Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    Les Red Wings veulent augmenter le rythme

    Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

    Partagez avec vos amis


    Les Red Wings veulent augmenter le rythme
    Les Red Wings de Détroit ont marqué deux buts en trois matchs contre les Bruins de Boston et le gardien Tuukka Rask. Afin de créer plus d’offensive, l’entraîneur en chef, Mike Babcock, veut que son équipe joue à l’intérieur et génère plus de vitesse.

    DETROIT – Les impressions de Mike Babcock concernant les problèmes offensifs des Red Wings de Detroit pourraient être le mieux résumées par l’analyse que fait l’entraîneur sur l’impact que le gardien des Bruins de Boston, Tuukka Rask, a eu dans la série de premier tour de l’Association de l’Est.

    « Il est un gardien de classe mondiale, il patine bien, il paraît bien dans la période de réchauffement, a dit Babcock. C’est là qu’il reçoit le plus de tirs. »

    Par souci d’équité, Rask a fait face à 35 tirs dans le deuxième match et 82 après trois affrontements dans la série quatre de sept; il en a bloqué 80, incluant 57 des 58 derniers, ce qui lui permet de présenter un pourcentage d’arrêts de ,976 et une moyenne de 0,67. Il est deuxième dans les deux catégories, derrière Darcy Kuemper, du Wild du Minnesota, qui n’a pas permis un but sur 36 tirs.

    Le plus petit total de buts que les Red Wings ont marqué dans une série de cinq matchs ou moins est huit (ils l’ont fait deux fois dans des séries de cinq matchs en 1944 et en 2000). Les Red Wings, qui tirent de l’arrière 2-1 dans la série, n’ont obtenu que 23 tirs dans la défaite de 3-0 subie mardi, mais le nombre de fois qu’ils ont menacé Rask est bien inférieur au nombre de tirs effectués.

    Le quatrième match sera disputé jeudi au Joe Louis Arena (20h; TSN, NBCSN, NESN, FS-D).

    « Jusqu’ici, il a connu des soirées faciles contre nous, a déclaré Babcock. Je crois vraiment qu’à l’exception du premier match, ils ont fait un travail exceptionnel en nous tenant à l’écart du centre de la patinoire et en nous repoussant à l’extérieur. Pour moi, ce n’est pas bien. On se doit de jouer plus férocement, plus à l’intérieur et faire travailler leur gardien plus fort. Nous avons tiré de l’arrière rapidement dans les deux derniers matchs, nous n’avons donc pas pu les mettre à l’épreuve. Nous devons prendre l’avance pour savoir s’ils sont si bons. Nous devons jouer à l’intérieur pour voir si Rask pourra faire le travail. Nous ne l’avons pas encore mis à l’épreuve. »

    Les Red Wings savent que la seule façon d’atteindre leur objectif sera d’utiliser leur vitesse dans la zone centrale et percer la défense des Bruins en zone offensive. Ils considèrent qu’ils ne se sont pas donné la chance de le faire dans le troisième match parce qu’ils étaient négligents avec la rondelle et les changements de trio, ce qui a conduit à des revirements et à des buts.

    Le défenseur des Bruins, Dougie Hamilton, a marqué à 9:00 du premier engagement en avantage numérique après que les Red Wings eurent été pénalisés pour avoir eu trop de joueurs sur la patinoire. L’attaquant Jordan Caron a ajouté à l’avance à 15:48 de la première après un revirement des Red Wings et un mauvais changement.

    Toutefois, même quand ils ont attaqué, les Red Wings considèrent qu’ils n’ont pas gagné assez de batailles pour rendre la vie plus difficile à Rask. Ces problèmes se sont poursuivis en avantage numérique, Detroit présentant une fiche de 0-en-3 dans le troisième match et de 0-en-9 dans la série.

    Les Bruins eux présentent un dossier de 3-en-8 en avantage numérique dans la série.

    « Je pense que dans le dernier avantage numérique en fin de match, nous nous sommes bien établis en zone adverse, mais ils avaient quatre joueurs devant le filet, et nous en avions qu’un seul et quatre à l’extérieur, a analysé Babcock. Nous ne marquerons pas de but comme cela. Donc, impliquons-nous. »

    Babcock a indiqué qu’il avait demandé à ses joueurs, mercredi, s’ils croyaient que les Bruins accomplissaient des choses qui les empêchaient de jouer leur style.

    « Alors, si c’est le cas, faites quelque chose, » a-t-il dit.

    Les joueurs des Red Wings ont insisté pour dire qu’ils allaient tenter de le faire dans le quatrième match.

    Plusieurs joueurs prétendent que tout commence avec leur vitesse, qu’ils n’ont jamais utilisée dans la troisième rencontre en raison des revirements et du rapide déficit de 2-0. Dans le premier match, ils tiraient également de l’arrière 2-0 après seulement 10:35 de jeu.

    « Si nous utilisons notre vitesse, nous serons capables de pénétrer dans leur zone et d’y rester », a mentionné l’attaquant Gustav Nyquist, qui a inscrit 23 buts en 28 matchs du 20 janvier au 2 avril, mais qui en a marqué aucun dans ses six derniers matchs.

    Il est difficile de générer de la vitesse contre les Bruins, car ils sont gros, jouent d’une façon robuste et sont efficaces en échec avant.

    Leurs adversaires ont connu des difficultés à générer de la vitesse contre eux pendant toute la saison, ce qui a fait que les Bruins n’ont accordé que 171 buts, deuxième plus bas total derrière les Kings de Los Angeles (168).

    « Il y a une raison pourquoi ils ont accordé le moins de buts dans l’Association de l’Est », a déclaré l’attaquant Justin Abdelkader, des Red Wings. « Ils jouent d’une façon très structurée, ils sont bien dirigés. En même temps, nous leur rendons la vie facile. »

    Vous n’entendrez pas Babcock dire le contraire, parce qu’il sait que ses Red Wings peuvent rendre la vie difficile aux Bruins. Ils l’ont fait pendant la saison régulière, eux qui ont été la seule équipe à les vaincre trois fois en temps réglementaire.

    Detroit a dominé Boston 13-9 au chapitre des buts dans leurs quatre affrontements, mais comme Babcock l’a fait remarquer d’une manière terre-à-terre; les choses sont différentes dans les séries éliminatoires.

    « Les séries éliminatoires sont pour les hommes, a mentionné Babcock. C’est dans ce temps-là que tu gagnes le titre de bon joueur dans la ligue; pas pendant la saison régulière, mais bien pendant les séries.

    « Quand je suis arrivé, on disait que Pavel Datsyuk ne produisait pas dans les séries éliminatoires. Eh bien, il n’a pas encore marqué. Comme un enfant, il y a des fois que ça prend du temps pour tout comprendre dans la ligue et marquer, mais voulez-vous attendre que ça se produise, ou voulez-vous faire quelque chose pour que cela se produise maintenant ? »

    Suivez Dan Rosen sur Twitter à: @drosennhl

     

    La LNH sur Facebook