Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

Bouchard : Un aperçu des quatre matchs qui auront lieu dimanche

dimanche 2014-04-20 / 6:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Olivier Bouchard - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Bouchard : Un aperçu des quatre matchs qui auront lieu dimanche
Bouchard : Un aperçu des quatre matchs qui auront lieu dimanche

Nous nous concentrerons sur les quatre séries se poursuivant en ce dimanche pascal. Parce que ces confrontations prennent rapidement la forme de parties d’échecs entre entraîneurs, je me baserai sur les principales confrontations ayant eu lieu. On comprendra donc que dans certains cas, si un entraîneur décide de brasser la soupe, on ne verra pas tous les joueurs également représentés. Outre mes propres compilations personnelles, je me base ici sur deux sources essentielles pour tout amateur de statistiques fines : les excellents sites extraskater.com et shiftchart.com. Je prends la peine de signaler que ces deux sites sont mis à jour pendant les matchs, ce qui en fait d’excellents compagnons d’écoute ceux d’entre vous qui aiment suivre un match accompagné d’un ordinateur ou d’une tablette (vous savez qui vous êtes…).

Flyers de Philadelphie vs Rangers de New York (1-0 New York)

Match dominé à forces égales par les Rangers, on constate d’emblée que le différentiel massif aux tirs vers le filet (-17) ne se transpose pas vraiment sur les principaux trios des Flyers (seul celui de Sean Couturier). Craig Berube a en fait semblé vouloir secouer l’ordre des choses et modifie constamment la séquence d’utilisation de ses trios en première et en deuxième période, avant de voir ses efforts réduits à néant en troisième période par l’indiscipline de ses joueurs.

Pour neutraliser Claude Giroux, Alain Vigneault s’est astreint à lui opposer méthodiquement son premier duo de défenseurs, Dan Girardi et Ryan McDonagh, rien de surprenant sur ce plan. Il est plus intéressant de constater que, notamment par le fait d’un nombre important de mises en jeu en territoire des Flyers, on a eu droit à de fréquentes confrontations entre le trio de Giroux et celui de Rick Nash, Martin St-Louis et Derek Stepan. Autorisant seulement quatre mises en jeu aux côtés de leur gardien Henrik Lundqvist, les Rangers ont ainsi su empêcher les meilleurs éléments adverses de sortir leurs jeux préparés.

Notons enfin que Berube n’a pas réussi à aller chercher avec constance une confrontation défenseurs-attaquants à son avantage, ses trois duos jouant contre un peu tout le monde. Je souligne à ce titre le triste bilan du tandem Braydon Coburn/Kimmo Timonen contre le trio de Mats Zuccarello.

Red Wings de Detroit vs Bruins de Boston (1-0 Detroit)

J’avais parlé, en analysant cette série, d’un nécessaire miracle dont les Red Wings auraient besoin pour traverser les Bruins, « malgré le génie tactique de Mike Babcock ». La belle affaire. On a eu dans le premier affrontement affaire à une série de duels acceptés par les deux entraîneurs, les quatre trios de chaque équipe en tête à tête contre leur équivalent adverse. C’était plus subtil en défensive; si Claude Julien a braqué Dougie Hamilton et Zdeno Chara contre Pavel Datsyuk et ainsi de suite, Babcock a complètement tourné le dos à des confrontations pour la gestion de sa défensive, enterrant plutôt Niklas Kronwall et Brendan Smith sous les mises en zone défensive et poussant Kyle Quincey et Danny DeKeyser en zone offensive. Tout ça en gardant autant que possible Jakub Kindl et Brian Lashoff très, très loin du redoutable top-6 des Bruins.

Au total, pour un match du moins, le tout fut couronné de succès. C’est avec Chara-Hamilton et le trio de Patrice Bergeron sur la glace que Datsyuk marque l’extraordinaire but gagnant et il gardera de manière générale l’avantage sur Chara tout au long du match. En fait, seule la bataille des troisièmes trios a semblé tourner légèrement à l’avantage des Bruins. Soulignons au passage que Daniel Alfredsson semble présentement collé sur le quatrième trio, ce qui n’est pas la sinécure qu’on pourrait anticiper, Babcock donnant à ses quatre lignes un temps de glace similaire.

Kings de Los Angeles contre Sharks de San Jose (1-0 San Jose)

Un duel un peu plus difficile à analyser, Darryl Sutter ayant utilisé pas moins de huit combinaisons d’attaquants pour au moins trois minutes. Les Sharks ont eu l’avantage 38-24 aux tirs tentés au cours des deux premières périodes, avant de lever le pied en troisième période, ce qui gomme d’autant les difficultés au sommaire. On a eu ici droit à une confrontation des plus systématique, chaque trio et duo de défenseur ayant un adversaire assigné. Si on pouvait anticiper, à regarder les deux alignements, un affrontement Joe Thornton-Anze Kopitar, c’est plutôt Patrick Marleau et Logan Couture qui ont eu à faire le guet contre le grand Slovène, avec un succès certain, il faut le dire. Malgré un avantage net aux mises en zone offensive (5-1), Mike Richards et Jeff Carter n’ont pas réussi à avoir le dessus sur Brad Stuart, Justin Braun et surtout le trio de Thornton. Après ça, c’était question de profondeur et le trio de James Sheppard, Tomas Hertl et Tommy Wingels a réussi à traverser dès la première période le fond d’alignement des Kings.

Il sera intéressant de voir comment Sutter va composer avec la profondeur des Sharks, son principal problème semblant présentement être que ceux-ci ont suffisamment de ressources pour couvrir ces deux formidables duos que sont Carter/Richards et Kopitar/Marian Gaborik. Si les Kings changent la donne dès le second match, ça semble bien devoir se faire par un coup de force de ces deux premiers trios.

Canadien de Montréal vs Lightning de Tampa Bay (2-0 Montréal)

La performance du Canadien est la principale surprise de cette première ronde. C’est une chose de gagner deux matchs à l’étranger, mais il y a la manière. Le CH, passablement faible en possession de rondelle tout au long de la saison, est une équipe métamorphosée contre le Lightning. L’avantage territorial de Montréal ne s’est jamais démenti et, peu importe que Jon Cooper ait déployé son principal atout, Steven Stamkos, dans un rôle défensif (premier match) ou offensif (deuxième match), le CH a fini par garder l’avantage du jeu.

Une clé d’interprétation se trouve dans un commentaire de Michel Therrien lors des conférences de presse précédant le début de la série. Expliquant pourquoi Francis Bouillon serait de l’alignement, l’entraîneur du CH a souligné que le Lightning est une équipe rapide et qu’il était nécessaire de faire appel aux éléments les plus rapides du club pour y répondre.

Concrètement, cela se traduit par une troisième paire de défenseurs, Weaver et Bouillon, ainsi qu’un quatrième trio (centré par Daniel Brière) non seulement plus rapide, mais surtout beaucoup, beaucoup plus habile avec la rondelle. Quand bien même le Canadien persisterait à privilégier le « placement de rondelle » aux entrées de zone en possession de rondelle, la combinaison vitesse/habileté du fond d’alignement rend l’exécution des différentes tactiques beaucoup plus efficaces. Pour dire les choses autrement: les éléments plus rapides du Canadien sont aussi de bien meilleurs manieurs de rondelle et l’exécution d’ensemble du club en bénéficie grandement.

C’est là où le Lightning semble tomber à court. Si le trio de Cédric Paquette a su offrir de fort belles prestations, notamment contre le trio de Lars Eller, Cooper lui a aussi et surtout consacré beaucoup de mises en jeu en zone offensive lors du premier match, ce qui signale qu’il ne souhaite pas risquer les départs en zone défensive avec son fond d’alignement. Jouant à sept défenseurs lors du deuxième match, il confirmait d’ailleurs l’inexistence d’une réelle quatrième ligne.

Olivier Bouchard est journaliste indépendant. Il s'intéresse particulièrement au journalisme de données, notamment à son application au domaine du hockey. Vous pouvez le lire sur son blogue En attendant les Nordiques et il publie quotidiennement des observations sur le hockey et les statistiques sur Twitter. Pour mieux comprendre les statistiques avancées, cliquez ici.

 

La LNH sur Facebook