Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Bouchard : Un aperçu de quatre séries de première ronde

mercredi 2014-04-23 / 6:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Olivier Bouchard - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Bouchard : Un aperçu de quatre séries de première ronde
Bouchard : Un aperçu de quatre séries de première ronde

Nous nous attarderons aux quatre séries que nous n’avions pas couvertes dimanche dernier, trois de celles-ci se continuant mercredi soir. Le lecteur notera que la composition des tableaux a légèrement évolué, j’y représente maintenant les principaux centres à avoir pris des mises en jeu pour chaque équipe ainsi que les duos de défenseurs les plus utilisés. Les combinaisons d’attaquants sont tellement variables, c’est le meilleur moyen de comparer les performances relatives de chaque trio de chaque équipe. Les duos de défenseurs étant, eux, plus affectés par les blessures que par les simples variations de combinaisons (exception faite de Ryan Suter, bien entendu), on les montre donc dans leur ensemble et non sur une base individuelle.

Blue Jackets de Columbus vs Penguins de Pittsburgh (2-1 Pittsburgh)

Les joueurs étoiles des Penguins sont en santé et Columbus en est quitte pour s’accrocher, plus qu’on ne pourrait le croire à regarder les scores finaux, serrés tout au long de la série. Seulement lorsque le score est serré à forces égales, Pittsburgh ramasse 54 pour cent des tirs tentés, 100 contre 82. Et sur le détail, on constate que c’est du côté de Ryan Johansen que les choses accrochent.

Si Brandon Dubinksy semble en effet à même de maintenir un semblant de contrôle contre le trio de Sidney Crosby, Johansen semble incapable de tenir contre Evgeni Malkin, surtout lorsque ce dernier est appuyé du tandem Brooks Orpik/Paul Martin. Cumulativement, le trou creusé par les deux premiers centres de Pittsburgh n’est pas comblé par ce qui est donné par les troisièmes et quatrièmes centres. La blessure à Fedor Tyutin frappe dur, du moins si on se fie aux affrontements qu’on lui confiait avec Jack Johnson, soit Crosby et Malkin. Mais le jeune Dalton Prout a connu une belle deuxième moitié de campagne. Qui sait sur qui Columbus réussira avec lui à stabiliser sa brigade défensive? Car il sera intéressant de voir combien de temps encore Dubinsky réussira à tenir contre Crosby.

Wild du Minnesota vs Avalanche du Colorado (2-1 Colorado)

On assiste dans cette série à un duel force contre force : c’est entre les deux premiers trios de chaque équipe que se déroule l’explication. Si le Wild a été déchaussé deux fois plutôt qu’une par l’ouragan Nathan MacKinnon au cours des deux premiers matchs au Colorado, le fait est que l’Avalanche a tiré profit de l’avantage de la patinoire pour générer au bout du compte un maigre avantage de 54-52 aux tirs tentés. Si les poussées du phénoménal #29 ont porté, on est loin de la domination d’ensemble qui caractérise les bonnes équipes. Le troisième match au Minnesota laisse entendre que la série est loin d’être terminée. La victoire en prolongation a été obtenue malgré la remarquable performance de Semyon Varlamov, le Wild ayant déclassé ses rivaux 66-30 aux tirs tentés (ce qui comprend donc tirs bloqués et tirs manqués) à forces égales, signe d’une domination territoriale massive.

La perte de Tyson Barrie est importante, mais pas autant qu’on pourrait le croire, le jeune défenseur jouant beaucoup moins que ses collègues et principalement contre les troisièmes et quatrièmes trios du Wild. Notons quand même que le trio de Mikael Granlund a su faire quelques outrages au troisième duo du Colorado. L’importance qu’accorde Patrick Roy à l’assignation de Jan Hejda et Erik Johnson à la couverture du trio de Mikko Koivu pourrait donc ouvrir la porte au jeune finlandais. Jouant force contre force, c’est en effet sur Nick Holden et André Benoît qu’un surplus de responsabilités risque d’être reportés.

Blackhawks de Chicago vs Blues de St. Louis (2-1 St. Louis)

J’avais indiqué en début de série en quoi les Blackhawks avaient comme principaux avantages leur défensive plus mobile et un club plus en santé. Tout ça semble bien relatif après trois matchs : les Blues ont l’avantage aux tirs lorsque le score est serré et la profondeur de la défensive de Chicago s’est rapidement trouvée mise à mal lorsque Brent Seabrook a hérité d’une suspension pour avoir assommé David Backes. En fait, c’est la défensive des Blues qui semble en passe de leur permettre de prendre définitivement le contrôle de la série. Comme quoi...

Il semble en fait que Michal Handzus, dans un contre-emploi manifeste au centre de la deuxième ligne des Blackhawks, constitue le principal point faible de l’alignement. Les trois premiers centres des Blues ont en effet réussi à le déclasser aux tirs vers le filet, et ce malgré l’appui constant des excellents Patrick Sharp et Marian Hossa. Il semble d’ailleurs que Joel Quenneville est en train de perdre patience et, après avoir brièvement essayé Ben Smith entre les deux ailiers en deuxième période du deuxième match, il a récidivé en troisième période du troisième match.

Pendant ce temps, si Jonathan Toews réussit globalement à garder l’avantage aux tirs, on constate qu’il fait jeu égal lorsqu’un des quatre principaux centres des Blues est sur la glace, ce qui laisse entendre que le différentiel affiché est accumulé aux marges des changements de trios à forces égales.

Outre le fait d’avoir neutralisé le deuxième trio, les Blues ont aussi neutralisé le 3e trio originellement composé d’Andrew Shaw, Bryan Bickell et Patrick Kane. Après avoir substitué Kris Versteeg à Bickell lors du deuxième match, c’est finalement à la réunion Bickell/Kane/Toews (ayant connu de nombreux succès l’an dernier) qu’on a assisté. Les résultats furent, encore une fois, mitigés.

La perte de Backes est évidemment lourde pour les Blues, mais T.J. Oshie a rapidement trouvé sa place aux côtés d’Alexander Steen et Steve Ott et Jaden Schwartz, Vladimir Sobotka et Vladimir Tarasenko ont tiré avantage des faiblesses affichées par la deuxième ligne des Blackhawks.

Stars de Dallas vs Ducks d’Anaheim (2-1 Ducks)

En avance dans la série, le défi des Ducks se résume à devoir arrêter le tandem Jamie Benn/Tyler Seguin. Il est intéressant de voir Lindy Ruff promener Valeri Nichushkin sur différents trios dans l’espoir de trouver une deuxième source de menace offensive, ce qui ne se concrétise toujours pas sur le plan territorial.

La blessure à Stéphane Robidas ne va qu’accentuer la pression sur François Beauchemin et Hampus Lindholm. Ceux-ci étaient en effet tenus loin du meilleur trio des Stars, couvert par Fowler et Lovejoy qui, au pis-aller, laissaient la place à Robidas et Bryan Allen pour une mise en zone défensive. Bruce Boudreau se trouve en fait face à un choix difficile : Cam Fowler et Ben Lovejoy n’ont pas réussi à contenir le premier trio des Stars, ce qui l’empêche d’exposer la première paire de défenseurs de Dallas (Trevor Daley et Alex Goligoski) aux attentions plus soutenues du tandem Ryan Getzlaf/Corey Perry. En effet, il faut savoir que ces deux défenseurs ont obtenu sept mises en jeu en zone offensive de plus que de mises en zone défensive malgré le fait qu’ils furent victime de pas moins de neuf dégagements refusés. On ne parle donc pas d’une première paire qui semble bien assurée dans ses assignations défensives.

Olivier Bouchard est journaliste indépendant. Il s'intéresse particulièrement au journalisme de données, notamment à son application au domaine du hockey. Vous pouvez le lire sur son blogue En attendant les Nordiques et il publie quotidiennement des observations sur le hockey et les statistiques sur Twitter. Pour mieux comprendre les statistiques avancées, cliquez ici.

 

La LNH sur Facebook