ronde. Spurgeon a marqué le but qui a forcé la prolongation lors du septième match.

    Marco Scandella est l’autre membre des deux premiers duos, qui ont droit à la majorité du temps de glace. L’entraîneur Mike Yeo choisit généralement ses occasions pour utiliser ses deux derniers défenseurs, Clayton Stoner et Nate Prosser, mais il pourrait éprouver des difficultés face à un adversaire riche en bons attaquants et qui ne craint pas de jouer avec ses trios.

    Gardiens

    Corey Crawford s’est lancé le défi de faire mieux après avoir accordé quatre buts, dont le dernier en prolongation, lors du deuxième match à St.Louis. Il a réagi en affichant un taux d’arrêts de ,954 et une moyenne de 1,38 lors des quatre rencontres suivantes.

    Il a carrément volé le troisième match en effectuant 34 arrêts pour réaliser un blanchissage de 2-0. Il a cédé à trois reprises lors du quatrième mais permis aux Blackhawks de l’emporter 4-3 en prolongation. Il a continué d’être supérieur à Ryan Miller lors des cinquième et sixième rencontres, limitant les dégâts à trois buts face à 65 lancers.

    Les Blackhawks n’auraient pas survécu si Crawford n’avait pas effectué quelques arrêts qui semblaient impossibles. Il a notamment volé T.J. Oshie en faisant un plongeon désespéré au cours du cinquième match. Puis lors du sixième, il a réussi à empêcher une rondelle de pénétrer dans on filet en étirant le bras, faute de quoi les Blues auraient pris une avance de 2-1 en deuxième période. Mais le score est demeuré égal jusqu’à ce que les Blackhawks éclatent avec quatre buts lors de la dernière période.

    Antti Raanta est le gardien auxiliaire et n’a pas été utilisé face aux Blues. Il a pris part à 25 matchs en saison régulière, conservant une fiche de 15-5-4 avec un taux d’arrêts de ,897 et une moyenne de 2,71.

    C’est un terrain miné chez le Wild, mais Yeo a l’habitude. Le Wild a eu recours à cinq gardiens cette saison, et Ilya Bryzgalov et Darcy Kuemper ont tous deux vu passablement de glace en première ronde.

    Bryzgalov a entrepris la série mais a été mitraillé lors des deux premiers matchs, deux défaites. Il a cédé sa place à Kuemper, qui a remporté trois des quatre matchs suivants et évidemment commencé le septième. Mais il a été blessé et remplacé par Bryzgalov en troisième période alors que le Wild tirait de l’arrière par un but. Le Wild a créé l’égalité et Bryzgalov n’a eu qu’un arrêt à effectuer entre ce but et celui de Niederreiter en prolongation.

    On ne savait pas encore si Kuemper sera disponible pour le premier match.

    « Tout ce que je peux faire est m’entraîner, a dit Bryzgalov. Je ne peux prédire l’avenir. »


    Entraîneurs

    Quenneville a effectué des changements qui ont porté fruit lors des quatre derniers matchs face aux Blues.

    Vers la fin du quatrième match de la série, il a remplacé Handzus par Smith entre Sharp et Hossa, ajoutant de la rapidité dans le trio et libérant Handzus pour son rôle de spécialiste en désavantage numérique.

    Aussi dans ce quatrième match, Quenneville a réuni Bickell, Toews et Hossa et ces trois-là ont semblé dominer physiquement leurs adversaires. Ils ont conservé la rondelle en territoire offensif et Bickell a réussi le but égalisateur tard en troisième période.

    Quenneville a aussi fait graduer Marcus Kruger dans le troisième trio avec Andrew Shaw et Brandon Saad, et les trois ont continué à faire des Blackhawks une équipe rapide.

    Ce n’est pas une surprise que les décisions de Quenneville aient bien tourné. C’est le cas depuis longtemps et seuls Scotty Bowman et Al Arbour ont remporté plus de victoires que lui dans la LNH.

    Yeo a fait un travail splendide avec cette équipe en la menant en deuxième ronde des séries malgré le peu de chance qu’on lui accordait, et ce même en devant faire appel à cinq gardiens.

    Heatley a été laissé de côté pour les deux premiers matchs contre l’Avalanche mais Yeo l’a ramené dans la formation et le vétéran s’est alors avéré un joueur d’impact. Coyle a semblé perdu en deuxième moitié de saison, mais l’entraîneur est parvenu à le remettre sur la bonne voie et il a marqué trois buts contre l’Avalanche.

    Yeo ne craint pas d’effectuer des changements en cours de rencontre, ce qu’il a été forcé de faire pendant toute la saison, son équipe ayant eu à affronter beaucoup d’adversité. Il sera intéressant de voir son plan de match, surtout à la ligne bleue, face à une équipe bourrée de talent en attaque.

    Unités spéciales

    Le jeu des Blackhawks en désavantage numérique a assurément fait le différence face aux Blues.

    Les Blackhawks ont tenu le coup 27 fois sur 29 et ont été 15-en-16 pour leurs quatre victoires, 6-en-6 lors du dernier match.

    Leur seul problème a été le grand nombre de punitions, soit 32. Les Blackhawks savent qu’ils doivent faire preuve de plus de discipline mais ils n’ont pas eu à payer la note en première ronde grâce au brio exceptionnel des joueurs utilisés en infériorité numérique.

    Leur jeu de puissance n’a produit que trois buts en 20 occasions mais n’a pas eu à se surpasser en raison de l’excellence de l’autre unité spéciale. Les trois buts marqués ont toutefois été importants, notamment celui de Toews en début de troisième période lors du sixième et dernier match, qui s’est avéré le but victorieux.

    Shaw a quant à lui marqué le premier but en avantage numérique lors de la quatrième rencontre et Seabrook avait procuré l’avance aux siens lors du premier match.

    Petit problème ici.

    Le Wild est inefficace en avantage numérique et son taux de réussite de 14,3 pour cent (3-en-21) est le deuxième moins bon chez les huit équipes encore en vie. Et on affrontera la meilleure formation en désavantage numérique au cours de la première ronde, qui n’a accordé que deux buts en 29 occasions aux Blues de St. Louis. Aussi, le Wild ne provoque pas beaucoup de punitions et n’a obtenu que trois jeux de puissance par match en moyenne face à l’Avalanche.

    Le Wild fait mieux avec un joueur en moins et n’a concédé que trois buts en 25 infériorités numériques à l’Avalanche. Les Blackhawks en ont arraché un peu en avantage numérique au cours de la première ronde et si le Wild peut se tenir loin du banc des punitions, on devrait pouvoir s’en sortir.

    Il pourrait faire la différence

    Marian Hossa -- Hossa semble un joueur dû pour éclater en deuxième ronde.

    Il a mené son équipe avec 29 tirs au filet face aux Blues et a été constamment menaçant. La rondelle semblait coller à lui, il était à la fois robuste, agile et rapide, mais il a été limité à un seul but.

    Il a mieux fait une fois que Smith est apparu au centre de son trio sur une base régulière. S’il y demeure et si Sharp continue de bien faire à gauche, Hossa pourrait avoir un impact majeur sur l’issue de la série.

    Dany Heatley -- L’énigmatique attaquant pourrait être le joueur clé. Cet ancien choix de première ronde possède l’instinct offensif pour faire la différence dans un match. Mais l’ensemble de son jeu s’est détérioré au point qu’il n’était même pas en uniforme pour les deux premiers affrontements contre l’Avalanche. À son retour au jeu cependant, il a été le joueur qui travaille des deux côtés de la patinoire tel qu’exigé par Yeo. S’il joue contre les Blackhawks comme il l’a fait lors du septième match au Pepsi Center, il donnera une nouvelle dimension à son équipe.

    Analyse

    Les Blackhawks vont l'emporter si… leurs joueurs vedettes continuent de produire et s’ils peuvent se tenir loin du banc des punitions. Ils ont joué avec le feu en première ronde, écopant de 29 punitions mineures en six rencontres, ce qui est beaucoup trop. Leurs joueurs en désavantage numérique les ont sauvés mais c’est un petit jeu dangereux. Les champions de la Coupe Stanley ont suffisamment d’expérience pour le réaliser.

    Le Wild va l'emporter si… Kuemper peut se remettre rapidement de la blessure qui l’a forcé à quitter le dernier match à la troisième période. Le Wild aura besoin de tous ses atouts s’il veut résister aux champions de la Coupe Stanley et Kuemper leur procure la meilleure chance devant le filet. Bryzgalov a sauvé la saison du Wild quand il est arrivé au Minnesota avant la date limite des échanges, mais il a accordé huit buts en moins de deux matchs pour entreprendre la série contre l’Avalanche.

    2016 NHL Winter Classic Gigapixel photo

    La LNH sur Facebook