Bienvenue |Compte|Déconnecter 
NOUVEAUTÉ! SE CONNECTER AVEC VOTRE PROFIL DES MÉDIAS SOCIAUX
OU
Nom d’utilisateur ou courrielMot de passe
 

Trevor Linden nommé président des opérations hockey chez les Canucks

mercredi 2014-04-09 / 13:01 / LNH.com - Nouvelles

Par Kevin Woodley - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Trevor Linden nommé président des opérations hockey chez les Canucks
Trevor Linden a été nommé président des opérations hockey des Canucks de Vancouver

VANCOUVER – Trevor Linden est à nouveau le visage des Canucks de Vancouver.

Le meneur de l’histoire de l’équipe au chapitre des matchs joués et l’ancien capitaine des Canucks a été présenté à titre de président des opérations hockey de l’équipe mercredi.

Sélectionné au deuxième rang au total du repêchage de la LNH en 1988, Linden a disputé 16 de ses 19 saisons dans la LNH à Vancouver avant de prendre sa retraite en 2008 et de voir son numéro être hissé dans les hauteurs du Rogers Arena. Il a accroché ses patins il y a six ans, mais il n’a jamais quitté la ville et n’a jamais cessé d’encourager les Canucks.

« Je suis arrivé à Vancouver il y a 26 ans, et je n’ai jamais quitté, a mentionné Linden. J’aime cette ville. C’est mon chez-moi, et les Canucks ont toujours été une partie importante de ma famille.

« L’une des raisons qui font que l’on adore ce sport en tant que joueur est que l’on aime l’euphorie de la victoire et l’agonie de la défaite. On en devient dépendant, et cela explique en partie pourquoi je suis de retour, pour avoir la chance de gagner et de réaliser quelque chose de spécial ici. »

Linden effectue un retour avec l’équipe dans un rôle qui le rend responsable de toutes les opérations hockey, incluant ce qui touche aux entraîneurs et aux recruteurs, au recrutement et au développement des joueurs, et aux affiliations et aux opérations des équipes des ligues mineures. Il remplace Mike Gillis, qui a été congédié de son poste de directeur général et président mardi, au lendemain de l’élimination officielle des Canucks de la course aux séries éliminatoires, une première depuis que Linden a pris sa retraite.

« Nous croyons aux aptitudes de meneur de Trevor », a indiqué le propriétaire des Canucks Francesco Aquilini. « Son expérience de 20 ans dans la LNH, dont sept en tant que capitaine de cette équipe, lui donne un ensemble unique de compétences, qui lui permettra de donner une direction très positive à cette équipe dans le futur. »

De difficiles décisions attendent Linden, et certaines d’entre elles concernent d’anciens coéquipiers.

La première étape sera d’embaucher un directeur général, qu’il devra ensuite rencontrer pour décider de l’avenir de l’entraîneur John Tortorella, embauché l’été dernier et dont le contrat est valide pour les quatre prochaines campagnes.

Linden espère dénicher son directeur général avant le repêchage 2014 de la LNH, qui se tiendra les 27 et 28 juin à Philadelphie, mais il ne veut pas discuter des candidats potentiels ou des caractéristiques qu’il recherche chez ces derniers.

« J’ai en tête le profil du directeur général que je recherche, et il faut maintenant dresser une liste de candidats, ce qui représente une étape cruciale, a souligné Linden. Il peut être difficile d’obtenir la permission de certaines organisations pour parler à certaines personnes, alors cela aura une incidence sur notre calendrier. »

Linden a rencontré Tortorella brièvement pour la première fois mercredi matin. L’entraîneur a été critiqué pour son système qui ne cadre pas avec le noyau talentueux mais vieillissant de l’équipe, mais Linden ne s’est pas avancé à propos du style à adopter, insistant sur le fait que le jeu responsable en défensive ne doit nécessairement se faire au détriment de l’offensive.

Linden a déclaré qu’il avait une bonne idée des raisons qui expliquent les déboires de l’équipe cette année, particulièrement à l’attaque, mais qu’il ne croyait pas que « le moment était bien choisi pour en parler ». Il veut d’abord rencontrer les entraîneurs et les joueurs après la conclusion de la saison dimanche.

« Le moment de mon arrivée me permet d’évaluer pleinement le personnel d’entraîneur, a ajouté Linden. J’ai bien hâte de m’asseoir avec les joueurs afin de comprendre les tenants et aboutissants de leurs difficultés cette année. La semaine prochaine sera importante. Toute décision liée au personnel d’entraîneurs sera prise en temps opportun après une évaluation complète. »

Toujours considéré comme une icône des Canucks plusieurs années après sa retraite, alors qu’il a tourné son attention vers des entreprises privées dont une chaîne de salles de conditionnement physique qui porte son nom, Linden sait que l’opinion que les gens de Vancouver ont de lui va changer en raison de son nouvel emploi.

Ce qui est en jeu, c’est l’héritage qu’il a laissé aux Canucks à titre de capitaine pendant sept saisons, lui qui a mené l’équipe au match numéro sept de la finale de la Coupe Stanley en 1994 contre les Rangers de New York, inscrivant les deux buts des siens dans un revers de 3-2.

Linden ne sera plus uniquement considéré comme le joueur qui a connu six saisons de 30 buts avec les Canucks. Ses 318 buts, qui le placent au deuxième rang de l’histoire des buteurs de l’équipe derrière Markus Naslund, ne veulent plus rien dire. Pas plus que ses 733 points, qui le placent au quatrième rang derrière Naslund, le capitaine actuel de l’équipe Henrik Sedin et Daniel Sedin.

« J’étais le quart-arrière réserviste depuis quelques années, a imagé Linden. Tout le monde aime le quart-arrière réserviste parce qu’il n’a pas encore fait d’erreur. Je suis pleinement conscient de ce qui m’attend, mais je ne voudrais pas qu’il en soit autrement. »

Linden, qui a aussi porté l’uniforme des Islanders de New York et du Canadien de Montréal avant de revenir avec les Canucks en 2001, sait que certains vont se demander s’il est prêt à occuper cette fonction puisqu’il n’a pas travaillé dans le milieu du hockey depuis sa retraite.

« Mon expérience provient de mon passé de joueur, sans aucun doute », a admis Linden qui a aussi été président de l’Association des joueurs de la LNH pendant huit ans. Il a fait un parallèle avec d’autres anciens joueurs qui ont accepté des postes semblables au sien au cours des dernières années.

« Je regarde du côté de certains collègues, que ce soit Joe Sakic [vice-président des opérations hockey de l’Avalanche du Colorado], Steve Yzerman [directeur général du Lightning de Tampa Bay] ou encore Cam Neely [président des Bruins de Boston], avec qui j’ai parlé au cours des derniers jours, a mentionné Linden. Il est important de s’entourer des bonnes personnes. Il faut bâtir une bonne équipe, pas seulement sur la glace, mais à l’extérieur de celle-ci aussi. Il y aura des changements, mais j’ai l’intention de m’entourer de bonnes personnes, réfléchies et qui pensent différemment. C’est ainsi que nous allons prendre les meilleures décisions. »

Certains de ces changements pourraient concerner d’anciens coéquipiers et amis. Cinq joueurs de l’édition actuelle des Canucks faisaient partie de l’équipe lors de la dernière saison de Linden, dont les jumeaux Sedin.

« Il est impossible d’aborder la question en profondeur aujourd’hui, mais j’aime ce noyau de joueurs car il est composé de bonnes personnes et de joueurs de caractères, et ils ont mérité le droit d’être là où ils sont aujourd’hui, a indiqué Linden. Cela étant dit, au point où nous en sommes, il faut procéder à une évaluation complète, et il faut comprendre comment nous pouvons nous améliorer. »

Peu importe le résultat, la personne qui tire les ficelles aura un visage familier.

« On ne peut jouer pendant 20 ans dans la Ligue nationale de hockey et passer toute sa vie dans le milieu du hockey si ce n’est pas inscrit dans notre ADN, a analysé Linden. J’ai toujours cru que j’allais revenir. Je n’ai jamais voulu travailler pour une autre organisation. »

 

La LNH sur Facebook