Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
 

    Johnson a sauvé la mise pour permettre à l'Avalanche de battre le Wild

    La Presse Canadienne

    Partagez avec vos amis


    Johnson a sauvé la mise pour permettre à l'Avalanche de battre le Wild
    Johnson a sauvé la mise pour permettre à l'Avalanche de battre le Wild

    DENVER - Erik Johnson a sauvé la mise pour l'Avalanche du Colorado grâce à sa vitesse et à sa lecture du jeu.

    Le défenseur de l'Avalanche a empêché une rondelle de glisser dans un but désert en fin de match, ce qui aurait scellé l'issue de la rencontre en faveur du Wild du Minnesota.

    Son arrêt, qui a par la suite permis aux siens de l'emporter 5-4 en prolongation, a cependant été quelque peu oublié à la suite des deux buts de Paul Stastny, à 13 secondes de la fin du match et en prolongation.

    Le jeu de Johnson a tout de même aidé l'Avalanche à prendre une avance de 1-0 dans la série qui se poursuivra samedi.

    « Si Erik ne fait pas ce jeu, nous ne sommes pas dans la même position en ce moment », a déclaré Stastny.

    C'est presque normal que Johnson ait effectué le jeu qui a été le point tournant de la rencontre face au Wild. Après tout, il est né à Bloomington — une banlieue des villes jumelles — et il a joué au hockey à l'Université du Minnesota.

    Le tir qu'il a stoppé à la ligne des buts était également celui de son ancien coéquipier de l'Université, Erik Haula.

    Détenant une avance de 4-3 avec 1:32 à faire et alors que le gardien Semyon Varlamov était au banc au profit d'un sixième attaquant, Haula a envoyé la rondelle vers le filet de l'Avalanche.

    « J'ai regardé la reprise et la rondelle a ralenti », a dit Haula.

    C'était juste assez pour permettre à Johnson, qui patinait à toute vitesse, d'atteindre la rondelle au dernier instant avant de glisser lui-même dans le filet.

    « Je ne pensais pas que je pourrais l'avoir, mais j'ai patiné et le disque a ralenti et a tourné sur le côté. C'est ce qui m'a permis de faire le jeu dans un effort désespéré, a commenté Johnson. C'est juste un des nombreux jeux du match, mais c'était plaisant de le faire et d'aider l'équipe à gagner. »

    Malgré les bonnes performances de Varlamov et de Ilya Bryzgalov, il s'agissait sans doute de l'arrêt le plus important du match. C'était le genre de jeu qui soulève une équipe et qui démoralise l'autre.

    « Ça nous a définitivement donné le rythme, sans aucun doute », a déclaré l'entraîneur de l'Avalanche, Patrick Roy. « Ç'a dû leur faire mal un peu. Je suis certain qu'ils feront du bon travail et qu'ils seront prêts pour le prochain match. »

    L'effondrement tardif est déjà oublié, ou presque. Les joueurs du Wild semblaient détendus lorsqu'ils ont pris part à un entraînement d'une heure sur la glace du Pepsi Center, vendredi.

     

    La LNH sur Facebook