Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    Bruins: Chara est dévoué à protéger son propre territoire d’abord

    Par Matt Kalman - Correspondant LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Bruins: Chara est dévoué à protéger son propre territoire d’abord
    Bruins: Chara est dévoué à protéger son propre territoire d’abord

    BOSTON – Quand il a remporté son seul trophée Norris à la suite de la saison 2008-09, le défenseur des Bruins de Boston Zdeno Chara avait amassé 50 points. En trois saisons complètes depuis, le trophée a été remis à des défenseurs qui ont récolté 62 points et plus.

    Le gagnant de l’an dernier, P.K. Subban du Canadien de Montréal, avait amassé 38 points en 42 matchs lors de la campagne écourtée. À ce rythme, il aurait pu en récolter 74 si le calendrier avait comporté 82 rencontres.

    Chara, qui a cependant fait partie des finalistes pour le trophée lors de trois des quatre dernières saisons et qui a terminé huitième en 2009-10, n’a pas changé son approche pour que son jeu plaise davantage à ceux qui votent surtout pour des défenseurs avec un certain flair offensif.

    Cette saison, les électeurs ont encore une fois récompensé Chara en faisant de lui un finaliste aux côtés de Duncan Keith des Blackhawks de Chicago et Shea Weber des Predators de Nashville. Chara a terminé avec 40 points, alors que Keith a conclu la saison au deuxième rang des défenseurs de la LNH avec 61 points et Weber était troisième avec 56. Weber a également fini au premier échelon de tous les défenseurs avec 23 buts.

    « J’ai dit plusieurs fois que je n’allais pas être le gars qui allait marquer des buts ou faire des jeux dignes des faits saillants », a déclaré Chara lors d’une conférence de presse au TD Garden lundi. « Je l’ai fait quelques fois, mais je ne vais pas courir partout sur la patinoire à la recherche de points, et je ne vais pas prendre de risques.

    « Quand j’affronte les meilleurs trios adverses, je veux le faire de la bonne manière et je veux jouer de la bonne façon. Je tire beaucoup de fierté de mon jeu défensif. Je veux être constamment solide défensivement et je veux prendre soin de ma zone avant d’aller donner un coup de main à l’attaque. Évidemment, tu veux réussir à faire les deux, mais je ne vais pas prendre de risques juste parce que je veux aller chercher des points. J’aime travailler très fort et j’aime jouer contre les meilleurs trios adverses, les meilleurs joueurs de cette ligue. Alors je veux le faire de la bonne façon et je pense que ç’a toujours été comme ça pour moi. »

    Chara, qui a inscrit 17 buts cette saison, arrive d’une série de cinq matchs en première ronde contre les Red Wings de Detroit au cours de laquelle il a aidé à contrer le joueur de centre étoile Pavel Datsyuk à deux buts à forces égales. Chara se verra probablement confier la même mission contre le premier trio du Canadien formé de David Desharnais, Max Pacioretty et Thomas Vanek au deuxième tour, qui débutera au TD Garden de Boston.

    Ce serait ironique si les statistiques offensives de Chara l’aidaient à remporter le Norris, puisque pour une première fois cette saison il a accumulé les points en jouant à l’avant sur le jeu de puissance. Dix de ses 15 points ont été récoltés alors qu’il était bien positionné devant le filet adverse. Tout au long de la saison, il s’est amélioré pour voiler la vue du gardien, récupérer la rondelle dans les coins et même envoyer le disque aux ailiers.

    Ce changement de position a donné du piquant à la saison de Chara, qui a eu 37 ans en mars.

    « C’était définitivement quelque chose de nouveau et un nouveau défi pour moi, mais j’aime les défis, a-t-il dit. Avant chaque saison, je dis toujours que je veux être meilleur. Je veux m’améliorer, et parfois ce genre de nouvelles choses amène une motivation supplémentaire et une petite étincelle, et j’essaie de faire de mon mieux peu importe la position dans laquelle je suis, que ce soit sur le jeu de puissance, en désavantage numérique, à 5-contre-5. Si on me place dans différentes situations, je dois m’assurer de faire mon possible pour y exceller. »

    Le changement de position de Chara en avantage numérique n’a pas été la seule nouvelle chose qu’il a dû gérer. Il y a aussi eu tous les changements à la ligne bleue de Boston alors que les Bruins ont dû amorcer la saison avec une unité défensive plus jeune après le départ d’Andrew Ference sur le marché des joueurs autonomes.

    Dougie Hamilton, qui a bouché des trous en saison régulière avant de faire quelques présences en séries l’an dernier, et Torey Krug et Matt Bartkowski, qui n’avaient pas vraiment eu leur chance dans la LNH avant le parcours de Boston jusqu’à la Finale de la Coupe Stanley en 2013, devaient tous faire partie des six meilleurs défenseurs des Bruins cette saison. Hamilton et Krug étaient là dès le départ, mais Bartkowski n’a pas eu sa chance avant que l’unité défensive de Boston soit secouée par la perte du vétéran défenseur Dennis Seidenberg en raison d’une grave blessure au genou le 27 décembre.

    Chara a fait sa part pour jouer les tuteurs auprès des jeunes défenseurs et s’assurer que les Bruins ne se mettent pas à paniquer sans leur défenseur no 2, Seidenberg.

    « C’est un équilibre nécessaire, il faut prendre un peu de responsabilités sur ses épaules, mais en même temps tu ne veux pas en faire trop pour ne pas que ça nuise à ton propre jeu, a évoqué Chara. Tu veux quand même aider les jeunes avec leur développement et aider à accélérer leur adaptation. Mais en même temps, tu ne veux pas faire le travail pour eux et ensuite ne pas faire ton propre boulot.

    « Alors c’est le genre d’équilibre qu’il faut que tu gardes. Tu veux aider, mais tu veux t’assurer de te concentrer sur ton jeu et, parfois, les laisser eux-mêmes apprendre ce qu’ils doivent faire. Ils ont fait du très bon travail; tous les jeunes qu’on a se sont grandement améliorés depuis qu’ils sont arrivés ici, qu’ils ont été rappelés ou échangés. Ils se sont vraiment bien ajustés. »

    Les succès des Bruins en tant qu’équipe ont permis à l’entraîneur Claude Julien de gérer le temps de glace de Chara, lui qui a passé en moyenne 24:39 sur la patinoire, son plus bas total depuis 2003-04. Il a terminé avec un différentiel de plus-25 cette saison.

    « Pour moi, son jeu n’a pas vraiment changé », a déclaré le directeur général de Boston, Peter Chiarelli. « Il est le meilleur défenseur de la ligue. Il n’y en a pas un qui est aussi bon que lui. Et j’ai trouvé que pendant cette série [contre Detroit], il a été exceptionnel. C’était après le moment du vote, mais je l’ai trouvé exceptionnel.

    « Il élève toujours son jeu lorsqu’on affronte une équipe avec un vrai joueur étoile. Il prend vraiment ça comme un défi. Son coup de patin est bon et peut-être qu’on le voit moins lancer puisqu’on est habitué à son tir sur réception, mais il a quand même toujours tout un lancer.

    « Je pense qu’il mérite d’être en nomination, et je pense qu’il mérite le trophée. Et ce n’est pas pour dénigrer les autres. »

    Il y aura plein d’arguments offensifs et défensifs concernant les trois finalistes du trophée Norris de cette année. On saura en juin si les électeurs auront préféré le mélange des deux qu’offre Chara en comparaison à celui de Weber et Keith.

     

    La LNH sur Facebook