Nous avons mis à jour nos Conditions d'utilisation et notre Politique de confidentialité.  En continuant d'utiliser les services en ligne de la LNH, vous acceptez ces documents mis à jour et l'arbitrage de différends.
Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

    Les Blues seront prêts à résister à la riposte des Blackhawks samedi

    La Presse Canadienne

    Partagez avec vos amis


    Les Blues seront prêts à résister à la riposte des Blackhawks samedi
    Les Blues seront prêts à résister à la riposte des Blackhawks samedi

    ST-LOUIS - Un mélange de fatigue et d'euphorie se faisait sentir dans le vestiaire des Blues de St. Louis, vendredi, quelques heures après qu'ils eurent remporté le match le plus long de l'histoire de la concession en troisième prolongation contre les Blackhawks de Chicago.

    Les jambes du défenseur Alex Pietrangelo étaient raides et il croyait avoir joué deux matchs pour venir à bout des champions de la Coupe Stanley. Mais il avait un sourire accroché au visage.

    Le match a duré 100 minutes et 36 secondes. Les deux équipes ont dirigé 94 tirs au but et les deux gardiens ont réalisé des arrêts importants.

    Ryan Miller a donné trois buts sur sept lancers en première période et il semblait poursuivre sur sa lancée qui a mené les Blues à une séquence de six revers en fin de saison. Il a terminé la rencontre avec 32 arrêts consécutifs, dont plusieurs spectaculaires, pour permettre aux siens de demeurer dans le match.

    Corey Crawford a été presque aussi bon et il a fait face à beaucoup plus de tirs, 48 au total.

    « Honnêtement, je n'y pense même pas, a expliqué Crawford. J'étais bien concentré et je lisais bien le jeu. »

    L'entraîneur des Blackhawks Joel Quenneville s'est excusé vendredi pour avoir posé un geste disgracieux en première période de prolongation alors qu'il argumentait avec les officiels. Quenneville s'est saisi la fourche et ça lui aura coûté 25 000 $ US.

    « J'étais définitivement énervé. J'étais déçu de la décision, mais je m'excuse pour comportement, a déclaré Quenneville. Ce n'était pas très approprié. C'était un geste de ligue de garage. »

    L'attaquant des Blues Ryan Reaves était au banc des punitions pour avoir retardé le match en envoyant la rondelle dans les gradins lorsque le défenseur Kevin Shattenkirk a fait de même sans être puni. Quenneville a levé les bras au ciel pour protester avant de poser le geste obscène.

    « J'ai vu les faits saillants, a commenté l'attaquant Patrick Sharp. Joel est un entraîneur passionné et il est intense sur le banc. Je crois qu'il aimerait mettre ses patins et jouer avec nous des fois. »

    L'entraîneur des Blues Ken Hitchcock a dit à la blague qu'une autre pénalité ne l'aurait pas dérangé puisque son équipe est « tellement bonne à 5-contre-3 ».

    « Oui j'ai vu ce que Joel a fait, a commenté Hitchcock avec un sourire. Je l'ai vu, mais je ne commenterai pas. Ce serait inapproprié. »

     

    La LNH sur Facebook