Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    Bouchard : Entre Brent Seabrook et David Backes, quelle fût la perte la plus lourde?

    Par Olivier Bouchard - Chroniqueur LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Bouchard : Entre Brent Seabrook et David Backes, quelle fût la perte la plus lourde?
    L’impact de David Backes, s’il peut sembler majeur lorsqu’on regarde la seule colonne des victoires et des défaites, ne semble pas tout à fait se traduire lorsqu’on regarde le détail des matchs disputés.

    C’était un de ces coups qui peuvent faire une réputation de chasseur de têtes. Lorsque Brent Seabrook assomme David Backes en troisième période du deuxième match de la série entre Les Blues de St. Louis et les Blackhawks de Chicago, le défenseur est expulsé pour cinq minutes et suspendu pour trois matchs. Les Blues profitent de l’instant pour créer l’égalité et éventuellement gagner le match en prolongation. Seulement voilà : trois matchs plus tard, Backes étant de retour depuis le match de vendredi, Seabrook s’apprête à revenir et les Blues sont désormais en déficit, ayant cédé trois victoires d’affilée aux Blackhawks.

    Le fait est que cette série est incroyablement serrée, le seul match s’étant décidé en temps réglementaire, le troisième, une victoire de 2-0 des Blackhawks, se terminant sur un écart de plus d’un but sur la seule foi d’un but dans un filet désert. L’impact de Backes, s’il peut sembler majeur lorsqu’on regarde la seule colonne des victoires et des défaites, ne semble pas tout à fait se traduire lorsqu’on regarde le détail des matchs disputés.


    L’impact de la perte du capitaine est en effet amoindri par trois facteurs. Premièrement, les deux matchs manqués par le #42 sont disputés au domicile des Blues, ce qui permet à l’entraîneur Ken Hitchcock de mieux gérer ses affrontements. Deuxièmement, le remplaçant de Backes au centre du trio, Alexander Steen, n’est pas exactement un pied de céleri et l’absence de Backes donne l’occasion à Patrik Berglund de revenir dans l’alignement. Enfin, si les Blues perdent Backes pour deux matchs, les Blackhawks perdent en la personne de Seabrook un des deux membres de leur premier duo de défenseurs. Au total, c’est seulement au cours du quatrième match que les Blues cèdent significativement l’avantage aux tirs à forces égales lorsque le score est serré. Il n’est donc pas clair que la perte de Backes se fait sentir aussi lourdement qu’on aurait pu le croire.




    Les graphiques ci-dessus nous permet de considérer de manière un peu plus nette ce qui se passe lorsque les matchs sont disputés à Chicago. Hitchcock, n’ayant pas le dernier changement, accepte généralement les assignations de l’entraîneur des Blackhawks Joel Quenneville et répond en distribuant les tâches en fonction des mises en jeu. Vladimir Tarasenko prend donc une plus grande part de mises en zone offensive alors que Steen (qui, on le rappelle, joues avec Backes dans ces matchs) et, surtout, Maxim Lapierre prennent charge des tâches en défensives. C’est surtout sa troisième paire de défenseurs que Hitchcock tente ici de protéger. Ils sont tenus loin des mises aux extrémités de la patinoire dans le but de ne pas les exposer aux deux premiers trios des Blackhawks, ce qui n’empêche pas des moments pénibles lorsqu’ils ont à les affronter. Steen et Backes jouent beaucoup contre Jonathan Toews et Brandon Saad, le capitaine des Hawks réussissant à mener le jeu contre eux alors que Saad fait jeu égal.

    On comprend, lorsque le jeu se joue sur sa patinoire, que Hitchcock souhaite quand même la confrontation entre les trios de Toews et Steen et ce même si Backes n’est pas là. En fait, il semble bien que ce soit la seule confrontation entre attaquants qui compte à ses yeux, les autres trios voyant leur temps de glace distribué au petit bonheur face aux principaux attaquants des Hawks.

    Olivier Bouchard est journaliste indépendant. Il s'intéresse particulièrement au journalisme de données, notamment à son application au domaine du hockey. Vous pouvez le lire sur son blogue En attendant les Nordiques et il publie quotidiennement des observations sur le hockey et les statistiques sur Twitter. Pour mieux comprendre les statistiques avancées, cliquez ici.

     

    La LNH sur Facebook