Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    L’Avalanche est prête pour les émotions du septième match contre le Wild

    Par Rick Sadowski - Correspondant LNH.com

    Partagez avec vos amis


    L’Avalanche est prête pour les émotions du septième match contre le Wild
    L’Avalanche est prête pour les émotions du septième match contre le Wild

    CENTENNIAL, Colorado – Lorsque l’Avalanche du Colorado a obtenu Maxime Talbot des Flyers de Philadelphie en échange de Steve Downie le 31 octobre, c’était précisément pour apporter le genre d’expérience nécessaire à la jeune formation pour l’affrontement de mercredi au Pepsi Center, c’est-à-dire la septième partie de la série de première ronde de l’Association de l’Ouest contre le Wild du Minnesota (21 h 30 HE; RDS, TSN2, CNBC, FS-N, ALT).

    L’attaquant de 30 ans a participé à plus de rencontres des séries éliminatoires (83), dont quatre septièmes matchs, que n’importe lequel de ses coéquipiers.

    Talbot a compté les deux buts des Penguins de Pittsburgh lorsque ceux-ci ont défait les Red Wings de Detroit 2-1 dans le septième match de la finale de la Coupe Stanley en 2009. Donc, il sait ce qu’il faut pour gagner une partie de cette importance.

    « On va vivre des émotions intenses », a déclaré Talbot mardi. « Tout le monde regarde le septième match. Les enjeux sont plus grands et il faut s’y adapter. Je me souviens de tous les buts, de tous les petits jeux, des arrêts et des tirs bloqués de chacune des septièmes parties que j’ai disputées. Je me souviens de tout ce qui nous a permis de gagner et de poursuivre notre route vers la Coupe Stanley.

    « Ce qui rend les septièmes matchs spéciaux, c’est que ce sont des matchs sans lendemain. Une équipe devra plier bagage et prendra la direction des terrains de golf. On fait de notre mieux et on travaille très fort pour ne pas perdre et pour ne pas être éliminés si tôt. Je pense qu’on a bien performé sous la pression pendant toute l’année. Les gars ont bien réagi et on a bien joué à domicile pendant les séries. Ce sera amusant. »

    L’Avalanche avait l’occasion de mettre un terme à cette série lundi au Xcel Energy Center, mais elle s’est inclinée 5-2 devant le Wild, qui a profité d’un but de Zach Parise et de deux buts dans un filet désert en troisième période. L’entraîneur Patrick Roy a déclaré que sa troupe avait livré sa meilleure performance sur la route de la série. D’ailleurs, l’équipe locale est toujours parvenue à s’imposer au cours de cette série.

    « On sait qu’on a bien joué, a-t-il affirmé. C’est très positif pour moi. Je vais leur montrer les bonnes choses qu’on a faites. On espère pouvoir les répéter et même en faire plus. On va aussi leur montrer ce qui a moins bien fonctionné. C’est une expérience incroyable pour ces joueurs.

    « On ne peut pas gagner la Coupe Stanley sans avoir gagné un septième match auparavant et nous y voici. Nos joueurs vont apprendre comment jouer dans cette situation. Que pourrait-on demander de plus? Ils ont hâte et ils ont raison. Pendant toute la saison, on a travaillé fort pour avoir l’avantage de la patinoire. On a surpris tout le monde en finissant premiers dans notre section et on en récolte les fruits aujourd’hui. On disputera le septième match à la maison devant nos partisans. C’est excitant pour la ville de Denver, qui n’a pas connu le hockey des séries dans quatre des cinq dernières années. Maintenant, elle revivra l’expérience d’une septième partie. »

    Le retour au jeu du centre Matt Duchene, qui est remis d’une blessure au genou, arrive à point nommé pour l’Avalanche. Duchene, qui a mené les siens avec 70 points cette saison, a joué pendant 19 minutes lundi et il a récolté une aide sur le jeu de puissance qui avait été limité à un seul but en 18 occasions pendant les cinq matchs où il a été absent. Il a surtout évolué en compagnie de Ryan O'Reilly et de PA Parenteau et cette unité demeurera intacte mercredi.

    « On a connu une excellente saison ensemble, a expliqué Duchene. Je suis très confortable avec eux. J’étais content de les retrouver. C’était plus facile pour moi de lire le jeu parce que la chimie est revenue instantanément. On a repris là où on avait laissé. Je ne suis pas encore à l’aise à 100 pour cent, mais je crois que ça viendra avec le temps. C’est un gros match, comme dans nos rêves d’enfance. De mon côté, je le prends comme un défi personnel. »

    Duchene a ajouté qu’il s’inspirerait de son expérience avec l’équipe olympique canadienne, qui a remporté l’or à Sotchi, pour se préparer à la rencontre de mercredi.

    « Un des meilleurs conseils que j’ai reçu avant ma première partie aux Olympiques, c’est que c’est impossible que mon corps ne soit pas prêt pour le match, a-t-il révélé. Il ne faut pas perdre du temps et de l’énergie à se demander si on va être prêt. On le sera. Alors, il ne reste qu’à se concentrer et à se détendre.

    « En fait, c’est plus important de se détendre que de se motiver. Tout le monde sera motivé. On vit tous pour ces matchs et on y rêve tous. C’est une chance unique qui se présente à nous. J’ai très hâte. »

    La présence de Duchene procure plus de profondeur à l’Avalanche et soulage un peu le trio de Gabriel Landeskog, Paul Stastny et Nathan MacKinnon. Stastny a marqué en désavantage numérique lundi, mais Landeskog et MacKinnon ont amassé tous leurs points à domicile.

    « Il faut accepter la pression », a déclaré MacKinnon, qui compte deux buts et huit assistances. « On en vient à oublier la pression extérieure. On aime presque ça. On a un système en place qui nous facilite la tâche. On a beaucoup de profondeur et la pression est répartie sur toute l’équipe, qui veut bien performer. On a joué de l’excellent hockey pendant toute la saison et je ne pense pas que ça va se terminer [mercredi]. »

    MacKinnon a discuté avec Talbot, Alex Tanguay (qui se remet d’une opération à la hanche qui a mis un terme à sa saison) et Jean-Sébastien Giguère, chez qui il demeure depuis le camp d’entraînement, de leur expérience des septièmes matchs.

    « Le message le plus important qu’ils m’ont transmis, c’est que c’est une partie comme les autres, mais les enjeux sont plus élevés, a-t-il dit. C’est important de s’amuser et d’en profiter, mais il faut rester calme. »

    Roy n’est pas surpris de voir l’Avalanche et le Wild s’affronter dans un match ultime compte tenu de l’excellent rendement des deux formations dans les dernières semaines de la campagne.

    « Quand on prend un peu de recul, on constate qu’on a été parmi les deux meilleures équipes de la ligue en fin de saison, a-t-il déclaré. Donc, c’est normal d’assister à une série aussi serrée. Ils ont bien joué chez eux et ils ont gagné de gros matchs. On a bien joué chez nous et on devra continuer comme ça. Les deux équipes ont dû faire preuve de résilience et il faudra faire la même chose [mercredi]. Je suis très heureux de disputer cette rencontre à la maison. »

    Talbot croit que l’Avalanche devrait bien réagir dans les circonstances puisqu’elle est parvenue à faire fi de la pression pour revenir de l’arrière à plusieurs reprises pendant la saison et deux fois lors de cette série.

    « On a toujours excellé lorsqu’on tirait de l’arrière par un but. Je pense qu’on a joué avec beaucoup de confiance cette année et les gars ont bien réagi dans ces situations-là, a-t-il ajouté. On a été négligés pendant toute la saison et on a surpris tout le monde. On aura encore l’occasion d’en surprendre plusieurs [mercredi].

    « Ça revient à se dire : "Pourquoi pas nous?" On a commencé la saison en se demandant ça. C’est amusant. Plus on le fait, plus on y croit et plus on y croit, plus ça se répète. »

     

    La LNH sur Facebook